Décentralisation et administration du territoire : Moussa Mara propose la suppression des Cercles

2
3

Augmenter le nombre de régions et supprimer les cercles pour réduire à deux le nombre d’échelons administratifs; soutenir l’érection de villes moyennes, pour obtenir une soixantaine d’agglomérations de ce type, bien équipées et dotées d’infrastructures adéquates à la vie urbaine; créer une citoyenneté frontalière, en définissant l’espace frontalier et en dotant les populations concernées de droits leur permettant d’être chez elles dans chaque pays; rendre effectif le transfert des compétences prévues par les décrets 02312, 02313 et 02314, ainsi que les ressources conséquentes d’ici la fin 2013. Voilà un certain nombre de mesures que le candidat du parti Yéléma, Moussa Mara propose dans le cadre de la décentralisation et de l’administration du territoire pour la présidentielle de 2012.

Après la restauration de l’autorité de l’Etat et la politique économique et budgétaire, le jeune candidat à la présidentielle de l’année prochaine poursuit la présentation de son projet de société. Le vendredi dernier, il a rencontré la presse au QG de son parti pour exposer sa vision sur la décentralisation et l’administration du territoire. Sur ce chapitre, le maire candidat à la course pour Koulouba plaide pour une simplification du découpage administratif, avec la création d’une soixantaine de régions avec à la clé aussi une nouvelle dénomination de celles-ci, répondant plus aux aires géographiques traditionnelles.

Dans ces nouvelles régions, Moussa Mara propose que le personnel de commandement soit réparti de manière plus efficace. Cette mesure doit avoir comme corollaire direct, selon lui, la suppression de la prédominance de nos villes les unes sur les autres. Réaffirmant son soutien à l’intégration africaine, le porte-étendard de Yéléma déclare dans son projet de société que les frontières ne doivent en aucune manière servir de facteur de blocage entre les populations. Au contraire, soutient-il, à l’intérieur de ces frontalières, on doit accroitre les occasions de commerce, de collaboration économique au sein des entreprises, de coopératives communes de production entre ces populations. Dans son projet de société, Yéléma met l’accent aussi sur le rôle des élus locaux.  Au parti Yéléma, on propose une relecture du statut des élus locaux, pour améliorer leur rang protocolaire. Cette mesure doit être accompagnée par la fixation de critères de niveau, de compétence et d’aptitudes pour prétendre à ces postes.

Il faut par ailleurs signaler qu’avant cette rencontre, le jeune maire de la Commune IV du District, candidat du parti Yèlèma à l’élection présidentielle de 2012, avait été gratifié du prix Harubuntou par l’ONG Belge, Eco Communication. Ce prix, remis le 22 décembre dernier à l’hôtel Radisson, vient récompenser les nombreuses initiatives qu’il a entreprises depuis son arrivée  à la tête de cette collectivité.

Yaya Samaké                          

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
rodrigues Soares<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 514</span>
rodrigues Soares 514
3 années 9 mois plus tôt

il faut avancer dans cette logique de decentralisation malgres les difficultes

nonalinertie<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2378</span>
nonalinertie 2378
3 années 10 mois plus tôt
Mr Mara doit aller au bout de son raisonnement et surtout rester objectif, faire la part entre le souhaitable, le vœu et le possible. En plus de la suppression des Cercles, au moins la moitié des Communes doivent disparaître, et surtout ne pas augmenter le nombre de Régions (l’idée de Régions/Terroirs n’est pas mauvaise en soi, mais est-ce-que cela résous le problème de fonds ?) Comment assurer le financement de leur fonctionnement pour un pays cité parmi les plus pauvres du monde ? A. Les Collectivités ont deux problèmes existentiels essentiels: 1. La pléthore de Communes non viables économiquement qui ne peuvent même pas payer le salaire minimum de deux agents, ne parlons pas d’investissement. Seule solution: fusionner les Collectivités Territoriales non viables à celles qui le sont. Mais qui aura le courage de l’initier ? Le gouvernement apeuré ? L’AMM pour se faire harakiri ? L’Assemblée Nationale frileuse qui, seule, a ce pouvoir ? Sinon, il ne faut pas trop se faire d’illusions sur le transfert de ressources de l’Etat aux Collectivités : Comment transférer quand on a soi-même les mains vides ? A la limite, l’Etat ne pourra que transférer que les missions, les rôles, bref du texte.… Lire la suite »
wpDiscuz