Manifeste des forces vives de la nation : Tout sauf la signature de l’accord d’Alger en l’état actuel

1

Manifeste des forces vives de la nation :  Tout sauf la signature de l’accord d’Alger en l’état actuelLes différents partis politiques, associations et mouvements membres de l’ADPS et bien d’autres ont convenu de proposer un manifeste de 36 points dont la teneur suit:

«Manifestons solennellement devant le Peuple et devant l’Histoire:

Notre rejet total du pré Accord d’Alger parce qu’hypothéquant, en l’état, l’unité nationale, l’indivisibilité du Mali ainsi que le caractère républicain, démocratique, unitaire et laïc de la République;

Notre détermination à faire juger pour parjure et haute trahison toute autorité publique malienne qui signerait ou autoriserait que soit signé, en l’état, le pré Accord d’Alger;

Notre opposition à toute forme ouverte ou déguisée de partition du Mali, de légitimation de la rébellion armée comme mode d’expression politique ou de vassalisation de notre pays;

Notre dénonciation indignée des interférences extérieures hostiles à l’intégrité territoriale et au contrôle souverain de notre Peuple sur ses ressources naturelles, terrestres, sous-terraines et aériennes;

Notre condamnation des connivences manifestes, néfastes et illégales entre la MINUSMA et les groupes armés sécessionnistes;

Notre appel pressant au Conseil de Sécurité des Nations-Unies pour qu’il honore et fasse respecter, y compris par les puissances extra-africaines et par la MINUSMA, ses propres résolutions relatives à la crise malienne, notamment le désarmement des groupes armés et la restauration de l’autorité de l’Etat malien sur l’ensemble du territoire de notre pays dans ses frontières internationalement reconnues;

Notre rejet de toute notion de ‘’neutralité’’ de la MINUSMA entre l’Etat malien et les groupes armés, laquelle neutralité est une négation flagrante de la mission officielle de la Force onusienne;

Notre exigence d’une clarification et d’un renforcement du mandat de la MINUSMA pour faire de celle-ci une véritable Force de combat chargée d’épauler sans équivoque les Forces Armées et de Sécurité maliennes dans la neutralisation des groupes armés et de toutes les forces négatives menaçant l’intégrité territoriale du Mali ou le caractère républicain et laïc de l’Etat malien;

Notre exigence d’un cantonnement immédiatement et d’un désarmement complet, vérifiable et sans conditions ainsi que d’une dissolution sans délai de tous les groupes armés hostiles à l’intégrité territoriale du Mali et au caractère républicain, démocratique, laïc, unitaire et social de l’État malien;

Notre demande pressante d’un redéploiement de l’Administration et des Forces Armées et de Sécurité du Mali sur l’ensemble du territoire national;

Notre ouverture à tous partenariats gagnant-gagnant avec toutes puissances africaines ou extra- africaines respectueuses de la souveraineté du Mali, du droit de notre Peuple à disposer librement et souverainement des nos ressources naturelles à caractère stratégique et s’engageant à cesser ou s’abstenir de tout appui direct ou indirect, politique, diplomatique, financier, matériel ou médiatique à tous groupes armés séparatistes, jihadistes ou terroristes;

Notre rejet total de toute impunité pour les crimes de guerre et autres crimes contre l’Humanité commis dans le Nord de notre pays, y compris les graves violations des droits humains, les violences sexuelles et les destructions d’édifices culturels et de biens publics et privés;

Notre insistance que des mandats d’arrêt nationaux et internationaux soient lancés ou rétablis contre les leaders politiques et militaires des groupes armés;

Notre exigence que tous élus nationaux ou locaux ayant rejoint les rangs de la rébellion ou des groupes jihadistes soient déchus de leurs mandats électifs et poursuivis pour haute trahison;

Notre demande pressante que soit adoptée et fermement appliquée une législation dissuasive criminalisant l’apologie du terrorisme, du jihadisme et du terrorisme;

Notre insistance pour que les officiers déserteurs ayant rejoint les rangs des groupes séparatistes ou jihadistes soient traduits devant la justice militaire et déclarés inéligibles pour toute éventuelle réintégration dans les corps civils, militaires ou paramilitaires de l’Etat;

Notre attachement à une solution politique fondée sur l’appropriation nationale du processus de sortie de crise, le dialogue intra et intercommunautaire, le démantèlement des survivances féodales, esclavagistes et racistes, l’égalité des chances et des actions de développement durable bénéficiant à toutes les couches sociales et à toutes les zones du Mali, l’effectivité de la décentralisation en parallèle avec le renforcement des capacités de l’Etat central et le réarmement moral et matériel des Forces Armées et de Sécurité;

Notre détermination à assurer, dans des conditions humainement décentes, le retour des réfugiés et personnes déplacées internes et leur réinsertion harmonieuse dans le tissu économique, social et politique de leurs communautés d’origine ou d’adoption;

Notre condamnation de toutes activités criminelles liées au narco trafic, aux prises d’otages et au commerce illicite transfrontalier ainsi que de leurs auteurs, commanditaires, complices et clients;

Notre exigence que les Etats d’origine, destinataires et ou/consommateurs de drogues et les établissements financiers dépositaires des flux financiers générés par ces trafics criminels et mafieux s’abstiennent de toute activité de blanchiment et luttent plus efficacement contre la criminalité transfrontalière;

Notre demande que le blanchiment de flux financiers d’origine criminelle liés aux trafics mafieux dans la zone sahélo saharienne soit internationalement déclaré crime de guerre et crime contre l’humanité;

Notre exigence que les institutions financières internationales ainsi que l’ensemble des autres partenaires techniques ou financiers bilatéraux et multilatéraux révisent de fond en comble leurs conditionnalités et leurs modes opératoires ayant contribué à affaiblir et à décrédibiliser l’Etat central ainsi qu’à aggraver la pauvreté et la déstructuration de l’économie et de la société, faisant ainsi le lit des extrémistes et des forces obscurantistes et anti démocratiques;

Notre exigence que toute aide extérieure passe par l’Etat central et soit placée sous son contrôle, y compris celle distribuée par ou à travers les ONG et autres ‘’Agences humanitaires’’ nationales ou étrangères;

Notre engagement à préserver l’environnement et à promouvoir une gestion durable et équitable des ressources naturelles, y compris la terre, les zones de pâturage et les eaux souterraines et de surface, notamment en faveur des couches les plus vulnérables et défavorisées;

Notre détermination à promouvoir l’émancipation culturelle, économique, politique et sociale de la femme;

Notre ouverture sur les valeurs positives de la mondialisation tout en en combattant les aspects et effets pervers en préservant nos valeurs positives de société;

Notre attachement au dialogue des civilisations, au respect de toutes les confessions religieuses et de leurs symboles dans le rejet de toutes provocations et de toutes actions terroristes;

Notre détermination à obtenir la convocation d’un Congrès Extraordinaire du Peuple malien autour de la crise du Nord chargé, entre autres, de convenir d’un Plan National des sortie de crise élaboré avec la participation concrète de toutes les parties prenantes qui se reconnaissent dans la Nation et dans la République du Mali, démocratique, laïque, une et indivisible;

Notre exigence d’un engagement solennel écrit des puissances africaines et extra africaines, y compris et en premier lieu, les Etats et Organisations membres de la Médiation internationale ainsi que tous pays et Organisations disposant de troupes sur notre territoire, à cesser immédiatement tout appui direct ou indirect, ouvert ou déguisé, politique, diplomatique, médiatique, militaire, logistique ou financier à tous groupes armés et à ne rien entreprendre ou encourager qui puisse mettre en danger le caractère républicain, démocratique, laïc, social et unitaire de l’Etat malien;

Notre condamnation ferme de toute notion de ‘’neutralité’’ de la MINUSMA entre l’Etat malien et des groupes armés hostiles à l’intégrité territoriale et à la laïcité de la République du Mali;

Notre exigence que tout projet d’Accord sur le Nord soit soumis à referendum avant toute signature;

Notre ferme conviction que l’indispensable mutualisation régionale des efforts et des forces dans la lutte contre le crime transfrontalier et les menaces séparatistes et terroristes ne peut être efficace que si elle s’appuie sur des Forces Armées nationales crédibles, bien équipées, hautement motivées et convenablement encadrées ainsi que sur des services de renseignements nationaux efficaces, sans préjudice de coopération internationale avec tous pays et Organisations respectueux du principe d’appropriation et de leadership africains;

Notre détermination à tout mettre en œuvre pour qu’aucune base militaire étrangère ne subsiste dans notre pays dans un délai maximum de cinq ans qui sera mis à profit pour concevoir et mener à bien une véritable reconstruction de nos Forces Armées et de Sécurité suivant un concept stratégique et opérationnel de défense et de sécurité conçu et élaboré par le Mali lui-même en fonction des menaces et défis immédiats ou à moyen et long termes, pouvant intégrer des composantes de coopération militaire et sécuritaire avec tous pays et Organisations respectueux de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Mali;

Notre opposition à l’installation de toute ligne de partition du Mali sous le couvert de ‘’gel’’ ou de zone-tampon;

Notre volonté d’entreprendre des actions de re-légitimation de l’Etat (lutte vigoureuse contre la corruption dans les milieux tant civils que militaires, solution à la crise de l’école et du chômage des jeunes, lutte contre l’accaparement des terres rurales et la spéculation dans l’immobilier urbain et péri urbain, lutte contre la fraude fiscale et douanière, assainissement, transparence et préférence nationale dans les marchés publics, amélioration de l’accessibilité économique et géographique de la santé et des autres services sociaux de base, plus grande justice sociale, amélioration significative du pouvoir d’achat, amélioration nette des incitations à l’investissement productif, préservation des intérêts des générations futures, promotion politique, économique, sociale et culturelle de la femme en milieux urbain et rural, plus grande protection de la diaspora, amélioration du cadre de vie et du niveau scientifique, technique et technologique du monde rural, assainissement et accessibilité de la justice et des services de police, etc.) comme moyens de neutralisation de la campagne des groupes hostiles à la démocratie et au progrès social;

Notre détermination à reformer l’Etat dans le sens d’une plus grande efficacité ainsi que d’une transparence et une responsabilité (reddition de comptes) accrues dans la gestion des affaires et des ressources publiques au bénéfice du Peuple».

Fassoko Coulibaly

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. souvent mieux vaut un mauvais accord que pas d’accord du tout 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 le Mali n’est pas en état de négocier quoi que ce soit ni financièrement ni militairement ,et dites vous bien que ceux qui vous aident encore vont vous envoyer chier d’ici peu et qu’il faudra vous demm..erder tous seuls 💡 💡 💡 💡 💡 💡

Comments are closed.