Coup de foudre à Magnambougou Faso- Kanu : Deux lavandiers meurent électrocutés dans la nuit de dimanche à lundi: Le début d’hivernage s’annonce mal pour certaines populations de notre pays.

    0

    A peine les premières pluies sont tombées qu’on entend parler des catastrophes, notamment d’inondation et de foudre. Après la ville de Goundam qui a été meurtrie, la semaine dernière, par les deux fléaux précités, le quartier Magnambougou Faso Kanu, en Commune VI du District de Bamako, a été frappé par la foudre dans la nuit de dimanche à lundi. En effet, deux lavandiers, Nadjè Tamboura, né en 1976 et Moussa Kontao, né en 1982, sont morts électrocutés par la foudre.

    L’information a été confirmée par le Commissaire divisionnaire Karim Sidibé en charge du Commissariat de police du 7ème Arrondissement de Bamako.

    Selon lui, après avoir été informé par les témoins du drame, il a dépêché une équipe sur les lieux, en compagnie du médecin légiste du Centre de santé de référence de Sogoniko, pour savoir exactement ce qui s’est passé. Il s’est avéré que les deux victimes, Nadjè Tamboura et Moussa Kontao, se trouvaient dans un groupe de lavandiers sur la berge du fleuve Niger non loin de la résidence de l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Mali.

    La pluie qui s’abattait sur cette partie de Bamako n’a point perturbé la détermination de ces saisonniers qui tenaient à terminer leur travail commencé depuis la matinée. C’est ainsi qu’un coup de foudre assourdissant retentit. Quatre des lavandiers tombent.

    Deux réussirent à se relever, sains et saufs. Malheureusement, Nadjè et Moussa sont restés étalés, inanimés devant leurs compagnons d’infortune.

    Le médecin légiste qui accompagnait l’équipe de la police a conclu à leur mort par électrocution.

    Les corps des deux victimes, après avoir été transportés à l’Hôpital Gabriel Touré, ont été remis à leurs parents pour leur inhumation.

    Ce drame interpelle une fois de plus les populations à observer les conseils pratiques pendant la période hivernale. La zone était-elle couverte par un dispositif anti foudre ?

    Quand est-ce que les services compétents vont-ils entreprendre la diffusion, à l’intention des populations, des mesures élémentaires à observer lorsqu’il pleut ?

    Dans tous les cas, le débat est ouvert, en attendant que les populations continuent d’ensevelir leurs morts par inondation et autres catastrophes liées aux pluies abondantes.                                

    Diakaridia YOSSI

     

    PARTAGER