Crise sécuritaire au nord du Mali : Plus de 70% des personnes déplacées et refugiées sont des femmes et des enfants

0

Le groupe Pivot Droit et Citoyenneté des femmes a tenu hier au CNIFE une conférence de presse dans le cadre de son projet, d’appui à la participation des femmes au processus politique de la transition au Mali. L’objectif de cette conférence est de vulgariser les recommandations du forum sur la situation des personnes déplacées et réfugiées.

La présidente du Groupe Pivot et Citoyenneté de l'OPF, Mme Kama Sakiliba, hier face à la presse au CNDIFE
La présidente du Groupe Pivot et Citoyenneté de l’OPF, Mme Kama Sakiliba, hier face à la presse au CNDIFE

Informer et sensibiliser davantage les pouvoirs publics et les partenaires au développement du Mali sur la situation précaire des personnes déplacées et réfugiées notamment les couches vulnérables que sont les femmes et les enfants, tel était l’objectif visé par la conférence de presse.

En effet, notre pays est plongé dans une crise politico- institutionnelle et sécuritaire qui a conduit à l’occupation des trois principales régions du nord. Cette crise a engendré un déplacement massif des populations vers les pays limitrophes  comme le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et l’Algérie.  Au début de mai 2012, on comptait 130.000 personnes déplacées à l’intérieur  du Mali en provenance des trois régions du nord. Ce qui a provoqué une véritable crise humanitaire.

Selon la présidente du Groupe Pivot Droit et Citoyenneté, Mme Traoré Nana Cissako, une analyse de l’ensemble des organisations humanitaires internationales indique qu’environ 228.920 personnes sont déplacées contre 192.571 réfugiées. A la mi- janvier, certaines organisations  estimaient à 700.000 le nombre de personnes susceptibles de quitter leur domicile si la crise s’approfondissait davantage, dont 300.000 personnes  déplacées supplémentaires et 400.000 réfugiées.

Selon un rapport produit par OCHA, plus de 15.000 nouveaux réfugiés maliens sont arrivés entre le 11 et le 27 janvier au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie. Près de 9946 nouveaux déplacés internes sont venus à Bamako, Ségou et Mopti  entre le 12 et le 24 janvier.  De janvier à février, le HCR a produit un rapport faisant état d’un total de 405.296 réfugiés et déplacés.

Les acteurs humanitaires et le gouvernement du Mali pour assister 4,3 millions de maliens vulnérables à travers le pays demandent un montant total de 370.434.258 dollars américains, dont seulement 0,75 % a été versé.

L’Union Européenne a annoncé qu’elle versera 20 millions d’euros pour les projets liés à la malnutrition et à l’assistance aux réfugiés.

C’est face à cette situation dégradante que le Groupe Pivot Droit et Citoyenneté a tenu un forum au cours duquel, les recommandations ont porté sur l’humanitaire, les droits de l’homme et le processus électoral.

Fatoumata Mah Thiam KONE

PARTAGER