Un an après le passage des Jihadistes à Tombouctou : Le taux démographique explose dans la cité des 333 saints

5
Monument des martyrs de Tombouctou
Monument des martyrs de Tombouctou

Les populations du Nord du Mali et celles de Tombouctou en particulier se rappelleront comme si c’était hier le passage des bandits armés dans leur région. Ceci, en voyant des enfants métissés issus des mariages forcés, des viols et autres violences sexuelles commis, lors de l’occupation de leur territoire par les rebelles et les narcojihadistes sans foi ni loi. Dans la cité des 333 saints où votre quotidien L’Indépendant a enquêté sur le phénomène, le constat est sans appel : le passage des narcojihadistes a laissé de mauvais souvenirs qui ne disparaitront sans doute jamais.

 

De cette enquête, il ressort que les jeunes filles, qui n’ont pas échappé aux griffes des vagabonds enturbannés, du moins celles qui ont pu conserver leur grossesse, ont des enfants métissés. Certaines, accablées de honte, ont dû quitter la région. D’autres se sont réfugiées ailleurs au Mali, voire dans des pays voisins.

 

Malgré tout, le constat est là. La plupart des filles qui ont été forcées au mariage, celles qui ont été violées ou victimes d’autres actes sexuels forcés, après tout ce cafouillage, n’ont pas échappé aux grossesses indésirables contractées après des relations par contrainte avec les jihadistes, rebelles et autres bandits armés. Ces enfants,   venus au monde dans des circonstances déplorables, n’y sont pour rien, car leurs mères n’ont fait que subir.

 

Des familles éplorées

Au quartier Sankoré, situé juste derrière la célèbre mosquée du même nom, sur la place publique (un endroit où se tenait le jugement des auteurs d’adultères, châtiés à coups de fouet) les souvenirs sont encore très vifs. Rappelons que c’est le même quartier qui abrite l’institut Ahmed Baba, dont les locaux ont servi de quartier général pour les jihadistes.

Ici, nous avons pu nous entretenir avec quelques membres des familles des victimes. Une mère de famille de 59 ans a vu sa fille répudiée par son mari parce qu’elle a été une victime collatérale de cette crise. En effet, sa fille vivait à Abidjan avec son mari, depuis plusieurs années. Ses déboires ont commencé lorsqu’elle est venue rendre visite à ses parents à Tombouctou. Durant son séjour, les régions septentrionales du Mali sont tombées entre les mains des bandits armés et, le jour même où elle s’apprêtait à quitter la ville pour Abidjan, elle fut capturée sur le chemin de la gare routière par les jihadistes qui lui reprochaient de n’être pas voilée. Elle fut donc jugée par la police islamique et jetée en prison. Cela n’était que le début de son calvaire car, durant son séjour carcéral, elle fut une véritable proie des rebelles qui l’utilisaient à leur guise.

 

C’est après une série de viols commis par les rebelles alliés aux narcojihadistes que la pauvre fille est tombée enceinte. De qui ? Elle ne le saura sans doute jamais. Quelques mois après sa sortie de prison, elle constata son état et informera son époux.

 

Ce dernier, ne voulant rien entendre, a juste déclaré le divorce sans aucune autre forme de procès. La jeune dame s’est alors retrouvée abandonnée à son triste sort, faisant l’objet de toutes sortes de polémique dans la famille.

 

Avorter ou garder l’enfant ?

Certains proches lui ont demandé d’avorter, car ils jugeaient indigne la présence d’un enfant né de ces relations au sein de leur famille. Par contre, d’autres étaient catégoriques et refusaient toute idée d’avortement, se référant aux paroles divines. Le dernier mot est revenu à la jeune dame qui a préféré garder son enfant, âgé de plus d’un an présentement. Elle vit chez ses parents, avec son fils, qui ne connaitra probablement jamais son père.

C’est toujours dans ce même             quartier qu’un jeune garçon, qui bavardait avec sa camarade de classe lors de la patrouille des islamistes, s’est tout     simplement vu embarqué et jugé sur la place publique pour adultère. Après avoir reçu 40 coups de fouet, ils ont été         mariés de force. L’enfant issu du jeune couple a, aujourd’hui, plus d’un an.

 

Il nous a également été rapporté que ce quartier Sankoré a été celui qui a le plus subi les cas de viols et de mariages       forcés. Et cela s’explique clairement par le fait que ce fut le quartier général des jihadistes. Certains chefs de famille, pour mettre leurs progénitures féminines à l’abri des assauts de ces énergumènes, les ont tout simplement envoyées dans des villages voisins.

 

Nous avons fait un tour à Djingareyber. C’est dans ce quartier, le plus ancien de Tombouctou, qu’une jeune femme, contrainte à se marier à un jihadiste, qui l’avait amenée à la frontière du Niger, a retrouvé sa famille, avec deux enfants. En effet, durant son séjour avec le jihadiste, elle a eu des jumeaux, un garçon et une fille. À son retour, sa   famille a tout simplement décidé de l’envoyer au village situé à quelques           kilomètres de Tombouctou, où elle réside désormais avec sa grand-mère et ses deux enfants.

Le cas le plus touchant s’est produit à Badjindé, l’un des quartiers populaires de Tombouctou. C’est en larme qu’une mère nous a reçus. Lors du passage des             Jihadistes, elle a vu ses trois filles forcées à se marier. ” Mon époux n’ayant pas pu supporter a succombé, le lendemain de l’enlèvement. La première fille, qui a été mariée à l’un des rebelles, servait plutôt d’objet aux autres rebelles, car tous les soirs, elle se voyait forcée de coucher avec des hommes enturbannés, différents de son mari. Très jeune, ma fille s’en est sortie avec une fistule obstétricale ” raconte la pauvre dame.

 

Les deux autres sont retournées chez leurs parents, Dieu merci sans problème de santé, mais avec deux enfants. La pauvre dame éplorée nous a confié avoir des difficultés de toutes sortes. Elle n’a pas les moyens pour élever ses enfants, pire elle essuie toutes sortes de moqueries à longueur de journée. ” En voyant mes petits-fils, je suis contente, mais en même temps, il me faut pouvoir leur assurer une bonne éducation, afin de leur épargner toutes sortes de discriminations, car le plus dur reste à venir. Comment leur parler de leur parent ? Que deviendront-ils si jamais leur éducation n’est pas prise en charge?” Telles sont les questions qui taraudent la pauvre femme qui éclate en sanglots chaque fois qu’elle se souvient.

 

Nous avons aussi visité l’hôtel Azalaï, construit par feu Mohamar Khadafi et situé près du ” canal de la mort “, ainsi appelé parce que c’est là que la population était conviée aux jugements de la charia, qui se terminaient par des exécutions par balles ou des sections des membres par machettes. C’est en fait là qu’on fusillait et coupait les mains des fauteurs.

 

Cependant, un gérant d’hôtel, non loin de ce lieu sinistre, nous a avoué avoir reçu plusieurs fois dans ses locaux, des jihadistes avec des femmes mariées. “Ces gens-là commettaient tous les jours l’adultère. Plusieurs fois, je les recevais avec des femmes mariées, qu’ils forçaient à coucher avec eux. Ce sont de véritables bandits armés qui n’avaient pour mission que de semer la terreur dans nos familles ” explique-t-il de façon très remonté.

En tout cas, même si certaines familles refusent de se confier pour des raisons compréhensibles, le constat est clair : en sillonnant les différents quartiers de Tombouctou, on s’aperçoit à première vue que cette ville a pris un grand coup au plan démographique. Après avoir fait un tour à la direction régionale de la décentralisation afin de nous enquérir du taux de croissance démographique, il nous a été rapporté par un des agents que lors de l’occupation des jihadistes, toutes les données relatives à ce sujet ont été détruites et que le nouveau bilan ne sera disponible que d’ici à la fin de l’année.

Selon nos informations, les ONG         humanitaires, qui luttent pour la cause du bien-être du genre, s’y activeraient, afin d’assurer le minimum de prise en charge pour les femmes victimes de cette crise.

 

Une véritable bombe à retardement

Ce sujet, aujourd’hui, laisse apparemment les dirigeants indifférents. Pourtant c’est le moment de le prendre au sérieux. Certes, ces enfants sont venus innocemment au monde, conçus dans des circonstances connues de tous. De leurs géniteurs, on sait que certains sont décédés, d’autres fondus dans la nature. Du coup, ces enfants ne les connaitront sûrement pas.

Quand ils grandiront que deviendront-ils ? N’essaieront-ils pas de se venger ou développer des sentiments de frustration en apprenant ce qui s’est passé ? N’est-ce pas le moment de les recenser et leur offrir des cadres sains dans lesquels ils peuvent s’épanouir comme des enfants       normaux?

Les autorités sont donc appelées à prendre ce problème à bras le corps avant qu’il ne soit trop tard !

 

                        Réalisée par Clarisse NJIKAM, envoyée spéciale à Tombouctou cnjikam2007@yahoo.fr

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Qu’est ce que la mosquée de Djenné vient faire ici même si Tombouctou et Djennée sont des villes jumelles?

    Pas d’accord avec cet article qui doit être enlevé pour des raisons culturelles.

  2. Mettez une photo de Tombouctou au lieu de la mosquée de Djenné.

    La situation est dur à avaler, mais selon le généticiens, les bons génétiques se fond de cette manière ou par les tromperies de vos femmes avec des étrangers. RIRE.

    • Qui est ce qui vous dit que la journaliste connait la difference entre la mosquée de Djéné et celles de Djingareïber, Sankoré ou Badjindé. Qui sait si elle a meme mis pied dans ces localités…..

  3. Hey journaliste Déléguée de Match dit la vérité aux gens mais n’importe pas la quelle . Peux tu nous citer un seul nom de ces familles 😉 😉 .

    Après avoir tenter d’escroquer la ligue de football de Tombouctou et entrahissant tes propos de la reunion technique sur les conditions d’accueil de l’équipe visiteuse tu diffames encore les familles tombouctiennes .

Comments are closed.