Mali : Des experts de l’ONU condamnent l’augmentation des attaques contre les “esclaves par ascendance” et déplorent l’inaction du gouvernement

16

Genève (19 juillet 2021)Des experts des droits de l’homme de l’ONU* ont appelé aujourd’hui le Mali à prévenir les attaques contre les soi-disant esclaves, affirmant que ces incidents sont en augmentation, avec deux fois plus de personnes blessées cette année qu’en 2020.

« Les attaques constantes et systématiques contre les personnes considérées comme « esclaves » sont inacceptables et doivent cesser immédiatement », a déclaré Alioune Tine, expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l’homme au Mali. Tomoya Obokata, rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines d’esclavage, a déclaré, « de telles attaques vicieuses sont incompatibles avec une société inclusive et nous les condamnons dans les termes les plus forts ».

Ils réagissaient à un incident survenu le 4 juillet lorsque des habitants du village de Makhadougou, dans la région orientale de Kayes, ont tenté d’empêcher des personnes qu’ils considéraient comme des esclaves de travailler dans leurs champs. À l’aide de machettes et de fusils, ils ont blessé 12 personnes, dont trois femmes non impliquées dans l’affrontement qui ont été touchées par des balles perdues à l’intérieur de leur maison.

Cette année déjà, 62 personnes – 57 hommes et cinq femmes – ont été blessées lors de violents affrontements dans la région de Kayes, et 80 ont dû fuir leur domicile. Deux fois plus de personnes – pour la plupart des “esclaves par ascendance” – ont été blessées cette année qu’en 2020.

Le Mali a interdit l’esclavage en 1905, mais un système « d’esclavage d’ascendance » persiste, en vertu duquel le statut d’esclave est attribué à certaines personnes parce que leurs ancêtres auraient été réduits en esclavage par des familles des soi-disant « maîtres».

Les personnes nées en esclavage travaillent sans être payées et sont privées de leurs droits fondamentaux et de leur dignité. Ceux qui rejettent la désignation « d’esclave » et tentent de défendre leurs droits, ainsi que les organisations anti-esclavagistes, sont régulièrement attaqués violemment par les chefs traditionnels ou religieux et leurs alliés, y compris, dans certains cas, les autorités de l’État.

“L’augmentation spectaculaire des attaques cette année montre l’incapacité flagrante du gouvernement à protéger sa population, en particulier celle qui souffre déjà le plus de la discrimination et de la violence”, ont déclaré les experts.

Dans une déclaration publiée en septembre 2020, Obokata et Tine ont condamné des « actes barbares et criminels » similaires et ont appelé le Mali à mettre fin à l’esclavage une fois pour toutes. Ils ont appelé à « une enquête rapide, transparente, impartiale et approfondie » sur les attaques dans la région de Kayes.

« Il est profondément inquiétant que personne n’ait été poursuivi en relation avec les attaques de l’année dernière », ont déclaré les experts. « Le fait que le gouvernement a échoué à faire en sorte que les auteurs d’actes esclavagistes répondent de leurs actes envoie un signal choquant et inquiétant. Les chefs traditionnels et religieux qui cautionnent ces attaques violentes doivent également répondre de leurs actes ».

Les experts ont renouvelé leur appel au Mali pour qu’il adopte de toute urgence une loi criminalisant spécifiquement l’esclavage.

Tout aussi important, ont-ils déclaré, « un changement d’attitude est nécessaire dans toute la société malienne. Il est indispensable de laisser derrière soi l’héritage de l’esclavage par ascendance et de reconnaître que tous les Maliens peuvent se prévaloir de tous les droits et libertés énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ».

Pour que le Mali aille de l’avant, il faut reconnaître que tous les maliens et maliennes – comme tout le monde sur cette planète – peuvent s’attendre à certains droits et les exiger simplement parce qu’ils sont des êtres humains. Il ne doit y avoir aucune discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la propriété ou la naissance. »

FIN

 

*Les experts : M. Alioune Tine (Sénégal) a pris ses fonctions d’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali le 1er mai 2018. Le mandat d’expert indépendant a été renouvelé par le Conseil des droits de l’homme le 24 mars 2021 pour une période d’un an afin d’aider le gouvernement du Mali dans ses actions de promotion et de protection des droits de l’homme et dans la mise en œuvre des recommandations formulées dans les résolutions du Conseil. M. Tine a été membre fondateur et président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO) et coordinateur du Forum des ONG africaines lors de la Conférence mondiale contre le racisme en 2000. Entre 2014 et 2018, M. Tine a été le directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a publié de nombreux articles et études sur la littérature et les droits de l’homme.

Tomoya Obokata (Japon) est un spécialiste du droit international et des droits humains, spécialisé dans la criminalité transnationale organisée, la traite des êtres humains et des formes contemporaines d’esclavage. Il a commencé son mandat comme rapporteur spécial sur les HYPERLINK “https://www.ohchr.org/FR/Issues/Slavery/SRSlavery/Pages/SRSlaveryIndex.aspx”formes contemporaines d’esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquencesen mai 2020. Il est actuellement professeur de droit international et des droits humains à l’université de Keele, et il a précédemment enseigné à l’université Queen’s de Belfast et à l’université de Dundee (toutes les deux au Royaume-Uni, en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord). Il a une grande expérience de travail sur les questions de la criminalité transnationale, de la traite des êtres humains et des formes contemporaines d’esclavage avec les parties prenantes concernées. Il a également publié de nombreux ouvrages sur les sujets mentionnés.

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec M. Jean-Claude Misenga ([email protected]).

Pour les demandes des médias concernant d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Renato de Souza (+41 22 928 9855 / [email protected]), Jeremy Laurence (+ 41 22 917 7578 / [email protected]) et Kitty McKinsey ([email protected]).

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @HYPERLINK “https://twitter.com/UN_SPExperts”UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web 
http://www.standup4humanrights.org

Commentaires via Facebook :

16 COMMENTAIRES

  1. Le plus dangereux dans cette affaire est l’inaction du gouvernement. Depuis combien de temps les bruits courent sur ce problème? Que fait le gouvernement?

  2. Kinguinranke si tu es escalave dans quel village tu travailles à ton maître de la région de Kayes, il faut que vous arrêter de mentir vous des provocateurs et on va vous répondre. Tu m’a traite de menteur, je n’ai pas parlé de la société malienne mais de la région de Kayes. Je voudrais savoir, si tu es un esclave pour quel mètre travaille tu ? Vous êtes des provocateurs et nous laisserons pas passer les provocation

    • Toure S je ne suis l’esclave du pere de qui que ce soit et si on te mettait au marche aujourd’hui je peux t’acheter. Mais si tu es de la region de Kayes alors tu ne peux pas parler ainsi, de grace sois honnete intellectuellement car dans la region de Kayes et de Nioro du Sahel l’esclavage par ascendance existe et nous le savons tous! Demandes a ton Cherif MBouille Haidara s’il n’a pas d’esclaves? ou simplement appeles des Wuruwayes. Ceux qui ont ete colonises donc rendus esclaves durant le “dion ya ba tou ma” comme Salif Keita le dit dans sa chanson ‘Nous pas bouger” et qui ont ete vendus sur les marches de Saint Domingue sur l’Ile d’Hispaniola et de Baton Rouge en Lousiane sont aujourd’hui des champions de l’esclavage au Mali. Il faut reconnaitre la realite pour la resoudre sinon avec la societe Malienne castee (Djon, Noumou, Djeli, Guessere, Garanke, Horon, Fina, etc..), discriminatoire et segregationiste nous ne serons a jamais une Republique et notre devise UN PEUPE-UN BUT-UNE FOI ne sera jamais atteinte.

  3. @ Toure S, arretes s’l te plait de mentir, un peu de dignite cas-meme et surtout arrestes d’insulter notre intelligence, nous savons tous que la Societe Malienne d’aujourd’hui est tres Castee, tres Discriminatoire et tres Segregationiste, et avec une telle societe nous allons continuer de vivre comme au 13eme siecle et allons jamais contruire une Republique avec notre devise: UN PEUPLE-UN BUT-UNE FOI. La democratie restera un reve tres lointain et nous allons continuer a avoir des coups- d’Etat militaires et de vivre de la mendicite internationale car nous ne sommes pas UN PEUPLE-UN BUT-UNE FOI.

  4. Well to those who are slaves Julu religion only true Negroid African religion in history of Civilization is returning to Africa this year plus proclaim no Negroid should be slave. We will try to free all willing to fight for their freedom being duly armed to fight enslavers. Julu communes will be place for slaves to educate or/ plus live if they are willing work.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  5. Les PERSONNES ” esclavagisés ” ne doivent pas attendre que ce soit seulement l’ÉTAT Malien qui vienne les délivrer.
    Bon nombre de nos INSTITUTIONS de la République sont dirigées par des PERSONNES issues de Familles esclavagistes.
    Ces cadres de nos INSTITUTIONS ne condamneront jamais ” leurs parents ” esclavagistes.
    C’est aux Personnes esclavagisées de mener une lutte pacifique en utilisant les lois de la Républiques jamais appliquées correctement par ceux qui le devraient contre l’esclavage, pour se libérer…

    Thomas Sankara a dit :
    ” … L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir… “.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  6. LE ROI BITON DE SEGOU 20 Juil 2021 at 03:27;

    Tu n’es plus seulement mon ami. Tu es devenu mon Frère, si tu le veux bien.

    Toi et moi, on pense pas toujours pareil. Mais là, je reconnais que tu as vu juste.
    L’esclavage persiste et n’est pas condamné comme il le faut au Mali, parce que les patrons de toutes nos INSTITUTIONS sont des personnes issues des Familles des tenants de la continuation de l’esclavage. Hormis les Cadres issus des Zones Bambara…
    On continue à berner les GENS en voulant leur faire croire qu’il n’y a pas d’esclavage…, qu’il respectent seulement des Us et coutumes traditionnels…
    Dans la Région de Kayes, la terreur des dits maîtres d’esclavagistes est telle que, les ressortissants ” esclavagisés ” d’une COMMUNE n’osent pas adhérer à l’ASSOCIATION ” Gabana “. Alors que dans les COMMUNES voisines ceux qui sont dans la même situation qu’eux, n’hésitent pas à adhérer et à militer.
    Comment aider des Gens qui ont tant peur de leurs semblables… ???

    Vivement le Mali pour nous tous.

  7. INACTION DU GOUVGERNEMENT?????
    CES EXPERTS NE SAVENT PAS QUE LE GOUVERNEMENT EST COMPOSE’ DE BDESCENDANTS D’ESCLAVAGISTES QUI SE VANTENT AVEC LEUR “NOBLESSE” ANCRE’E DANS L’EXPLOITATION ET L’OPPRESSION DE LEURS SEMBLABLES!
    COMBIEN DE DESCENDANTS “D’ ESCLAVES” SONT MEMBRES DU GOUVERNEMENT MALIEN? COMBIEN DE DESCENDANTS “D’ESCLAVES” DIRIGENT UN PARTI POLITIQUE AU MALI!!!
    CHERIE M. SACKO, I SAMBE’, SAMBE’! MOGO CHI MA ITOGO FO!

    • toujours aussi con, malgré toutes tes défaites !!!

      un bouffon est et restera toujours un bouffon, même vivant dans un taudis minable du Bx !

  8. On est arrivé à tel point au Mali que seul un grand nettoyage est nécessaire.

    Mais hélas! pour ce faire, il faudrait un État fort et des responsables courageux.
    Des obscurantistes ont cru bon de faire tout ce qu’ils veulent dans ce pays au mépris de l’État en s’octroyant même des droits étatiques, des droits de vie et de mort sur leur semblable.

    Et dire que 90% des immigrés maliens viennent de Kayes.
    Les foyers maliens en France sont remplis de Kaysiens mais jamais ces gens n’oseraient traiter qui que soit d’esclave en France parce qu’ils connaissent très bien la chicotte de leur maître blanc.

    C’est au Mali qu’ils viennent commettre leur forfait et leur impolitesse!
    Balayeur en France, maître esclavagiste au Mali! C’est ça leur fierté! Quelle misère de l’esprit.

    • Bien dit Ahmedi, nous devrons tous comprendre qu’une societe Malienne divisee, castee, discriminatoire et segregationiste va toujours tomber et rester par terre!

  9. Des experts des droits de l’homme de l’ONU, vous devez savoir que l’esclavagisme n’excite plus dans la région de Kayes depuis soixante-dix ans, en 2017 certains personnes qui ont créer de l’association de Habana pour créer de problème supplémentaire dans notre pays on a déjà demandé de gabanàa ils travaillent quel chef de village et quel imam toujours on attend de la réponse ils sont contre nos parents, ils ont de provocateurs et nous avons repondus

    • Toure S, arretes de mentir, un peu de dignite cas-meme et surtout arrestes d’insulter notre intelligence, nous savons tous la Societe Malienne d’aujourd’hui est Castee, discriminatoire et segregationiste, et avec une telle societe nous allons continuer de vivre comme au 13eme siecle et allons jamais contruire une Republique avec notre devise: UN PEUPLE-UN BUT-UNE FOI. La democratie restera un reve lointain et nous allons continuer a avoir des coups- d’Etat militaires et de vivre de la mendicite internationale.

  10. “Ces soient disant experts qui dénigrent les autorités traditionnelles et religieuses du Mali ne réagissent t-ils pas parce que le Mali à travers son ministre des cultes et religions a décidé de s’ appuyer sur les autorités traditionnelles et religieuses pour résoudre le problème malien ?”
    Ah !!!!!
    Ce déni malien est handicapant. La négation de la réalité montre qu’on est pas prêts à la corriger.

  11. Ces prétendus descendants d’esclaves descendent des princes et des princes raflés par Elhadjij Omar Tall et Samory Touré, en transit pour être vendus au moyen-Orient. Savez-vous que c’est les Russes qui ont mis fin à l’esclavage des “slaves”? Slave vient d’esclave !
    Au même moment, Elhadji Omar Tall et Samory Touré dévaster l’actuel Mali, raflaient des esclaves et les vendaient aux Arabes via l’actuelle Mauritanie.*Savez-vous que, lorsque l’Occident a interdit l’esclavage des Noirs, et a imposé cette interdiction aux Ottomans (actuelle Turquie), lesquels régnaient sur tout le Hédjaz (actuelle Arabie Saoudite), les Oulémas de La Mecque ont marché et protesté contre cette décision, et ont déclaré que les Ottomans ne sont légitimes, selon le Coran, à les gouverner parce qu’ils ont accepté d’interdire ce qui est écrit dans le Coran, la légitimité de l’esclaves (des Noirs)? Cherchez, Monsieur Sangre, lisez !

  12. Et les pays comme la France qui cautionne et soutien les actes terroristes du MNLA contre le Mali ? N’ y a t-il pas droits des états ? Ces soient disant experts qui dénigrent les autorités traditionnelles et religieuses du Mali ne réagissent t-ils pas parce que le Mali à travers son ministre des cultes et religions a décidé de s’ appuyer sur les autorités traditionnelles et religieuses pour résoudre le problème malien ?

Répondre à Kinguiranke Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here