Concours de beauté : La grande finale de Miss ORTM 2018 aura lieu le 21 décembre

1

Après a soirée ” Miss Bamako ” tenue le 16 novembre dernier à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, avec comme reine Aminata Dia, la commission d’organisation de Miss Ortm 2018 a fixé la date du 21 décembre 2018 pour la tenue de la grande finale de l’élection de la plus belle fille du Mali. Cette grande finale regroupera Bamako, dix régions du pays, ainsi que la Diasparo malienne de la France, du Gabon et les Etats-Unis, au palais de la culture Amadou Hampaté Ba.

Les organisateurs de Miss Ortm et leur sponsor officiel Sotelma-Malitel ne dérogeront pas à la tradition cette année. L’édition 2018 de du concours de la beauté malienne “Miss ORTM” se tiendra le 21 décembre prochain au palais de la culture Amadou Hampaté Ba de Bamako. Cette date été communiquée le 16 novembre dernier à l’occasion de Miss Bamako à l’hôtel de l’Amitié Sofitel de Bamako. “Miss Bamako” est une étape qui permet aux organisateurs de designer les 3 plus belles filles qui représenteront le district de Bamako à la grande finale de Miss Ortm. Ainsi, à l’issue du concours “Miss Bamako”, 3 candidates sur 15 postulantes ont été retenues  par le jury pour représenter Bamako à l’élection nationale de la beauté.

Le verdict du jury de cinq personnes, présidé par Sidi Mohamed Koné dit Junior a donc désigné la candidate, Aminata Dia, étudiante en licence Transit et Ressources humaines à l’ITB, comme Reine de la beauté de Bamako. Elle a reçu la couronne et la somme de cinq-cent mille francs Cfa tandis que Sira Sanoura, étudiante en 1ere année médecine, élue première dauphine, a empoché la somme de trois-cent mille francs Cfa. La place de la deuxième dauphine est revenue à Kandia Dembélé, étudiante à l’Ecosup, en 1ère année communication journalisme. Elle s’est contentée de la somme de deux-cent mille francs Cfa.

Par ailleurs, placée sous le thème de la “Paix et de la reconstruction nationale”, la grande finale Miss Ortm 2018 verra la participation de 10 régions du pays à savoir Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal, Ménaka et Taoudéni. Chacune de ces régions sera représentée par sa reine qui sera désignée au terme du casting régional. Aussi, comme d’ordinaire, la Diaspora composée de la France, Gabon et les Etats-Unis est attendue à cette élection de la plus belle fille du Mali. Les régions concernées et la diaspora doivent en principe terminer leur élection Miss au plus tard le 1er décembre 2018. Pour faire la sélection de l’édition 2018 de Miss Ortm, les organisateurs de l’évènement se sont basés sur un certain nombre de critères. La beauté,  la taille (pas au-dessous de 1,70), le teint naturel (les filles à la peau dépigmentée ne sont pas acceptées), l’adresse au public ainsi que le niveau d’études ont été les points déterminants dans la sélection des postulantes.

Dans le cadre des innovations prévues pour l’édition de cette année,  le président de la commission d’organisation, Aboubacar Diawara alias Grand P citera, entre autres, le rajeunissement de l’équipe de la production jusqu’à l’organisation, le changement de logo qui sera fait aux couleurs du pays et made in Mali, le design, le générique et surtout un jury professionnel. Une autre particularité de l’édition 2018, selon Grand P, c’est la participation d’une Miss albinos, Sira Sanoura. Elle s’est, selon le président d’organisation, elle-même portée  candidate. Et elle sera présente à la grande finale car première dauphine de “Miss Bamako”. “La bataille s’annonce donc rude pour la couronne de la plus belle fille du Mali”, relativise Grand P.

Le rendez-vous est donc pris pour le 21 décembre 2018 prochain au palais de la culture Amadou Ampathé Ba pour le verdict final.

                                                                Youssouf Koné

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais le rubicon est franchi. J’invite toutes les associations Bo à choisir des délégués pour voir comment couper définitivement les oreilles et la langue à cet effronté, ce petit insolent, ce renegat très mal éduqué qui pense que la comedie consiste à raconter des aneries sur tout une communauté et qui plusieurs fois interpellé continue de plus bel dans des sketchs intitulés Yaro et qui n’ont rien de constructif. J’invite chacun tant individuellement que collectivement à se mobiliser et à utiliser tous les moyens pour queplus jamais nous ne soyons pas les têtes de turcs et impardonnable à chaque occasion sur la chaine d’Etat (ORTM) à chaque fois qu’elle est dirigée par Sidiki N’fa KONATE. Après l’histoire de la dame Togola c’est celle de cet energumene nommé Guimba Junior qui a eu plusieurs avertissements. Qu’il nous disent ce que les Bobo lui ont fait pour meriter cette haine. Jeunes du Buwatun si vous laissez impuni cet affront vous n’êtes pas les dignes fils de vos ancêtres lesquels ont eux aussi été insulté par ces multiples présentations qui vont csouvent jusqu’à nous traiter de mécrénant. Lorsqu’on est comedien on doit s’efforcer d’avoir une grande culture et si Guimba avait cette culture il devait savoir que l’Eglise de Mandiakuy est celle qui traduit une forte fois séculaire de nos ancêtres Bo? Il aurait du savoir que nous sommes très pacifiques voire inoffensifs mais qu’il ya une limite à tout. Il devait savoir que nous sommes parmis ceux qui ont donné à cette nation le peu de gloire qui lui reste. Et ce bambin qui vient à peine de sortir de l’adolescence ose insulter contre toutes les vertus de nos culture des personnes qui ont l’age de son grand père. Buwa yira mi hiyozin. Lavons cet affront. faisons avoir à ce caffard ce qu’il est réellement à nos yeux. Dans les jours à venir vous aurez des communiqués qui vous diront plus sur ce qu’il faut faire mais déjà chassez que nous ne devons plus debattre du choix de moyens .
    Si ce geste reste impuni nos enfants ne pourront plus s’épanouir dans cette société qui est aussi la notre. restez à l’écoute mais déjà celui qui peut agir qu’il n’attende pas

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here