Libération du nord du Mali : Qui dirige à Bamako ?

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

«Il n’y a plus de pouvoir à Bamako», dixit la communauté internationale depuis l’immixtion de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans les affaires intérieures du Mali. Elle ne cesse de clamer haut et fort qu’il y a lieu d’organiser des élections générales très vite afin d’avoir un  pouvoir crédible pour la libération du nord du Mali. Cette démarche de la Communauté laisse présager qu’elle a déjà son candidat susceptible de ratisser large à l’élection présidentielle comme ça été le cas avec Alassane Dramanr Ouattara (ADO) en Cote d’Ivoire. Dioncounda Traoré, gouverneur de la CEDEAO au Mali n’a aucun pouvoir pour engager notre pays dans une guerre  dont lui et le système Alpha- ATT sont les responsables.
Les rebelles du MNLA, MUJAO et Ançar-dine sont des responsables politiques des partis ADEMA et PDES. Si Modibo Keita, premier président  du Mali, a crée l’armée pour assurer l’indépendance militaire et en faire un creuset national, ses successeurs ont brisé ce ressort.
En 1995, l’armée malienne dépose un rapport accablant sur le bureau de l’Assemblée nationale du Mali suite aux évènements survenus au sein des forces Armées et de sécurité et au pourrissement de la situation au Nord de notre pays.  Rien n’y fit. Pourquoi alors prolonger le mandat des élus d’Institutions qui ne se soucient que de leur propre traitement ?
L’Armée dit-on nous apprend deux choses : la discipline et l’honneur. Le Mali, dit-on est un pays pauvre mais les cadres maliens sont de riches fonctionnaires. Le pays fait une grande partie de son commerce avec la France et dont le décollage économique est plombé par une dette qui a triplé en vingt ans. La France apporte une aide budgétaire importante, mais s’en tient aux échanges culturels et à l’assistance technique.
La coopération française est obligatoire avec le Mali à cause du problème de l’importante communauté malienne résidant en France dont plus des deux tiers sont des clandestins.
Face à la situation du nord du Mali la France ne peut rien faire.
En raison de la faiblesse des forces africaines ou des contingents de l’Organisation des Nations Unies (ONU) appelés à s’interposer comme médiateurs dans les conflits dont la France est sollicitée directement par les gouvernements africains ou leur opposition comme c’est le cas au Mali présentement avec la rébellion Touarègue.
La France ne peut pas soutenir à la fois les rebelles Touarègues et le Gouvernement du Mali ? On aurait pu penser qu’après l’échec  de la force Licorne dans le conflit ivoirien, la page était tournée. Mais ceux qui ont dénoncé avec véhémence  la politique française souhaitent aujourd’hui que Paris redonne le pouvoir à ATT comme elle l’a fait en Centrafrique après la chute de Bokassa(le retour de David Dacko).
Certes le dispositif RECAMP (Renforcement des Capacités Africaines de Maintien de la Paix)  mis en place par la France a montré ses limites. Et l’Union européenne n’a toujours pas de politique militaire africaine. Mais le slogan Jospinien «ni ingérence ni indifférence», auquel les nouveaux maitres  de Matignon se sont tenus, reste aujourd’hui, malgré sa médiocrité et son ambiguité, une attitude comprise des Africains comme  de nos partenaires européens. Et l’U.A ? Les conflits interafricains ? C’est la faute à la Conférence de Berlin de 1885, qui a fixé la plupart des frontières actuelles.
Les puissances européennes en se partageant l’Afrique ont brisé des royaumes, séparé des peuples, des ethnies, des familles. Les pouvoirs en place les ont conservés par la répression et la corruption qui a permis des enrichissements scandaleux chez les détenteurs du pouvoir et des enveloppes substantielles pour leurs complices blancs.
Depuis combien de temps la France apporte son soutien aux dictateurs, allant jusqu’aux interventions militaires directes et aux contributions à la répression des peuples. Tournons la page Foccart.

Qui doit donner l’ordre d’attaquer ? Qui bloque les équipements de l’Armée Malienne au port de Dakar?
Lorsque des fils prennent des armes contre d’autres fils du pays pour une quelconque partition, l’Armée de combattants est tenue de réagir contre l’armée d’occupation. Depuis un certain temps, notre pays fait la une de tous les médias à la fois nationaux qu’internationaux à cause  du coup de force intervenu le 22 mars 2012, mais aussi et surtout de la rébellion armée du nord qui s’est emparée des trois régions du Nord à savoir Kidal, Gao, Tombouctou.
Notre pays fait l’objet d’invasion de la part des vermines de toutes sortes. Alors pour soigner le mal, il faut s’attaquer à la racine. Si nous tenons au principe d’intangibilité et d’intégrité de notre territoire, il n’y a pas mille solutions.
La seule qui compte, c’est une intervention militaire de notre Armée malienne dans les régions occupées du Nord du Mali. De peur de représailles, le pouvoir illégal à Bamako bloque les armes de l’Armée malienne au port de Dakar.
Safounè KOUMBA

SOURCE:  du   8 jan 2013.    

4 Réactions à Libération du nord du Mali : Qui dirige à Bamako ?

  1. Horizon

    Il est clair que c’est Sanogo qui dirige à Bamako! J’ai bien peur que cela ait un impacte sur les troupes à la ligne de front.
    Les officiers sur le front avec leurs hommes doivent oublier et Sanogo et les politiciens incompétents à Bamako pour aboutir à leur mission de défense et de protection du territoir à savoir les régions occupées.

  2. Nous ne sommes pas en divinité, quand ce conard de Sanogo venait, qu’est ce qu’il n’a pas dit à propos de libération du Nord et voilà 9 mois passés qu’il est assit sur ses fesses là-bas pensant qu’il peut berner le peuple malien.Il va mordre les doigts s’il fait pas attention. Il temps de se ressaisir, Sanogo et clic, oubliez les 4×4, Prado, Vx et V8 et ayez pitié de vous mêmes et de ce pays. La vie comme une roue et ne forcez pas.
    Souvenez vous des hommes restent encore vivants et en douce!.

  3. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Certains n’ont pas confiance à l’armée Malienne et d’autres sous-estiment les valeurs des Maliens et leur pouvoir à reconquérir le Nord.

    Le Mali a besoin, aujourd’hui, de tout ce qui contribue à unir toutes ses composantes et toutes ses valeurs dont sa diversité. C’est pourquoi, les élections avant la libération du Nord ne doivent pas être organisées. Elles contribueront à la division et non à l’unité qu’on recherche.

    Nous devons croire en nous, nous unir autour de nos forces de défense et sécurité, leur faire confiance, le motiver et aller ensemble pour la reconquête du Nord.

    Ne les sous-estimons pas et ne sous-estimons pas nos valeurs et notre valeur une fois réunis.

    Sachez que c’est aux Maliens, en comptant sur nous-mêmes et sur nos forces de défense et sécurité, de trouver la solution idoine à la crise Malienne, les autres ne peuvent qu’aider.

    CES DERNIÈRES DOIVENT ÊTRE SOUTENUES POUR ASSURER LEUR TACHE.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE