Proxénétisme à Bamako : L’autre forme d’escroquerie

    17
    86

    Une nouvelle forme d’escroquerie, voir d’esclavage s’est installée dans le milieu du plus vieux métier du monde à Bamako et dans nos régions. Le phénomène s’est accentué depuis quelques années quand nos sœurs ont pris le chemin de la rue comme porte bonheur. Dans notre capitale, la prostitution rime avec cette grande ville, s’exerce à ciel ouvert avec le corolaire de la drogue et  l’alcool.

    Dès le petit soir, le corps de ces filles de joies sont voué à des « coups de piston ». Elles se vendent comme des miches de pain.  De 2000 à5000 Fla passe. Il arrive à défaut d’un potentiel client, elles se donnent à 1000 FCFA.

    Dans ce jeu de chambre de passe, des jeunes se sont transformés en proxénètes. Ils proposent de trouver des filles de joie de l’hôtel pour des clients et non les moindres. Ils ont des numéros de téléphone des prostitués qu’ils contactent en cas de besoin. Le marché est florissant et tout un chacun joue sa partition et y gagne. De ce fait, le phénomène de proxénétisme est rentré dans notre cité.

    Vieux, femmes et jeunes en profitent. Vous voulez en savoir plus, les gérants des bars en ont le secret. Des hommes qui s’enrichissent en profitant de la misère des jeunes filles qui ne demandent qu’à survivre. Ces jeunes filles qui s’adonnent à la prostitution sont pour la plupart issues de familles démunies. Elles voyaient les bars comme un Paradis. Mais la réalité est toute autre. En attendant des jours meilleurs qui sont hypothétiques d’ailleurs, elles pratiquent le plus vieux métier du monde. Mais tout ce qu’elles arrivent à faire, c’est enrichir les proxénètes, des malfaiteurs qui se font du fric sur et par la chair innocente de ces adolescentes.

     A l’impossible, nul n’est tenu. Par exemple, M. Seydou, plus de la vingtaine est un gérant de bar sis à l’ACI 2000. Selon lui, des riches sont les clients privilégiés. Ils l’appellent pour avoir des jeunes filles dont l’âge varie entre 14 ans et 18 ans dans leurs lits. Nous leur faisons des livraisons à domicile où ils nous envoient leur chauffeur. Dans ce commerce honteux, les filles de joie doivent payer de l’argent au retour à leur « maître ». Prises entre le marteau et l’enclume, ces jeunes filles ne savent plus à quel saint se vouer. La commission peut aller jusqu’à 10 ou 20% de la somme. En tout cas, il suffit de rentrer dans ce jeu pour bien comprendre que tous les coups sont permis.

    Dans ce cas, les services spéciaux de l’Etat sont avertis.

    B DICKO

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
    Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
    brazza<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 28</span>
    Membre
    brazza 28
    4 années 6 mois plus tôt

    Ne nous cachons pas la verite.Tout comme les idees ont echoue a lutter contre la drogue ou le traffic des armes.sachez aussi que toute tentative d`aneantir ce fleau, qui ne date point de nos jours,vouera a l`echec.Car c`est aussi nous qui sommes les abonnes fideles,personne d`autre.Comme dirait le bambara`bignekala gninina sen be bignekalakan….`

    Aved<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 20</span>
    Membre
    Aved 20
    4 années 6 mois plus tôt

    Ce phénomène existe partout dans le monde et lutte contre, c’est faire un coup d’état à mesure que la population est très pauvre.Donc à l’état actuel des choses, il faut amener de proposition concrète pour sauver nos sœurs et ses calvaire.C’est pathétique d”entendre la somme qu’elles se vendent. Une chose est claire, on peut pas lutter efficacement ce fléau, mais je pense qu’il faut règlementer en augmentant les prix à 15.000-25.000 pour que les enfants ne puissent pas fréquenter ce milieu.Instaurer à l’école malienne les leçons de morale et mobiliser la police des mœurs quand on arrête à chaque patrouille ça équivaut à une amande de 10.000 ou plus. Chaque chef famille a sa part de responsabilité <>

    Annna19<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 6</span>
    Membre
    Annna19 6
    4 années 6 mois plus tôt

    cest vraiment pathetiiiiik 🙁

    Un malien<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 206</span>
    Membre
    Un malien 206
    4 années 6 mois plus tôt

    QUe Dieu nous aide. AMINE. Dicko apres cet article, il faut faire un article sur le proxénétisme intelectuelle et surtout celui de tous ces journalistes corompus et vendus qui vont honte au métier de journaliste

    banfo<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 142</span>
    Membre
    banfo 142
    4 années 6 mois plus tôt

    Nous avons le meme probleme ici au canada.
    Je vous dis il faut lutter efficacement contre ce phenomene ce n’est pas bon pour le mali.Les femmes sont devenus des ojets sexuels ici au canada.

    BENAVRA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 25</span>
    Membre
    4 années 6 mois plus tôt

    la responsabilité est partagé mais la meilleur façon de lutter efficacement dont l’état peut gagner aussi il faut taxer fort les chambres de passe ça permet à l’état de faire des recettes mais malheureusement on est dans un état dont il manque leadership obsédé par le pouvoir et le sexe donc il faut la rupture une nouvelle génération et une nouvelle vision c’est nôtre combat aujourd’hui et je vous invite à dénoncer et faire des propositions

    jhoncarew<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 5</span>
    Membre
    jhoncarew 5
    4 années 6 mois plus tôt

    cè une aventure il faut pas sa contunui;tu t’e fait pour la filles des autres donc ta filles aussi est en dangeeeeeeeeeeee

    amiridje<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 255</span>
    Membre
    amiridje 255
    4 années 6 mois plus tôt

    Nous devons faire attention à nos propos qui peuvent être des publicités.
    Est-ce que des gens qui veulent informer plus de clients ne sont pas derière cet article.
    C’est un problème de société, d’éducation, de misère, c’est pas la repression qui le ressout mais beaucoup plus.
    Mes respects

    DOUDOUBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1758</span>
    Membre
    DOUDOUBA 1758
    4 années 6 mois plus tôt

    La “PROSTITUTION” est devenu la Crise Du SUD ,apres la crise du NORD,il va falloir que le gouvernement porte des gants pour proteger la jeunesse,espoir de demain.

    Clapham<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 31</span>
    Membre
    Clapham 31
    4 années 6 mois plus tôt

    Pas de gants, mais des capotes pour éradiquer la prostitution qui renfloue les caises de l’Etat à travers les hôtels de passe partout à Bamako. Une bonne affaire pour l’OMATHO (Office malien de tourisme et de l’hôtelerie).

    Un Peuple un But une Foi 2012<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 29</span>
    Membre
    Un Peuple un But une Foi 2012 29
    4 années 6 mois plus tôt

    “Des hommes qui s’enrichissent en profitant de la misère des jeunes filles qui ne demandent qu’à survivre”

    wpDiscuz