Fatoumata N'Douré Danté, porte-drapeau de la communauté franco-malienne à Miss ORTM

0

L’Ambassadrice de la communauté franco-malienne, Fatoumata N’Douré Danté est bien décidée à remporter la couronne lors de l’élection Miss ORTM 2006, dont la finale est prévue pour ce samedi au Centre international de conférences de Bamako. Dans un entretien qu’elle a bien voulu nous accorder, Mlle N’Douré Danté affirme qu’elle fera tout pour ne pas décevoir la communauté franco-malienne. Et elle se dite prête, à tous points de vue, à concourir.

amako Hebdo : Qui êtes-vous ?

Fatoumata N’Douré Danté : Je m’appelle N’Douré Danté Fatoumata et je suis âgée de 20 ans. Je suis étudiante à l’Université de Paris. Je suis en train de préparer une licence de droit international et politique. Ma mère s’appelle Rokiatou Sacko et mon père est Oumar N’Douré. Je suis née en France et j’y réside depuis ma naissance.

Pourquoi êtes-vous actuellement à Bamako ? 

Je suis à Bamako pour prendre part à la grande finale de l’élection Miss ORTM 2006. Et aussi par rapport à un projet qui me tient à cœur et qui consiste à aider les mendiants du Mali. Je suis à Bamako depuis lundi dernier. J’ai emprunté un vol de la compagnie Point Afrique.

Comment ça se passe votre séjour ?

Mon séjour se passe très bien. J’ai été très bien accueillie depuis mon arrivée. Vraiment, je suis très contente d’être ici.

Vous allez porter les couleurs de la communauté franco-malienne ce samedi, lors de la finale de Miss ORTM ? Vous sentez-vous prête ?

Vous savez, il est difficile d’être au top dans un concours, surtout de beauté. Mais, je sais aujourd’hui que je suis psychologiquement et physiquement prête à affronter les autres candidates. Je me suis préparée à tout. Je sais que j’ai une communauté derrière moi qui est prête à me soutenir. Il me revient maintenant à moi de ne pas la décevoir.

Comment s’est passée votre élection à Paris ?

Elle s’est déroulée le 28 octobre à Bondy. J’ai été élue par un jury composé de personnalités. La soirée s’est très passée, en présence du grand athlète franco-malien Ladji Doucouré.

L’événement était organisé par l’Association "Deuxième génération", sous le parrainage du Haut Conseil des Maliens de France. Sans eux, ce concours n’aurait pu avoir lieu. Je profite de ces colonnes pour leur adresser mes sincères remerciements.

Quel a été votre secret  pour l’emporter?

Vous savez, dans une élection de ce genre, il faut juste être naturelle et dire ce que l’on pense.

Est-ce à dire que vous étiez la plus belle ? 

Je dirai tout simplement que j’étais moi-même, tout simplement.

Etes-vous assez sûre de vous-même pour espérer remporter la couronne devant les autres candidates samedi ?

J’ai toujours été sûre de moi. Il faut avoir confiance en soi-même.

Quelle est l’atmosphère à l’internat entre toutes les postulantes ? 

On s’entend bien. On discute en français et en bambara. Vraiment, le courant passe très bien entre nous.

Si vous êtes élue Miss ORTM 2006, quel sera votre projet prioritaire ?

J’ai beaucoup de projets en vue si je suis élue Miss ORTM, notamment à la promotion de la femme.

Ma priorité sera de lutter pour l’éradication de la mendicité et de l’analphabétisme. Mais j’ai plein d’autres idées encore.

Peut-on déjà savoir le thème que vous avez choisi pour cette finale ?

Le thème de l’édition 2006 porte sur la femme et la paix. C’est un thème imposé par les organisateurs, à savoir le Comité syndical de l’ORTM.

Que pensez-vous de cette élection ? 

Je pense que c’est une très belle initiative. Cela permet aux jeunes filles de mettre en valeur leur beauté et de créer des contacts fructueux et amicauxentre les différentes candidates. 

Alou B HAIDARA

 

Miss Mali-France est accompagnée de sa mère

Rokiatou Sacko, maman de Miss Mali-France 2006, Fatoumata N’Douré Danté, a fait le déplacement depuis Paris afin de soutenir sa fille, en lice pour le concours de la beauté malienne, Miss ORTM. Elle ne cesse de se déplacer entre son domicile et l’Hôtel Triton de Faladié où sont logées les candidates.

Tout simplement pour encourager du mieux qu’elle peut sa fille avant la compétition de samedi.

             A B H

Une semaine, c’est bien peu pour  encadrer les Miss

e concours de la plus belle fille du Mali est une initiative du Comité Syndical de l’ORTM afin de terminer en beauté l’année en cours. Malheureusement, les organisateurs ne prennent pas le temps nécessaire pour bien préparer cette manifestation, qui suscite pourtant un engouement évident. Toutes les stations régionales de l’ORTM, censées organiser ce concours dans leurs chefs-lieux respectifs, attendent que Bamako donne le la, ce qui est un handicap pour une bonne organisation. Ainsi, les Miss des régions n’arrivent pas à Bamako au même moment. Le plus souvent, elles prennent beaucoup de retard. Alors que l’encadreur des postulantes, à savoir Amy Traoré, doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour les former, surtout concernant leur démarche et les préparer au plan intellectuel. "Le temps que les Miss passent à l’internat est court et ne suffit pas pour les encadrer convenablement. Alors que mon souhait est d’amener chaque candidate au top niveau. Souvent, certaines postulantes n’arrivent que deux à trois jours avant le jour de l’élection. Ce qui nous pose énormément de problèmes, puisqu’on ne peut commencer si elles ne sont pas toutes présentes"  nous a confié Amy Traoré.

Pour la présente édition, Amy a invité les candidates à rejoindre l’internat depuis le lundi 18 décembre. A notre passage, le mardi 19 dans l’après-midi, toutes n’étaient pas sur place. Seule Fadima Maïga était là, sur les six représentantes de Bamako. Selon nos informations, à cause de problèmes sociaux, les autres n’avaient pas pu arriver à temps. Mais les représentantes des régions, excepté Koulikoro et Tombouctou avaient rejoint l’internat.

Alou B HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER