Comment promouvoir la culture malienne, selon Moussa Mara

0
0

Lors de sa traditionnelle rencontre avec la presse, le vendredi 20 janvier dernier, le candidat du parti Yelema, Moussa Mara a fait des propositions, qui de son point de vue, peuvent aider à promouvoir  la culture malienne.

 

Selon Mousa Mara, la culture est l’ensemble des traditions et souvenirs, du vécu collectif et de la conscience partagée d’un groupe d’être humains. Elle forme la racine d’un individu et même d’une nation.

 

Car, la culture s’illustre dans nos modes de vie, dans notre artisanat, les travaux champêtres, les habitudes musicales, l’éducation etc.

Elle est véhiculée, selon lui, par les langues et se transmet de génération en génération qui la perpétue pour mieux singulariser chaque peuple, chaque nation, chaque ethnie.

 

Pour Moussa Mara, la culture peut être un puissant indicateur de progrès collectif. Car, elle peut aider un Etat dans sa quête de progrès. Si, elle est soutenue, encadrée et accompagnée par une politique claire et volontariste.

 

Ainsi, il estime qu’il faut protéger notre culture pour mieux nous armer, face aux enjeux du 21ème siècle.

 

D’abord, en faisant de la piraterie un crime au même titre que la falsification de la monnaie et alourdir les condamnations. Aussi, organiser des opérations «coup de poing » toutes les semaines sur le marché pour saisir les objets piratés, monter une brigade spécifique de lutte contre la piraterie, travaillant avec tous les services. Laquelle  collaborera avec les artistes, leurs représentants, les maisons de disques.

Aussi, il propose d’instruire aux  contrôleurs  de l’Etat  de faire attention au respect des dispositions de préférence nationale, de promouvoir les créateurs maliens  pour mieux soutenir le « consommer malien ».

 

 

Pour faire de la culture un pôle prioritaire de développement, Moussa Mara préconise que les habitudes culinaires, vestimentaires, de consommation courante soient orientées vers les produits du cru. Et, pour cela l’Etat donnera l’exemple à travers leur habillement,la décoration des bureaux et des salons, les cérémonies officielles, les nourritures qui y sont servies, l’ameublement des espaces ,les logements etc.

 

Il s’agira, aussi, de mieux enseigner la culture, les arts à l’école pour éveiller les enfants aux arts et à la culture, soutenir l’initiative de renaissance culturelle de l’Afrique par l’allocation par chaque pays, de 0,3% de son budget d’Etat pour la mise en place  d’un  fonds culturel panafricain, instaurer une journée de promotion de notre culture chaque mois, soutenir les initiatives culturelles, soutenir l’INA en l’équipant davantage, multiplier les festivals etc.

Pour faire du tourisme et de l’artisanat des indicateurs  de richesse, Mara propose la création d’un centre de gestion agréé par région pour les artisans, le lancement d’un projet de développement et de soutien à l’artisanat sur le modèle du projet d’appui aux commerçants détaillants.

Aussi, Moussa Mara envisage d’appuyer les structures de formation des cadres et d’agents dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie, de créer les conditions d’un tourisme interne au Mali etc.

Dieudonné Diama

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.