Pdes : Guerre en sourdine des amis d’ATT

0

Le choix d’un candidat à la présidentielle de 2012 ne sera pas une simple affaire dans certaines formations politiques. Dans les grands comme dans les petits partis, la bataille de positionnement fait rage. Ainsi, selon des informations captées par les antennes du dard, il semble qu’un haut cadre du Pdes fait des pieds et des mains pour être le choix des affidés de Zounzani 1er pour Koulouba 2012. Dans cette démarche, il aura à faire à forte partie. Car, on sait que dans  ce parti hybride, il y a le 1er vice-président, Bittar qui veut aussi être calife à la place du calife. Si on ajoute à cette liste restreinte, le nom de Diane Séméga, il y a très fort à parier que ça va cailler dans les prochaines semaines au sein du parti dit présidentiel.     

 

Présidentielle

Le meilleur candidat

Les amis de Zounzani 1er réunis au sein du fameux Pdes ont vraiment la grosse tête par ces temps de pré-positionnement pour la présidentielle de 2012. En leur sein, on trouve toutes sortes d’hommes et de femmes souvent aux ambitions démesurées. Il y en a qui croient qu’ils sont tout droit sortis des cuisses de Jupiter. Ils ont donc tous les droits sinon plus de droits que le commun des maliens.

            Ainsi dans leurs rangs, un prétendant au fauteuil de Zounzani 1er a eu  le toupet de dire à des proches qu’il est forcément le meilleur candidat du microcosme politique national à la prochaine présidentielle. Juste pour se faire bonne conscience, il se donne quand même la peine d’ajouter qu’un autre haut cadre, ancien ministre de la République, candidat malheureux à la présidentielle de 2002, Soumi pour ne pas le nommer peut aussi être bon candidat mais pas à son niveau.

 

Primaires Adema

Les jeux sont faits ?

Il se murmure à Bamako-coura, dans la vieille bâtisse que squattent les abeilles que le choix du candidat à la présidentielle de 2012 est devenu comme un jeu d’enfants tellement les choses se sont simplifiées. Ainsi face aux sérieuses menaces de partition planant au dessus de la Ruche, il nous revient que finalement c’est le barbu ébouriffé de Nara, Dioncounda La Gaffe qui tient la corde. Un consensus minimum autour de sa candidature serait de plus en plus probable même si certaines têtes de turc bouderaient la manière dont les choses sont entrain de se faire.  Dioncounda La Chance diront certains.

 

Le président de tous les maliens à Paris

Le déplacement le plus inutile de Zounzani 1er 

Dimanche soir, le président de tous les maliens, Zounzani 1er s’est envolé pour la nième fois pour Paris. Personne ne peut dire combien de fois notre Zounzani a foulé le sol gaulois. Si par le passé, ATT s’est rendu pour des choses très sérieuses en Gaule, vraiment pour cette fois, le déplacement n’en valait pas la peine. Mes cousins dogons me comprendront sûrement. Déplacer un chef d’Etat pour une exposition sur des habitants de grottes au XXIème siècle ? Il faut être DOGON pour réussir une telle prouesse. On en dira pas plus. Mais ce qu’on sait, c’est ATT nous doit une franche explication pour ce voyage des plus inutiles.

 

Primaires Adema

Vers un congrès extraordinaire

Même s’il se murmure à Bamako-coura, que les jeux sont faits quant au choix du candidat de l’Aide-moi à la présidentielle, certaines têtes brûlées ne l’entendent pas de cette oreille. Ainsi dans certaines de leurs officines pas du tout favorables au choix porté sur Dioncounda, on a sorti les calculettes pour peser le poids de chacun des prétendants au sein de la Ruche. Ceux-là opteraient  pour un congrès extraordinaire qui probablement n’aura pas la même vision qu’une conférence nationale qui pourra entériner le choix du barbu ébouriffé de Nara, Mister Dioncounda La Gaffe. Adema, la guerre des clans est juste une affaire de moment. Les coutelas sont entrain d’être aiguisés. Ça va saigner dans les prochains jours, c’est sûr et certain. Le spectacle sera à la hauteur des enjeux.

 

Succession de Zounzani 1er

Les millions commencent à pleuvoir

L’accession au Palais de Koulouba ne sera certainement pas une partie de plaisir pour les nombreux prétendants au sacre final. Les tirelires des candidats seront fortement éprouvées pour convaincre les électeurs et autres leaders d’opinion. Il semble que la  presse a déjà commencé à tirer les marrons du feu. Un homme politique bien connu, candidat à la candidature de son parti a déjà investi des journaux afin de bénéficier de leur compréhension, sinon de leur soutien pour la bataille finale. On parle de quelques petits millions de FCFA pour déblayer le terrain en attendant le torrent de billets. Il faudra bien que les tubes digestifs puissent tenir et ainsi les plumes vont écrire clair et propre. 

 

La revanche du  CNID sur le PDES

Le PDES, qui s’est servi de l’hémorragie au sein du CNID-FYT pour se constituer en parti politique, vient en retour de subir le revers de la médaille. En commune VI du District de Bamako, plusieurs militants du Parti pour le Développement Economique et Solidaire (PDES) viennent de rejoindre avec armes et bagages le Congrès National d’Initiative Démocratique de Maître Mountaga Tall. Leur porte parole, Mme Sidibé s’est exprimée devant les militants du CNID lors de la confécadres du parti, le samedi à l’hôtel de l’Amitié. Selon elle, leur retour au parti du soleil levant est définitif et sans ambiguïté. Elle a rassuré les uns et les autres qu’elle et sa base ont quitté le PDES pour le CNID et que jamais elles ne feront faux bond à la formation de Maître Mountaga Tall. Elle est allée jusqu’à dire qu’elles affirmeront solennellement leur changement de cap pour montrer toute la grandeur du leader du CNID-FYT. Ne s’agit-il pas là d’une  revanche du CNID au PDES.

 

Confécadres du CNID

Le Boss a la haute main sur son parti

Maître Mountaga Tall se sent, aujourd’hui, le leader incontestable du parti du soleil levant. Il contrôle bien ses militants qui lui vouent un respect digne de son rang. Après le départ de N’Diaye Bah et ses partisans, le Vème  congrès ordinaire de son parti lui a permis de remembrer la direction politique du CNID-Faso Yiriwa Ton et de s’entourer des fidèles parmi les fidèles. Dans ce lot se trouvent l’actuel Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Modibo Kassogué et le jeune frère de N’Diaye Bah, le Dr Bah. Le Président Tall compte faire de la cohésion qui règne dans les rangs du CNID un tremplin pour se hisser sur les hauteurs de la colline du pouvoir en 2012.

 

7e édition de la journée  de la MMR

Les efforts  se poursuivent

Le Mali commémorera, le jeudi 14 juillet 2011, la 7e journée nationale de la maternité à moindre risque. Le thème de cette année : "Rôle des familles et des communautés dans la prise de décision pour le recours aux soins et une meilleure utilisation des services de santé ".

            Un point de presse a été tenu, le vendredi dans les locaux de la direction nationale de la santé (DNS). Il ressort de cette rencontre que le taux de mortalité maternelle au Mali est passé de 700 à 464 décès pour 100.000 naissances vivantes entre 1987 et 2006, selon les enquêtes démographiques et de santé (EDSM).

            Sur la même période, le taux de mortalité néonatale est passé de 60 à 46 pour mille (EDSM 96 et 2006). Les efforts en matière de réduction de la mortalité et de la morbidité maternelles et néonatales ont été constants et soutenus. En témoignent l’organisation de la référence dans 85% des districts sanitaires et la gratuité de la césarienne, les CTA chez les femmes enceintes et les enfants de zéro à cinq ans.

            La journée du 14 se fixe pour objectif de sensibiliser les familles et les communautés sur leurs rôles et responsabilités dans la prise de décision à temps pour le recours aux soins et une meilleure utilisation des services de santé. Les familles et les communautés seront informées sur les facteurs qui influencent négativement la décision de recourir à temps aux soins. Les activités de la journée sont placées sous la présidence de la 1ère dame Lobbo Traoré Touré. Le prix Tara Boré sera attribué demain lors de la cérémonie de commémoration en commune VI du District de Bamako.

 

L’UM-RDA et les  démons de la  division

L’UM-RDA Faso Jigi, qui est issue de la fusion de l’US-RDA et du BDIA-Faso Jigi, a échappé de peu à une implosion, le dimanche dernier, lors de l’élection des membres de la nouvelle direction politique, dans le cadre du 1er Congrès ordinaire. Sur les 49 délégués, 27 ont voté pour l’adoption de la liste proposée par la commission d’investiture et 22 se sont désolidarisés de cette procédure de choix des membres de cette direction. Certains délégués ont haussé le ton et il a fallu de peu pour qu’ils en viennent aux mains. La division était telle, que les organisateurs ont fini par remercier les journaleux présents pour le besoin du reportage. Certes, Bocar Diarra a été reconduit au poste de secrétaire général, mais, il lui faudra beaucoup de temps et d’énergie pour tenter de calmer les esprits des très fâchés et imposer la cohésion dans la famille RDA qui a beaucoup souffert des divisions internes depuis l’avènement de la IIIème République. L’UM-RDA a besoin de cette cohésion pour redevenir un grand parti lors des élections de 2012.

 

L’URD dans attente de son leader

Les militants de l’URD attendent toujours le retour définitif au bercail de Soumaïla Cissé, considéré comme le candidat naturel du parti à l’élection présidentielle de 2012. Son mandat est terminé à la tête de la commission UEMOA. Il est entrain de boucler son périple dans les pays membres pour faire ses adieux aux différents chefs d’Etat qui l’ont soutenu tout le long de son mandat. Son come back sur la scène politique nationale est prévue pour septembre 2011. Il ne manquera pas de donner du tonus à la classe politique qui commence à marquer son territoire dans la perspective des prochaines échéances électorales.

 

Résignation pour les tenants du RAVEC

La classe politique nationale qui tenait au fichier biométrique issu des résultats du recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC) n’a plus d’autres solutions qui de se résigner à adhérer aux choix des experts et des autorités. Pour ne pas dire aux maliens de retourner au RACE (recensement administratif à caractère électoral) décrié par tous y compris le pouvoir, les experts ont forgé un autre cigle qu’est le FEC (Fichier électoral consensuel) qui n’est autre que le RACE amélioré. Reste à savoir si cette amélioration du RACE se fera dans le consensus

Commentaires via Facebook :

PARTAGER