L’UNTM condamne avec véhémence les propos menaçants de Bah N’Daw à l’encontre des syndicalistes

17

Suite aux propos menaçants à l’encontre des syndicalistes (Travailleuses et travailleurs) exerçant leurs droits de grève tenus par le Président de la transition monsieur Bah N’DAW à Abidjan en Côte d’Ivoire le 14 décembre 2020, le Bureau exécutif de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) tout en condamnant avec véhémence le manque de respect de considération frappés de violence contenu dans sa déclaration, a décidé de rompre toute négociation avec le gouvernement du Mali jusqu’à nouvel ordre.

communique-uNTM

P/le Bureau exécutif
Le secrétaire général
Yacouba KATILE
Chevalier de l’ordre national

Commentaires via Facebook :

17 COMMENTAIRES

  1. On commence à sortir les vieilles vidéos du président alpha Omar konaré sur civisme sur de morale politique , l’état c’est la continuité et la transition ne peut servir d’alibi pour casser le droit de grève , si les dirigeants actuels se voulaient exemplaires et pédagogues , ils allaient tout simplement faire le constat de certains abus , la personne qui vous fait la morale depuis la côte d’ivoire est traité mensuellement à hauteur 150 millions même s’il l’a ramène 100 millions au besoin de communication , dans un pays démuni comme le nôtre , on ai dans un multinationale avec ses actionnaires que dans pays pauvre , étant moi même ancien délégué cgt central , j’apporte mon soutien aux grévistes qui ne cherchent qu’à vivre plus dignement dans leur pays.

  2. Les grévistes ne sont demandeurs ni preneurs de transition. Les acteurs de cette transition sont venus de leur propre chef aux affaires, parce qu’ils s’en sont estimés capables. Alors, de deux choses l’une. Soit la transition assure la continuité de l’État et au plein sens et dans un esprit sélectif (comme pour prendre les sous et ne rien foutre), soit la transition dégage comme elle est venue. Nul n’a entendu le président de la transition ou son gouvernement diminuer leur budget pour motif transitoire…

    Pensées rebelles.

  3. La grève est un droit légale et légitime ,mais quand ton pays est menacé de toute part : insécurité, covid, insécurité alimentaire, crise économique mondiale, instabilité politique …le bon sens nous demande d être compréhensif et mesuré A chaque fois que le mali essaie de se redresser des maliens font tout pour mettre le bâton dans ses roues A chaque fois que le pays le pays a besoin du rassemblement, de cohésion, de solidarité, de paix social certains n entendent y adhéré pour être un chevet de ce pays qui se débat depuis des années dans une crise multidimensionnelle Malheureusement, le peuple reste divisé dans ces moments difficiles Ayons pitié de ce pays qui pleure qui souffre Pensons aux pères fondateurs de ce beau pays une des berceau des peuples d Afrique .Nos divergences, nos mésentente sont exploités par les ennemis de la stabilité Le problème du mali ,c est certains mali bah ndaw l a dit lors de son investiture Mais certains cherchent toujours des bouc émissaires ,renvoie la fautes aux autres : weuy c est la France, l Algérie, la CEDEAO weuy c est la Burundi non c est un complot international ,tant c est la faute de l argentine, du Vietnam, de la Jamaïque, ou bien c est le dalaï lama du Tibet, on veut Piller ,exploité, voler les poissons (manogo) du fleuve niger alors il n en est rien Vive la paix l union,la justice, le pardon,le dialogue, la solidarité entre tous les fils du mali et de l Afrique

  4. TOUS CEUX LA QUI REFLECHISSENT COMPRENDRONT QUE L ETAT MALIEN EST EMPOISONNE PAR CETTE MASSE D ADMINISTRATEURS FARFEULUS SANGSUES!

  5. Le Président de transition a raison, les syndicats d’untm sont des politiciens si vous voules le pouvoir attendez élections ,

  6. felicitations a katile et tous les travailleurs…. daw n’est qu ‘un vaurien….incompetent et marionnnette… il n’a pas honte….. continuez la greve jusqu’a………

    • …Continuez la greve jusqu’a mettre le Mali dans la tombe! Ou etait katile quand IBK volait des milliards? Surfacturait sur tout ce qui s’achetait meme des chaussettes pour nos pauvres soldats?

  7. franchement mettons le pays au dessus de toutes ces démarches et déclarations syndicales . C’est vrais la grève un droit mais vouloirs tout avoir en même temps devient trop et agacent; ce pays est dans l’agonie ,que chacun doit faire un peu de retenu pour qu’on puisse enfin voir la lumière du tunnel . comme disent beaucoup d’intervenants le mali c’est pas seulement Bamako et y a d’autres contrées de ce pays qui soufre de l’insécurité, la famine des maladies due à leurs conditions de vie actuelle . Monsieur katilé doit mesurer tout cela avant de prendre certaines décisions drastiques contre un pays déjà fragile en tout . Et qu’on arrête de faire les comparaisons qui n’est pas une raison, certes il peut avoir le désir des maliens dans sa démarche mais pas leur amour .

  8. L´untm, mon oeil. Allez y vous faire voire ailleurs!
    Le president a Raison!
    A la place du cerveau vous avez d´autres choses!!
    Le travail ameliore les conditions du travail.
    Transition, remplacez tous ces ennemis du Mali!!

  9. Un sac de voleurs et de rats que sont ces connards de l’UNTM, ils ont pille comme les politiciens de 1991 ce pays et ne servent a rien, des apatrides. Ba Ndaw il faut rouvrir la prison de Taoudenit et leur envoyer la-bas pour un sejour de re-education et au moins ils pourront extraire du sel pour le Mali!

  10. le bon sens devrait guider l’untm car seuls Bamako et kayes vivent au rythme d’une vie normale.Dans un pays ou 80%du territoire echappent au control de l’etat,les dignent filks doivent en etre conscients et aider les gouvernants à reprendre la main.Pendant cette transition aucune greve ne devrait voir le jour surtout de la part d’une centrale syndicale.
    Que diraient les segoviens qui ne parviennent meme pas à recolter ce qu’ils ont cultivé,
    Que diraient les mopticiens qui ne peuvent plus circuler sur leur domaine
    Que diraient les autres nordistes qui sont assieges par les forces du mal et dont l’administration a disparu sur plus de 70%du territoire.la bas c’est une question de vie ou de mort et aucun sacrifice ne doit etre de trop pour sauver des vies humaines mes chers camarades syndicalistes.Oui aux revendications mais non en cette periode de survie de l’etat malien.

  11. CHERS F R ÈRES et SOEURS DES SYNDICATS DES TRAVAILLEURS,

    Négocions, entendons-nous sur ce qui est possible, attaquons-nous à l’essentiel et sauvons notre pays de la crise multiforme dans laquelle il est embourbé.

    Sur le front social, plusieurs grèves ont démarré.

    La principale centrale syndicale, l’UNTN (Union Nationale des Travailleurs du Mali), a démarré une nouvelle grève de cinq jours s’étendant du 14 au 18 décembre 2020.

    Avec l’échec des négociations avec le gouvernement et son désaccord avec le message du Président de la transition lors de sa sortie médiatique le 14 décembre 2020 en marge de l’investiture du Président Ivoirien, pour son troisième mandat, l’UNTM durcit sa position.

    Ses revendications sont, entre autres, l’harmonisation des grilles salariales des agents de l État, l’octroi des primes et des indemnités, la question de l’office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) et la situation des travailleurs compressés dans les années 80.

    Intéressons-nous à l’harmonisation des grilles salariales des agents de l’État.

    A niveau de diplomes égal, cette harmonisation des grilles salariales est très délicate. Les cabinets de recrutement des ressources humaines au niveau mondial ont essayé, sans y arriver, une telle harmonisation des grilles salariales à niveau égal.

    Pour les agents de l’État, la difficulté de cette harmonisation est réelle dans toutes les administrations des États au niveau mondial. Ceci est dû à plusieurs facteurs dont certains sont liés aux connaissances et profils différents et/ou aux caractéristiques intrinsèques des diplômes qui sont différentes dont la difficulté d’obtention de certains et leurs niveaux d’entrée très sélectifs. C’est pourquoi, à niveau égal, certains diplômes sont plus cotés et plus appréciés que d’autres, donc, les salaires correspondants sont nettement plus élevés.

    Voilà pourquoi, chers f r ères et sœurs des syndicats, il est très difficile, voire impossible, d’harmoniser les grilles salariales des agents de la fonction publique.

    En cette période de transition, optons pour la cohésion et l’entente sur ce qui est possible afin d’avancer, ensemble, pour un Mali nouveau dans lequel les travailleurs sont considérés et sont conscients de leurs droits et de la différence de salaires liée à la différence de leurs grilles salariales, de la spécificité de leurs diplômes et/ou de leurs expertises. Donc, même à niveau égal et à profils différents, grilles salariales différentes, donc, salaires différents.

    Négocions et entendons-nous sur ce qui est possible, attaquons-nous à l’essentiel et sauvons notre pays de la crise multiforme dans laquelle il est embourbé.

    Chacun(ne) doit jouer sa partition. Le droit de grève peut être utilisé à tout moment mais la crise ne nous fait pas de cadeaux, serrons-nous les coudes en ces moments difficiles et avanÇons unis pour un Mali nouveau de paix et de prospérité.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

  12. Les pires ennemis du Malien ce sont nous Maliens.Pas de doute.
    Laissons les Français et autres de côté, car c’est quand il ya fissures dans le mur que les cafards et autres s’infiltrent.
    L’UNTM et Katilé font tout pour échouer la transition et mettre le Mali à terre. Cela, N’Daw, Assimi, Ouane et tous les dignes fils de ce pays ne doivent pas croiser les bras et regarder faire.
    Nous avons le devoir de préserver ce pays.
    Le but de UNTM c’est faire en sorte que les mesures prises par la transtion contre la corruption et l’enrichissemnt illicite ne soient jamais appliquées.Fonctionnaire de l’état et commerçant en même temps voilà l’image de 70% de l’administration.
    Que vous jeunes diplômés n’entrent pas dans la fonction publique…Des interêts d’un clan.Rien avoir avec le bien être du Malien.
    Je ne sais pas ce que Mr N’Daw a dit excatement à Abidjan.J’espère seulement qu’il fasse que l’interêt du superieur du Mali soit pris en considération, pas forcément celui de UNTM.
    Mêmes les revendition des années 1990 sont sur la table: compressés de Huicoma, de la régie des chemins de fer…Dossiers que AOK, ATT, IBK…n’ont pas pu résoudre en 30 ans et c’est la transition qui va les satistaire en 6 mois malgré la crise économique et sanitaire à travers le monde.Quel patriotisme!
    La transition c’est la magie alors.
    Quel bon sens!
    Ceux qui supportent l’acte de Katilé, il faut être sans coeur pour le faire.Il faut ne pas appartenir à cette nation pour le faire
    Quand Mr Zoumana Sacko dirigeait la transtion en 1991, il ya pas eu ces problèmes. Et pourtant les salaires étaient plus bas.Les mêmes problèmes.
    Quand on dirige un pays on fait tout pour que le pays ne soit pas la lie du monde entier.
    L’acte posé par Katile doit être assimilé à un acte de subversion, de révolte en temps de guerre, de menaces contre la vie des Maliens, de haute trahison. Cet acte doit etre traité comme tel.
    UNTM parle des droits à la grève. Mais quels sont leurs devoirs vis à vis du Mali? Ils ne travaillent même pas.Le Malien doit toujours payer sous table pour avoir un service.
    Et si Mr N’Daw ne peu pas faire en sorte que les Maliens ne se moquent pas du Mali, qu’ils ne ch-i-ent pas sur notre nation..et bien qu’il rend le tablier!
    La raison d’état doit prévaloir et cette raison d’état est au dessus de Katilé et toute sa lignée.

  13. Le gouvernement nous soutenons 100% il doit renvoyer tous les fainéants à la maison, ce n’est pas le moment de faire grève au Mali .

  14. a NDaw a raison. L’UNTM et ses politiciens veulent détruire le peu qui reste de ce pays…il faut voir combien de préjudice ils ont causé a la population malienne dont la grande majorité ne s’en fiche pas mal de la plupart de ces soi-disant travailleurs qui ne travaillent jamais correctement dans nos services. Un ex. frappant… il faut voir comment les agents malveillants et féneants des structures incompétentes comme l’EDM SA et SOMAGEP ont vite déserté et fermé les agences aux maliens alors qu’il y avaient de consignes de service minimum…..! Ils sont heureux de rentrer a la maison pendant qu’il y avaient de clients qui avaient réglé leurs factures qui n’arrivent pas a trouver des agents pour rétablir leur compteurs.
    Si j’étais Ba Ndaw j’aurais privatisé le reste de L’ EDM et SOMAGEP … je jure de Dieu!

    L’UNTM doit avoir honte de ce que font les agents de l’état a population malienne en terme de violation de droits au service public …. des corrompus jus qu’aux os qui ne bougent le moindre cu.l sans le sourafin … il faut simplement voir comment l’EDM et SOMAGEP trainent depuis des décennies avec la fourniture des compteurs …qui peut prendre au minimum 6 a 12 mois … alors que la demande est a moins de 20% de la population malienne… imagine le jour où 50% de la population malienne dépose leurs demandes de compteurs auprès de ces deux structures ..l’attente ne sera t elle pas 24 mois?

    Nous sommes 100% derrière notre president Ba Ndaw et l’OCLEI dans la lutte contre l’injustice syndicale vis a vis des population ainsi que contre l’enrichissement illicite protéger par l’UNTM!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here