Biennale artistique et culturelle du Mali : Retisser les liens et recoudre le tissu social

1

La reprise de la Biennale artistique et culturelle du Mali est une opportunité qu’on donne aux différentes communautés maliennes de tisser à nouveau les liens et de recoudre le tissu social fortement fragilisé par le contexte de cette crise multiforme que nous traversons.

En ce moment trouble, il est impérieux de revisiter les modèles et les pratiques de cohésion sociale du passé et interroger notre patrimoine, non pas dans une volonté passéiste mais afin d’en tirer des éléments qui nous permettent de construire l’avenir commun.

De ce point de vue, nous pensons que le ministère en charge de la Culture est dans son rôle régalien de reconstruire le tissu social. Ici nous ne parlons pas de l’aspect économique de la Biennale mais plutôt de sa rentabilité sociale, la dimension non marchande de la culture comme génératrice de valeurs, de sens et d’identité.

Bien entendu, le ministère en charge de la Culture pourrait externaliser et confier certains aspects de cette Biennale tels que la production, les aspects de management et d’ingénierie à des professionnels et acteurs privés expérimentés afin qu’on ait une Biennale qui se professionnalise et s’autonomise d’année en année tout en créant des opportunités d’emplois.

Vive le Mali uni et prospère dans une Afrique apaisée !

Mamou Daffé

Président-Fondateur, Festival sur le Niger

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Merci Daffe ke car rien ne vaut plus que le brassage de nos regions et nos sociétés, merci pour cet effort. Ensemble pour des biennales culturelles et du vivre ensemble pour notre unite.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!