Mali: que peut désormais faire Assimi Goïta, le chef de la junte militaire?

12

Les têtes de la junte militaire, qui ont pris une première fois le pouvoir en août 2020, viennent de récidiver. Leur chef, Assimi Goïta, a déclaré mercredi 26 mai aux médiateurs étrangers venus le voir qu’il prenait lui-même les choses en mains pour le moment, après les démissions de Bah N’Daw et de Moctar Ouane. Quelle est sa marge de manoeuvre face à la classe politique malienne et la communauté internationale ?

Une certitude au Mali : l’homme fort du moment s’appelle Assimi Goïta, dit notre correspondant à BamakoSerge Daniel. Lorsque la délégation de la médiation l’a rencontré, mercredi 26 mai dans ses bureaux, il a clairement laissé entendre que, jusqu’à nouvel ordre, il prenait les choses en mains, puisque le président de transition Bah N’Daw a démissionné, ainsi que le Premier ministre Moctar Ouane.

Diriger la transition jusqu’à son terme ?

Et peut-être même que s’il peut diriger la transition jusqu’à son terme, Assimi Goïta n’hésitera pas. Mais il lui faut des alliés, et il a déjà tâté le terrain. À la délégation des médiateurs, le chef de la junte n’a pas caché qu’il entend gouverner notamment avec le M5-RFP, mouvement composé de partis et d’associations qui ont tous contribué à la chute de l’ancien président, Ibrahim Boubacar Keïta.

Le colonel Goïta a déjà reçu des responsables du M5. Mais une frange de ce mouvement condamne le coup de force et n’entend pas travailler avec lui, pour le moment en tout cas. Plusieurs autres partis politiques sont sur la même ligne. Le coup de force est également dénoncé par des associations de défense des droits de l’homme. Assimi Goïta doit également faire face aux sanctions internationales. Les États-Unis par exemple, ont déjà arrêté leur coopération militaire.

Réunion d’urgence du Conseil de Sécurité

Pendant ce temps-là à New-York, écrit notre correspondante Carrie Nooten, le Conseil de sécurité s’est réuni en urgence, à la demande de la France et du groupe A3. Dans une déclaration, il a condamné l’éviction des autorités de transition – sans pour autant proposer de sanctions.

Plus de 48 heures après l’arrestation du président et du Premier ministre intérimaires au Mali, le Conseil de sécurité a, de façon unanime, appelé hier à la libération « sûre, immédiate et inconditionnelle » de tous les représentants maliens détenus par les forces de sécurité et de l’armée. Les diplomates ont aussi exhorté ces forces à retourner dans leurs casernes « sans délai », avant de déclarer qu’ « imposer un changement de direction de la transition par la force, y compris par des démissions forcées, était inacceptable ».

Le Conseil a réclamé une « reprise immédiate » de la transition menée par les civils au Mali : il n’est pas question pour lui de retarder le délai de 18 mois fixé pour l’organisation de nouvelles élections. Et il a réitéré son soutien aux organisations régionales dans leur règlement de cette crise qui a débuté en août dernier, un sommet extraordinaire de la Cédéao pourrait d’ailleurs être convoqué prochainement. Toutefois, les diplomates du Conseil de sécurité n’ont pas réussi à s’entendre sur d’éventuelles mesures de rétorsion contre les militaires emmenés par Assimi Goïta.

La vie continue cependant

Malgré l’expectative au sommet de l’État suite au coup de force, la vie continue pour les Bamakois. Commerces services et écoles fonctionnent à la normale même si les populations craignent d’être impactées par cette crise politico-institutionnelle, écrit encore l’un de nos correspondants à BamakoKaourou Magassa.

Devant une faculté privée de  Bamako des dizaines d’étudiants discutent pendant qu’à l’interieur se déroule une foire d’exposition-vente et une journée porte ouverte. L’actualité est au coeur de leurs discussions. Crise sécuritaire, grève à répétition, mais aussi vide institutionnel obstruent leur vision de l’avenir.

« Un pays sur ce chemin, tout le temps, un président démissionne, un autre vient sur le trône, à franchement parler là, ça m’inquiète, ca m’inquiète bien sûr. Pendant que les autres sont là à avancer, nous on est là à reculer, à cause de ça, on souffre. À cause de ces situations de mauvaise organisation, voilà quoi », disent-ils.

Plus loin, assis dans une chaise longue et verre de thé à la main Souleymane Tolo prend une pause dans la confection de panier en rotin. Les dizaines d’objets de maison exposés à ses côtés sont vendus directement aux clients en bordure de route dans cette atelier informel et en plein air. Cette activité lui permet de subvenir à ses besoins mais les nouvelles qu’ils revoient depuis ce matin l’inquiète.

« Si la Cédéao impose des sanctions, lance-t-il, les populations souffriront plus que les autorités qui sont tout en haut. Tout le monde recherche son pain quotidien au jour le jour, les Maliens vivent comme ca. Si les frontières arrivent à être fermés, ce sera très difficile pour nous. »

Aucune sanction n’a pour l’heure été décidée par l’organisation sous-régionale. Pour tenter de rassurer les populations, le ministère de la Sécurité a d’ailleurs démenti dans un communiqué publié hier les rumeurs faisant état d’un couvre-feu et de la fermeture des frontières terrestres et aériennes du pays.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. C est un cirque ce qui se passe au Mali
    Assimi,il ne faut pas rater la rencontre avec l’histoire
    Assumes toi et engages le pays dans la voix de la vérité.
    Poses des actes forts le peuple en a besoin
    Fermes les frontières du Mali et engages des poursuites contres les responsables politiques et administratifs qui sont impliqués dans les détournements financiers et fonciers
    Le pays est dans l’agonie et a besoin de fortes thérapies.
    Il faut rencontrer tout le monde pour leur dire la vérité mais jamais n’entres pas dans la gestion des affaires du pays avec ces mêmes personnes responsables de la faillite de l’état.
    Des cadres sincères existent dans le pays
    Mais poses des actes forts pour mériter de la confiance du peuple
    Bon courage qu’Allah te protège
    Amine

  2. Le cas qui était au Mali après le coup d’état du 18 aout 2020, ne pouvait pas marcher, car le pouvoir est comme une belle femme ne se prête pas, on se l’approprie sinon, on le perd, cela est sans équivoque. La communauté internationale et la CEDEAO ont trop exagéré en mettant une camisole de force à la junte et voici les conséquences désastreuses avec perte d’énergie, de temps et de ressources de toutes sortes. Il est temps et grand temps que cette communauté internationale et la CEDEAO réfléchissent plus fortement en donnant la chance à notre pays de se hisser, le laxisme est la base de la destruction de ce pays et il faut en finir pour le bonheur du Mali et de l’ensemble des entités affiliées à ce pays depuis très longtemps. Il faut les autorités maliennes de cette transition refusent le dicka et les influences de ces organisations qui ne connaissent rien sur l’histoire de ce pays et la souffrance de notre peuple depuis la nuit des temps. Les autorités de ce pays doivent savoir que “La paix est le temps où l’on fait des bêtises, la guerre le temps où on les paie. » Robert de Saint-Jean.

  3. Best thing Vice President Goita could do is timely fulfill Transition Charter requirements with capable staff. Under total circumstance nothing better may be done plus world know it.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  4. Nommer des généraux complices de la mauvaise gouvernance ! Accepter un salaire si élevé sur le dos du citoyen qui tire le diable par la queue ! Quelle intentions maléfiques !
    Les colonnels , vous aussi : copines circulant en V8 , argent par ci par là ! Aucun acte patriotique à part ce règlement de comptes !
    La communauté internationale aussi hypocrite que exigeante !
    Dans tout ça seul les intégristes font ce qu’ ils disent .
    Les colonnels ont eu plus de 9 mois pour prouver qu’ ils sont comme ceux qui ont détruit le Mali , qu’ ils ne sont pas intègres , qu’ ils ont peur de mourir parce que il faut des gens qui n’ont pas peur de mourir pour redresser le Mali !
    Que DIEU sauve le Mali en lui donnant des dirigeants capables patriotes et intégres !

  5. LES OFFICIERS TCHADIENS PARTENT AU FRONT DU GENERAL 5 ETOILE AUX SOUS-LEUTENANT , LES GENERAUX TCHADIENS RAMENER DU FRONT DES CENTAINES D’ENNEMIS FAITS PRISONNIERS ET LEURS MATERIELS D GUERRE , LES GENERAUX TCHADIENS SAUVE LE NIGERIA DES ISLAMISTES , DU CAMEROUN ET TOUS AUTRE VOISINS DU TCHAD ……MEME LE MALI A BENEFICIE DE L’EFFICACITE DE L’ARMEE TCHADIENNE A TRAVERS SES OFFICIERS ……..CERTAIN POLITICIENS MALIENS AFFAME ET ALIMENTAIRES QUI SUPPORTES CES COLONELS ASSIMI GOITA ET COMPAGNIE POUR BIEN VIVRE ESSAIENT DE COMPARE LE CAS TCHADIEN AU MALIEN MAIS L’ARMEE TCHADIENNE EN PLUS D’ETRE EFFICACE NE FAITS PAS DES COUPS D’ETATS TOUS LES 9 MOIS OU 1 AN

    • Vous est ou man ces qui sont fait arrêté c’est l’équivalent de ces qui ont amène le militaire tchadien les enemmi du mali ces trouve tous a Bamako n’e cherche pas c’est nous même qui on fait coule le mali bamara est manika quel honte

  6. Le colonel envoie les FAMA au centre pour massacrer des terroristes y compris les complices,on a besoin de notre propre sécurité et pas de securite internationale point finale

  7. Ce coup d’Etat s’inscrit dans la logique des choses. Il faut bien comprendre que l’on ne confie pas le pouvoir, comme la femme et l’arme.

    • Je ne sais pas ce que tu veux dire, car le principe que tu racontes est contraire a la democratie qui est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple! Qui a confie quel pouvoir a qui? Le post de vice-president n’existe pas dans la Constitution Malienne donc Assimi est assis dans un post illegitime et illegal!

  8. Ces colonels sans mérite ne peuvent rien faire d’autre que ça! Ces colonels là sont tous des dan ka dé

    Nous voulons que les personnes enlevées soient libérées immédiatement et sans condition.

    dans les prochaines heures nous allons porter plainte contre ces guignols de Kati pour enlèvement et séquestration.

    Ces colonels sans mérite ne sont que des voyous.

    L’armée n’est pas au dessus de la République.

    Ces colonels là sont tous des dan ka dé!

    Vous pointez des armes sur des vieux qui ont l’âge de vos pères! Pour eux c’est ça être un militaire ! Nî dé yé tché ya yé! Quelle misère !

  9. Assimi arretes de mentir, tu as fait un COUP D’ETAT car Ba Ndaw et Moctar Ouane n’ont pas demissionne au contraire ils ont ete arretes, emprisonnes et sequetres par toi et tes hommes! Arretes de mentir, un peu de honte, d’honneur et de dignite, assumes-toi un peu! Seul un MALANKOLON DEN se comporte comme toi!

    • Il faut Paul kagame au Mali sinon rien ne va marche.je voie que beaucoup de malien n’ aumento pas ce pays sinon leur interet partisane

Répondre à Ricaba Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here