L’Armée malienne a mis hors de combat une soixantaine de terroristes en septembre (DIRPA)

14
Les Forces armées maliennes (FAMa) ont neutralisé une soixantaine de terroristes, au cours du mois de septembre dernier, sur le théâtre Centre de l’opération Maliko, a annoncé, lundi, le directeur de l’information et des relations publiques des armées, le colonel Souleymane Dembélé

Le col Dembélé qui animait la traditionnelle conférence de presse mensuelle de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA) a indiqué que, drant ces multiples affrontements, l’Armée qui déplore la mort de 12 soldats et 17 blessés, a interpelé plus de 150 terroristes et récupéré une importante quantité de matériel militaire et roulant dont 60 motos détruites.

Dans les locaux de la structure et en présence de plusieurs responsables militaires, le chef de la DIRPA a précisé que la situation sécuritaire de septembre 2022 a été marquée par une diminution drastique des attaques directes ou indirectes contre les FAMa en statique ou en mouvement. Ainsi, elle se résume « par des actes de banditisme, d’enlèvements et d’assassinats contre les populations civiles sur plusieurs localités du Mali ».

Dans leur rôle prioritaire de protections des personnes et de leurs biens, les FAMa ont répliqué « à toutes ces forfaitures perpétrées par les groupes terroristes ». Ces performances, selon e colonel Souleymane Dembélé, sont le résultat tangible de plusieurs actions militaires menées à travers plus de 200 opérations aériennes dont 91 vols d’appui feu, 75 vols de transports (dont 13 d’évacuations sanitaires et 10 de prisonniers) et 41 vols de reconnaissance.

Le colonel Dembélé a, aussi, indiqué qu’au cours du mois écoulé, les FAMa sont arrivées à réduire considérablement les capacités de nuisance des Groupes armés terroristes (GAT) en menant des raids et des frappes aériennes sur les points de regroupements, les plots et les circuits de ravitaillement.

Selon lui, grâce à ces efforts déployés par nos soldats, la campagne agricole, en général dans les zones d’opérations et en particulier dans la zone Office du Niger, est très prometteuse.

En outre, l’officier suoerier a relevé que durant la période de référence, sur la Route nationale (RN16), de Douentza à Gossi, la fréquence des mouvements des GAT a considérablement chuté et la population se déplace paisiblement. «Nous pouvons aisément affirmer que ce qui a été fait de décembre 2021 à nos jours, ne l’a pas été durant les neuf années précédentes», s’est-il réjoui.

Cependant, le patron de la DIRPA s’est voulu mesuré en affirmant que cela ne doit pas amener les forces nationales à « dormir sur leurs lauriers » et oublier que « la lutte contre le terrorisme est une épreuve de longue haleine qui demande beaucoup d’engagements et de perspicacité mais aussi la participation de tous ».

AT/MD (AMAP)

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Depuis que tes amis ont quittés le Mali tous les jours nos famas bottent les culs des frères terroristes, tu peux demander ton frère qui cache à la maison avec toi.

  2. Il faut cesser de se mentir comment pouvez vous avoir autant de victoires et que vous perdez du terrain chaque jour????? VOUS ETES ENTRAIN DE FAIRE de la propagande dites aux maliens la superficie que vous contrôlez moins de 50% c’est une honte.

    • Quand les Français étaient arrivés, les terroristes ne contrôlaient même pas 10% du territoire malien. Au moment de leur départ, 80% du territoire était sous le contrôle des terroristes. Donc, les vrais terroristes c’étaient les Français. Maintenant qu’ils sont partis, nous contrôlons 90% de notre territoire. Vous aviez promis que “le terroristes seraient à Bamako” dès le lendemain de votre départ. Or, les terroristes sont en voie d’extermination.

      HONTE A VOUS. HONTE A LA FRANCE!

      • Très bien dit . On nous promettais le malistan après départ des francais . Bamako était encerclé selon leurs médias de propagande .

  3. Depuis que tes patriotes ont dégagés dans notre pays, Les fama bottes les culs vos terroristes islamistes français, Tous les jours, et ils continuent à botter les culs jusqu’à dernier criminel.

  4. Les jours du Mali sont comptés
    Plus la propagande de la junte crie des victoires sur le terrain, plus la superficie des territoires perdus augmente….
    Qui peut croire encore à cette propagande d’un autre temps ?
    La région de Ménaka est définitivement perdu et l’hydre tisse sa toile sans que les supplétifs de Wagner et les Famas n’aient tiré le moindre coup de feux
    L’Etat malien ne contrôle absolument rien
    Le maitre des horloges est ailleurs n’en déplaisent aux pro-russes de ce site

  5. FAMA is moving security in Mali plus region forward but for those in need of adequate security it may not be done quick enough. This stresses need of military buildup that provide for us with overwhelming firepower be everywhere we need be simultaneously.

    As for me on Friday 10/05/2022 at 1 am Columbus, Ohio (USA) time I am slowly moving in route to Las Vegas, Nevada. Expected to arrive Friday morning.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  6. As all of Mali should do I extend for us all my heartfelt condolence to families of brave Malian soldiers murdered by terrorists. We will not allow their deaths to be in vain. May all Malians as possible extend assistance to slain soldiers families to where they may achieve comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming. To all of our wounded Malian soldiers we hope they have complete plus speedy recovery.

    In slow but reliable steps plus stages method FAMA appear to be extending our reach on controlling more of Mali plus creating greater safety. That is good especially with all being done as we continue military buildup that in near future will in simultaneous coordination with all Sahel nations launch plus successfully complete No Stone Left Unturned Offensive against terrorists in waves of attacks that neutralize all terrorists of Sahel nations. Thereof providing necessary security for us to achieve plus enjoy comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming.
    Well done FAMA! May you continue progressive actions that are lasting.
    Thank you FAMA.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  7. pas sur

    Au Mali, la situation est plus précaire que jamais dans le nord-est du pays, et tout particulièrement à Ménaka. Cela fait plusieurs mois que l’EIGS, la branche sahélienne du groupe État islamique, mène des offensives meurtrières pour prendre le contrôle de cette zone frontalière du Niger et du Burkina. La dernière offensive a eu lieu à Talataye, il y a trois semaines
    Il y a deux jours, lundi, des combattants de l’EIGS à moto se sont approchés de Ménaka. Pour cette fois, ils en sont restés là. Mais la ville, capitale de la région éponyme – plus de 20 000 habitants en temps normal et plusieurs milliers de déplacés arrivés ces derniers mois – est la principale cible à venir de l’EIGS. C’est ce qu’expliquent unanimement les sources sécuritaires jointes par RFI. Certaines d’entre elles estiment que la localité de Tidermène, environ 75 kilomètres au nord de Ménaka, aujourd’hui contrôlée par le Jnim (Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans) lié à Aqmi, pourrait être attaquée au préalable.

    Renforts et stocks
    Depuis plusieurs semaines, les deux groupes jihadistes qui se disputent cette partie du territoire malien, le Jnim et l’EIGS, reçoivent des renforts. Ils viennent notamment du centre du pays pour le Jnim, du Niger, du Nigeria ou d’Algérie, pour l’EIGS.

    Le groupe État islamique constitue également des stocks : selon des sources locales concordantes, civiles et sécuritaires, plusieurs villages du cercle d’Ansongo (Seyna, Bara et Wiha) ont été attaqués par l’EIGS en début de semaine dernière : aucune victime, mais des réserves alimentaires et du bétail ont été pillés. De quoi servir de réserves, mais aussi de sources de revenus, grâce notamment à la revente des têtes de bétail. Des ultimatums ont été adressés à d’autres villages, dont les habitants ont été sommés de s’en aller, comme à Herba. Plusieurs groupes de combattants de l’EIGS se sont également réunis à Tabankort, la semaine dernière, pour se coordonner.

    Mobilisation générale de la Plateforme
    Alors que les deux groupes jihadistes rivaux tentent de prendre le pas l’un sur l’autre, des groupes armés du nord du Mali, signataires de l’accord de paix de 2015, s’efforcent de protéger les populations civiles. La Plateforme, qui rassemble notamment le MSA (Mouvement pour le salut de l’Azawad), en première ligne depuis le début des attaques, et le Gatia (Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés), a annoncé ce week-end la mobilisation générale de ses combattants, appelés à se regrouper sur des sites clefs et à se préparer au combat.

    Si les ex-rebelles de la CMA, également signataires de l’accord de paix de 2015, n’ont à ce jour fait aucune annonce, une réflexion est en cours au sein du mouvement sur sa future implication dans la bataille. « Le danger est à présent aussi aux portes de Kidal », explique l’un de ses cadres. « La CMA n’a pas encore pris la décision de faire la guerre, mais elle se prépare à toute éventualité. »

    Quid de l’armée malienne ?
    L’armée malienne et ses supplétifs russes, présents à Ménaka, n’ont jusqu’ici pris part à aucun combat dans cette partie du territoire malien. Les autorités de transition n’ont d’ailleurs jamais communiqué sur aucun des massacres commis dans la zone depuis mars dernier. Au plus grand désarroi des populations locales qui expriment, hors micro, leurs craintes et redoutent d’être volontairement abandonnées à leur sort par les autorités de transition. Sollicitée à plusieurs reprises par RFI sur ses activités dans la zone, l’armée malienne n’a jamais donné suite.

    Du côté des groupes armés de la Plateforme, théoriquement alliés de l’État malien, on déplore l’absence de soutien des Fama (Forces armées maliennes) face à un ennemi comme l’EIGS, qui menace de manière immédiate les habitants de la région de Ménaka mais aussi, sur un plus long terme, l’ensemble du pays et de la sous-région. L’EIGS est notamment très implanté au Niger voisin.

    Selon les Nations unies, les trois quarts de la région de Ménaka sont déjà sous la domination de l’EIGS.

    • Cet article ressemble à une lamentation des Français qui ne savent plus à quel saint se vouer face a la détermination des Fama qui sont en train de massacrer leurs terroristes et de déjouer toutes leurs stratégies. Ils en deviennent ridicules et lamentables et sont obligés de mentir, de nier l’évidence de l’amélioration de la situation sécuritaire pour entretenir l’illusion que rien ne va au Mali.

      HONTE A LA FRANCE!

  8. Les terroristes depuis que leurs alliés ont quittés notre territoire, je parle de Barkhane et takuba, tous les jours les fama bottes les culs des terroristes.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here