Sur le chemin de la connaissance des institutions : L’APDF pour les reformes politiques et contre la «guerre imposée» au Mali

0
0
Abdoulaye Sall, le ministre des relations avec les institutions et la représentante de l'APDF

La salle des spectacles de Mieru Ba de Ségou a abrité, le 21 février 2012, la journée d’information, de formation de sensibilisation et de mobilisation des femmes de l’Association  pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes (APDF) des régions de Ségou, et Sikasso sur la connaissance et une meilleure compréhension des Institutions ainsi que le projet de réforme constitutionnelle, les enjeux, défis  et perspectives liés aux élections générales de 2012.
Toujours sous le triptyque de l’éveil, du réveil et de la renaissance patriotiques, après les cinquante (50) Pasteurs et leurs Epouses de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes Evangéliques au Mali (AGEMPEM) au Centre Gabriel CISSE, il revenait aux Leaders Femmes de l’Association pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes (APDF) venus des régions de Sikasso et de Ségou de poursuivre et d’affirmer leur volonté et leur forte détermination d’opérationnaliser le partenariat qui les lie au Ministère des Relations avec les Institutions sur le chemin de la connaissance et d’une meilleure compréhension des institutions en vue de leur plus grande participation, implication, responsabilisation et autonomisation dans la vie publique et la prise de décisions. Autant de préalables nécessaires et indispensables en cette année 2012, déclarée année des élections à travers la révision de la Constitution du 25 février 1992 par référendum, l’élection du Président de la République, première Institution des Institutions Constitutionnelles, et des Députés par les élections générales.
« Accès des Femmes aux mandats électoraux et fonctions électives ».
A l’ouverture, le Ministre des relations avec les institutions a indiqué que le Thème «accès des Femmes aux mandats électoraux et fonctions électives »se justifie d’autant plus que la nouvelle Loi, la Loi N° 11- 056/AN- 056 du 02 août 2011 portant révision de la Constitution du 25 février 1992, adoptée par le Gouvernement après avis de la Cour Suprême, votée par les Députés à l’Assemblée Nationale, et qui doit être soumise au vote du Peuple par référendum le 29 avril 2012, avant d’être promulguée par le Président de la République, et publiée dans le Journal Officiel, apporte une innovation et une avancée majeures dans les droits et les devoirs des femmes dans notre pays en stipulant en son article 3 que « l’accès des femmes aux mandats électoraux et fonctions électives peut être favorisé par des mesures particulières prévues par la loi et les textes règlementaires ».
Encore faut-il que les femmes soient informées, sensibilisées et conscientisées sur les enjeux, les défis et les perspectives qui se profilent derrière ces dispositions constitutionnelles particulières de haute portée historique, citoyenne, démocratique et républicaine consacrées aux femmes ? Ce à quoi se dédie la présente Rencontre de Ségou MRI/Leaders Femmes APDF des régions de Sikasso et de Ségou, faisant suite à celle tenue à Sélingué et destinée aux femmes des régions de Kayes, de Koulikoro et du District de Bamako.
Le ministre Sall de rappeler que si l’article 2 de la Constitution du 25 février 1992, repris in extenso et fort opportunément dans celle qui sera soumise au Peuple par le référendum du 29 avril 2012, stipule que « tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée », l’article 3 de la nouvelle Constitution confère aux femmes l’opportunité constitutionnelle, législative et règlementaire de poursuivre leur lutte héroïque de Femmes de la République au service du Mali démocratique.
Pour les reformes politiques et contre guerre imposée au Mali
A l’issue de cette journée d’information, de formation de sensibilisation et de mobilisation des femmes de l’Association  pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes (APDF) des régions de Ségou, et Sikasso sur la connaissance et une meilleure compréhension des Institutions ainsi que le projet de réforme constitutionnelle, les enjeux, défis  et perspectives liés aux élections générales de 2012, à travers une déclaration solennelle, les participantes s’engagent à soutenir les reformes politiques en cours et le portage des élections générales de 2012. « Nous, FEMMES LEADERS de l’APDF des régions de Ségou et Sikasso, à la suite de celles des régions de Kayes, Koulikoro, et des six (6) Communes du District de Bamako regroupées à Sélingué, le 29 janvier 2012, déclarons solennellement soutenir les réformes politiques en cours. Nous nous engageons, et invitons toutes les femmes du Mali à voter et à faire voter OUI au référendum constitutionnel d’Avril 2012  et à participer massivement aux élections générales de 2012 afin de doter notre cher pays, le Mali, d’institutions fortes et crédibles », indique clairement la déclaration.
Par ailleurs, les participantes ont condamné avec la dernière rigueur la situation « de guerre imposée » au septentrion malien. «Les participantes à cette journée d’information, de sensibilisation et de mobilisation des femmes de l’APDF des régions de Ségou et de Sikasso sur la connaissance et une meilleure compréhension des Institutions  de la République fustigent avec la dernière vigueur l’agression lâche et injuste imposée à notre peuple. Nous réaffirmons notre soutien à son Excellence Amadou Toumani TOURE Président de la République, Chef de l’Etat,  à son Gouvernement, à nos vaillants soldats et à notre peuple tout entier. Nous prions pour le repos de l’âme de nos frères disparus, qui sont tombés  sur le Champ de l’HONNEUR », conclu le document.
La prochaine journée d’information, de formation, de sensibilisation et de mobilisation avec l’APDF se tiendra à Mopti, capitale de la Venise malienne.
Soumaïla GUINDO
CM-C.COM, MRI

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.