Sanctions de la CÉDÉAO au Mali. : Le Président Assimi Goïta et le Ministre Diop épargnés

1

Le Premier ministre et presque tous les ministres et les membres du CNT font partie des 149 personnalités visées par les sanctions ciblées de la CEDEAO. Aujourd’hui, le président de la Transition le Colonel Assimi Goïta et le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale sont les seuls interlocuteurs du Mali auprès de la CEDEAO et de la Communauté internationale.

Le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga et la quasi-totalité de son gouvernement figurent parmi 149 personnalités visées par des sanctions individuelles infligées récemment par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

​Le président de la Transition le colonel AssimiGoïta ne fait pas partie de la liste des personnes sous sanctions et établie par la Commission économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), selon un document officiel de l’organisation régionale ouest-africaine obtenu par l’AFP et RFI mercredi 17 novembre. En revanche au sein de l’exécutif malien, quasiment tous les membres du gouvernement à l’exception du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, sont concernés. En tête de liste, le Premier ministre Choguel Maïga et tous les titulaires des postes régaliens sont également frappés d’Interdiction de voyage et de gel d’avoirs financiers.

​Les mêmes sanctions concernent les membres du Conseil national de la Transition (CNT, l’organe législatif). Les noms du président du CNT et de ses principaux collaborateurs figurent également sur la liste des personnes accusés ” d’empêcher le retour à l’ordre institutionnel “.

​De sources proches de la Cédéao, on indique que pour appliquer ces mesures, le concours des institutions internationales sera demandé. Au total, 149 personnalités maliennes sont concernées par ces sanctions ciblées.

​D’après l’organisation sous-régionale, la liste pourrait changer en fonction de l’évolution de la situation. Autrement dit, elle pourrait être rallongée ou des personnes ciblées pourraient être retirée de la même liste. Enfin, une liste des proches des personnes sanctionnées seraient en cours d’élaboration. Les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, réunis en sommet le 7 novembre, avaient décidé d’infliger des sanctions individuelles à ceux qui, après deux coups d’État en un an dans le pays plongé dans une crise profonde, retardaient selon eux la tenue d’élections pour un retour des civils au pouvoir. Sur cette liste ne figure pas les noms du Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta et le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Abdoulaye Diop. Ceux-ci demeurent des interlocuteurs de la CEDEAO et de la communauté internationale. Aussi, de sources concordantes nous révèlent que des sanctions attendent le Mali le 12 décembre prochain pour un autre sommet de la CEDEAO. D’ici là, la balle est dans le camp des autorités de la transition malienne.

Youssouf SANGARÉ

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Personne n’est epargnee nous sommes tous sur la liste des sanctions de la CEDEAO, nous disons a notre Premier Choguel de continuer son travail patriote et de dire la verite en tout temps et en tout lieu, c’est ce que notre histoire Malienne nous a appris a travers les siecles de nos royaumes, de nos empires et enfin la Republique du Mali proclamee le 22 septembre 1960 par le President Modibo Keita: Konate dankelen anw ka darapon tigui du dankele, Maliba kera anw taa ye!.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here