Temps Forts
NEWS ALERTE 
il y a 2 années
 Zénith Balé

Terrain de footbal des jeunes de Torokorobougou : Le terrain Amadou Haya source de conflit entre les jeunes et une Association féminine

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Le considérant comme un héro, les jeunes de Torokorobougou lui ont dédié le nom d’un terrain de football sujet de tiraillement. Il s’agit du Capitaine Amadou Haya Sanogo, le tombeur du Général Amadou Toumani Touré le 22 Mars dernier. Alors, après que le terrain soit occupé par des jeunes depuis quelques années, une Association féminine à qui appartiendrait le lieu voulait le mettre en valeur. Situation qui serait à l’origine de la révolte des jeunes jusqu’à mettre un véhicule hors d’usage. C’était ce samedi 17 Novembre aux environs de 16h.

«Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme», Lavoisier. En cette période difficile de la vie de la Nation, il est important pour chacun de savoir mieux se comporter pour ne pas être la cible des populations meurtries.

Vu et perçu comme un espace public, ce terrain a longtemps été le lieu d’éducation physique des jeunes. Alors, après le putsch, ils l’ont baptisé Capitaine Amadou Haya Sanogo. Leur surprise fut grande ce samedi de constater le dépôt de graviers sur l’espace. Alors, déchainés et dépassés par la situation, les jeunes n’en pouvaient plus. Ainsi, après des tiraillements, ils ont jeté des pierres sur une voiture qui a été mise hors d’usage.

Après recoupement, il nous a été signifié que le terrain appartiendrait à une association féminine et qu’il devrait servir de centre de santé. Mais longtemps à la disposition des jeunes, ceux-ci n’entendraient plus le lâcher faute d’espace de loisir. D’où ce déferlement des jeunes ce samedi qui va aboutir à de nombreuses arrestations parmi les jeunes et leurs parents par la police. Qui avait finalement sécurisé toutes les voies adjacentes pour éviter des affrontements inutiles. Au moment où nous mettions sous presse, il nous est revenu que certains inculpés croupissaient encore à la police.

B. DABO    

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.

7 Réactions à Terrain de footbal des jeunes de Torokorobougou : Le terrain Amadou Haya source de conflit entre les jeunes et une Association féminine

  1. kenso
    16 commentaires
    20 nov 2012 à 23:52

    le terrain communal au du terrain communication

  2. kenso
    16 commentaires
    20 nov 2012 à 23:49

    Niyefôkoyesegou,soyons raisonnable,nul ne doit faire sa propre loi,il est écrit noir sur blanc que c’est la propriété de l’association,mais laissons les ce qui leur appartient. Si j’ai bonne bonne mémoire le terrain communication c’est bien à torokoro,en ces temps si difficile le Mali n’a nullement besoin de ces genres de choses. Qu’Allah nous guide dans le droit chemin.Amen

  3. bitonmamary
    13 commentaires
    19 nov 2012 à 12:58

    du calme cher compatriotes la faute incombe aux maires qui ont vendu tous les terrains même les collines – il faut des mandats d’arrêt contre les maires la semaine dernière seulement le maire de faladié à signé une notification sur un titre foncier et vendu avec ses (cocsseurs) à un honnête citoyen
    je vous informe que la prochaine crise sociale au Mali sera pour le foncier elle sera plus violente que toutes les crises qu’à connu le Mali

  4. Lasstuss
    513 commentaires
    19 nov 2012 à 11:38

    Entre un terrain de foot et un centre de santé, le choix doit être simple à faire……………

    • Niyefôkoyesegou
      708 commentaires
      19 nov 2012 à 13:38

      C’est le foot est le choix, c’est rentable, et c’est saint, alors que que nos centres de santé sont des mouroirs.Effectivement, il faut créer des espaces de loisirs pour la jeunesse, sinon ils pourrront prendre les armes

  5. maliba2000
    18 commentaires
    19 nov 2012 à 11:29

    on doit appliquer la tolerance zero à ces jeunes comme le disait leur idole

  6. aminata sanogo
    390 commentaires
    19 nov 2012 à 10:36

    les enfants sont malade quelle sanogo qui est venus foudre le pays dans le mal comme sa là aba sanogo aba sanogo et ces complices