Bazoumana Sissoko : « Le vieux Lion » est toujours vivant

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Griot  bambara,  aveugle, issu d’une longue lignée de nation malienne,  Bazoumana Sissoko est né à Koni, localité de la commune de Barouéli dans l’ancien Royaume bamanan de Ségou. D’après la légende qu’il a lui même propagé, sa naissance serait intervenu en 1890 le jour de la prise de Ségou par les troupes françaises du général Louis Archinard. 

 

Feu Bazoumana Sissoko

Issu  d’une grande famille de griot, Bazoumana Sissoko est né   Aveugle. Enfant surdoué, mais Physiquement  diminué dès sa naissance,  il apprend à jouer seul  le n’goni (le luth traditionnel malien) qui deviendra son instrument de prédilection et dont il est reconnu comme un des virtuoses.

Surnommé  par ses compatriotes le « Vieux Lion » ou « le griot des griots », Bazoumana Sissoko orienta naturellement, de par sa naissance, son art musical vers l’épopée bamanan de Ségou.

Sous la 1ère  République (1960-1968), il défendait le jeune Etat du Mali à travers des titres comme « Mali » qui chantait la mère patrie et appelait ses concitoyens à la reconstruction nationale. Dans beaucoup de ses chansons de la période de l’indépendance, il met l’accent sur le patriotisme, le désintéressement, l’honnêteté et l’intégrité des dirigeants du pays. A sa manière, il soutint le jeune Etat du Mali et servit de référence à la plupart des artistes musiciens. Il est d’ailleurs le compositeur de l’hymne national malien (Pour l’Afrique et pour toi, Mali) dont les paroles ont été écrites par Seydou Badian Kouyaté.

Par ailleurs, sous le régime militaire, Bazoumana resta étonnamment muet, même dans le domaine de la production musicale. Tous ses grands titres sont d’ailleurs antérieurs à cette période dans laquelle il ne se produisit qu’à de très rares occasions. Mais,  Il ne verra pas la fin de la dictature militaire de Moussa Traoré car il s’éteint le 29 décembre 1987.

Son  style de musique  est appelé Janjon au mali. Il  est caractéristique de la région de Ségou. Les thèmes  qu’il aborde  sont surtout : les légendes de l’ancien royaume Bambara de Ségou ou encore de l’Empire du Mali. Parmi ces dernières, on peut citer la légende de Da Monson Diarra ou celle de Soundiata Keïta. Contrairement à d’autres griots qui chantaient les louanges des riches, Bazoumana a préféré rendre hommage aux grands hommes de l’histoire du Mali. Son n’goni, par lequel il a magnifié le janjon est, aujourd’hui, l’une des pièces phares du Musée National de Bamako  pour rappeler à la jeune génération que   « l’espérance est le bâton de l’aveugle »

Bazoumana, l’inoubliable, l’incomparable, l’inimitable, a de son vivant valorisé la bravoure des grands guerriers  qui ont posé les premières pierres de notre belle nation le « Maliba ».  Pour connaitre l’origine et la grandeur d’un homme,  il utilisait toujours des formules telles que : « De mon temps, les racines d’une personne déterminaient toujours la qualité de l’homme », « La dignité est l’essence de toutes les vertus ».

Pour cette jeune génération en proie à une rébellion absurde,  les conseils  du vieux lion sont toujours  les bienvenus. À savoir : le patriotisme et rien que le patriotisme car l’amour de la patrie peut déplacer le plus gros rocher du monde. 

                                                                                                                                                         ROKYA BERTHE

 
SOURCE:  du   2 fév 2013.    

4 Réactions à Bazoumana Sissoko : « Le vieux Lion » est toujours vivant

  1. I will immediately seize your rss feed as I can not to find your e-mail subscription hyperlink or e-newsletter service. Do you’ve any? Kindly let me realize so that I may just subscribe. Thanks. Where To Buy A Research Paper Urgently http://www.hahawang.cn/thread-184391-1-1.html

  2. JOE STRUMER

    BAZOUMANA FAIT PARTI DE L HISTOIRE DU MALI POUR TOUJOURS.NORMALE DE PARLER DU VIEUX LION AU MOMENT OU NOTRE PAYS VIT UN MOMENT HISTORIQUE.UN MOMENT OU LE PEUPLE DU MANDING EST ALLE CHERCHE MANKA SOUNDIATA EN EXIL LE FILS DE NARE FAMAKAN DE SOGOLON COUDOUMA
    A L EPOQUE DANS MADIND ON SE CACHAIT RIEN QUE POUR PARLER .C ETAIT LA MEME TERREUR QUE SOUMAORO KANTE IMPOSAIT AU MALIEN.LUI ON MOINS NE TUAIT PAS ON NON D ALLAH COMME SES MECREANTS.IL ETAIT SORCIER ET FIER DE L ETRE ALORS QUE SES CHARLANTANTS ARABES N AVAIENT MEME PAS LE COURAGE DE SE RECONNAITRE .EN PLUS KANTE ETAIT MALIEN.J EMMERDE TOUS SES VOLEURS DE MOTO DE VOITURES SES TRAFICANTS DE DROGUES .AU FAIT QUE DEVIENT AIR COCAINE OU ETES VOUS BANDE DE LACHES.UN VRAI DJIADISTES NA PAS PEUR DE LA MORT.A ARME EGALE ON VOUS ECRASE .J EMMERDE TOUTES SES NATIONS DE MERDE QUI NOUS EN VOULAIENT.LE MALI C EST A NOUS A DIT BAZOUMANA SISSOKO

  3. Bazoumana

    Respect !!avec lui dans son temp,nous savions qui etait qui?? Entre le vraie malien(( patriote ou faux!! Le Mali est envahit de non-noble ,des non-patriote,nos média sont envahit avec les sketch ivoirien decote ou autres?? À notre époque nous on utilisait pas le mot yakoooo!! Mais toutes ces langue font partie de notre société ,et on ne sait pas qui est qui??ils sont ou?? Nos troupe national d’antan!!revenons a nos valeur aucun pays ne peut evoluer sans sa culture

  4. tienimango

    un heros nationale…..