Production du coton : Le Mali gagne son pari

1
Mali: début des auditions dans le scandale des engrais frelatés
Une femme dans un champ de coton, au Mali. getty images

Il ne serait pas surprenant que la CMDT HOLDING réalise 720 000 tonnes de coton, un peu plus que l’année dernière. Avec cet exploit à inscrire à l’actif de l’ensemble du personnel de la CMDT et des cotonculteurs, le Mali accroit sa production et pourrait se classer aux premiers rangs des grands pays producteurs de coton en Afrique de l’Ouest. C’est le résultat d’un travail d’équipe bien mené. C’est l’aboutissement et la bonne application des recommandations et  des nombreuses réformes menées par le gouvernement

Bakary Togola, le président de l’APCAM, annonçait il y a si peu de temps lors de la visite de 72 heures du président de la république à Sikasso, que la production de coton au Mali pourrait atteindre les 706 000 tonnes contre une prévision de 750 000 Tonnes. Ce qui serait déjà une grosse performance par rapport à l’année dernière où la production avait atteint le niveau record de 647 300 tonnes. Mais, au bout du compte et selon nos investigations, le Mali pourrait s’en sortir avec un peu plus de 720 000 tonnes.

Pour certains, avec cette performance exceptionnelle, le Mali pourrait se classer premier des pays africains producteurs de coton. C’est l’aboutissement, dit-on dans le secteur, des réformes menées par le gouvernement du Mali avec ses partenaires de la filiale notamment la CMDT et autres.

En effet, en plus d’accorder 15% du budget d’Etat au secteur de l’agriculture, le gouvernement accompagne les paysans dans la sensibilisation et la mobilisation des ressources. Les subventions aux intrants, aux semences et la mécanisation ont été augmentées et le prix des engrais a été abaissé. Ce qui donne un élan à la productivité.

La CMDT, grand partenaire du monde des paysans, accompagne les producteurs maliens du début jusqu’à la fin. Le PDG de cette compagnie, Baba Berthé et son équipe ont opté pour un management gagnant incluant tout le monde et qui se veut plus proche de la base.

LA TRANSFORMATION

Les défis ne manquent pas. Le plus important, c’est la transformation. C’est bien de produire plus. Mais, il serait aussi intéressant de pouvoir transformer sur place ce que nous produisons. C’est l’aspiration du gouvernement du Mali et des responsables du secteur qui misent sur la construction et l’équipement des usines de transformation.

Non seulement, cela à l’avantage d’offrir aux artisans maliens une opportunité de faire montre de leur savoir-faire mais aussi de créer des emplois augmentant ainsi la valeur ajoutée du coton.

Jusque-là, le Mali ne transforme que 2% de son coton, ce qui est loin des objectifs de développement affichés par le chef de l’Etat, SEM  Boubacar Kéita qui mise sur l’agriculture pour assurer une économie de développement.

Le gouvernement du Mali attend donc que l’usine de Kadiolo soit rapidement opérationnelle pour s’ajouter aux autres et augmenter ainsi la capacité d’égrenage.

Le défi est grand mais pas insupportable vu l’engagement des responsables du département, ceux de la compagnie pour le développement des textiles (CMDT) et de tous les acteurs du secteur agricole.

Tièmoko Traoré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. C’est bien de se vanter des résultats du travail d’autrui, n’est-ce pas ???
    Qui sont les groupes ethniques qui on produit ce coton dont vous vanté avec cette fierté éhonté ????
    En tout cas, ce ne sont ni les touareg, ni les arabes, ni les peuhls et surtout pas les songhoy (Maïga et Touré !!!!) !!!!!!!!
    La cohésion sociale ne sera jamais possible dans une société de loup, agneaux, caïmans, hyènes, chèvres, choux et salades !!!!!!!
    Chaque ethnie doit créer son propre Etat et utiliser sa propre langue !
    Adieu le français !
    Adieu la Françafrique !
    Vive les Etats ethniques en Afrique !
    Les indépendantistes touareg ont maintenant un allié de poids. Je veux qu’on en finisse avec cette farce grossière appelée le Mali. Chaque ethnie doit créer son propre Etat. Et on verra dans 5 ans maximum, certains vont créver de faim et de soif, tandisque d’autres deviendront un nouvel eldorado. Le vivre ensemble n’est pas possible et ne sera jamais [email protected]
    Nous allons prendre la France en contre-pied et ces fascistes vont bien regréter leurs sals jeux de diviser pour reigner. La langue française va complètement disparaître dans les nouveaux Etats ethniques, car chaque ethnie va utiliser sa propre langue comme unique langue officielle de son Etat.
    Au Mali, il existe un Apartheid qui ne dit pas son nom, mais qu’il va falloir reconnaître en fin, et faire le bilan du vivre-ensemble dans un Mali pluri-ethnique. L’hypocrisie n’a que trop duré !!!
    Maintenant, il n’y aura plus de “mussalaka”, et le chat sera démormais appélé par son nom: Miamm !!!!
    A lire certains commentaires je commence à comprendre pourquoi tous les postes stratégiques au Mali sont entre les mains des Songhoy, Peuhls, Touareg et Arabes.
    Le Mali fut détruit progressivement par le tribalisme cancérogène de ces groupes ethniques et ce, dépuis Moussa Traoré. C’est d’ailleurs Moussa Traoré qui a inicié cet apartheid au Mali, en accordant systématiquement, et de manière disproportionnée tous les postes clés à ces groupes ethniques au Mali, au mépris des autres ethnies.
    Donc, pourquoi pas diviser le Mali, si certaines ethnies se croient supérieures aux autres ???
    A partir d’aujourd’hui, je suis fervant partisant de la division du Mali en micro-Etats basés sur l’occupation ethnique. C’est la seule solution pour le Mali et le seul moyen d’éviter des génocides pires qu’au Rwanda.
    Que chaque ethnie réclame son propre Etat et s’occupe de son propre dévélloppement socio-économique. Si certaines ethnies voudront s’unir pour créer un Etat ensembles, tant mieux pour elles, mais aucune ethnie ne doit être pénalisée par ce régime d’apartheid qui ne dit pas son nom !!
    Les ethnies qui refusent de travailler et passent leur temps à parasiter sur le fruit du travail des autres seront obligés de travailler ou de partir chez les autrez ethnies vivre comme immigrants sans-papier et sans droits !
    Chacun pour soit, le travail pour tous !!!

Comments are closed.