Au Mali, la junte nomme de nouveaux hommes à des postes stratégiques

1

De hauts gradés, généraux et colonels, occupent désormais des fonctions clés, en remplacement de militaires nommés par l’ancien pouvoir.

La junte au pouvoir au Mali a nommé un nouveau chef d’état-major et a procédé à plusieurs nouvelles nominations à différents postes-clés de l’armée et de la sécurité deux semaines après le putsch, selon des décrets rendus publics mercredi 2 septembre.

Le général Oumar Diarra est nommé chef d’état-major général des armées par décret signé par le chef de la junte, le colonel Assimi Goita, et daté du 1er septembre. Il remplace le général Abdoulaye Coulibaly à la tête d’une armée qui a perdu des centaines d’hommes ces dernières années dans le combat contre les djihadistes, malgré le soutien des forces françaises, étrangères et onusiennes.

« Réformer l’armée malienne »

Le général Coulibaly est toujours retenu par la junte ainsi que certains hauts gradés et hautes personnalités politiques arrêtés lors du coup d’Etat militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK ») le 18 août. Ce dernier est lui-même en résidence surveillée chez lui, avec un accès restreint à Internet et au téléphone, et sans visite autorisée selon son entourage. Il a été hospitalisé mardi soir à Bamako pour un bilan de santé qu’il aurait dû effectuer il y a plusieurs semaines. Agé de 75 ans, « IBK » souffre de problèmes de santé chroniques et il s’est notamment fait retirer une tumeur bénigne au cou en 2016 à Paris.

Le nouveau chef d’état-major est considéré comme un homme « intègre et rigoureux », selon des sources militaires. Il aura pour tâche principale de « réformer l’armée malienne et de lui permettre de défendre la patrie », a précisé à l’AFP un responsable de la junte sous couvert d’anonymat.

La junte a par ailleurs effectué une série de remplacements à des postes sensibles : le colonel Lassana Doumbia devient directeur général de la sécurité d’Etat (renseignement), le colonel Jean Dao chef d’état-major de la garde nationale, composante de l’armée, et le général Souleymane Doucouré secrétaire général du ministère de la défense. Ce dernier, précédemment chef d’état-major de l’armée de l’air, avait été interpellé après le putsch.

 Le Monde avec AFP

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il remplace le général Abdoulaye Coulibaly à la tête d’une armée qui a perdu des centaines d’hommes ces dernières années dans le combat contre les djihadistes, malgré le soutien des forces françaises, étrangères et
    Les forces françaises ne sont pas de forces étrangères?!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here