CRI-2002 : Désavoué judiciairement, Sall triche, usurpe et persiste

0

Onzième (11ème) article  de l’an 2021 et 32ème au total depuis janvier 2019, Cri-2002 est en voie de devenir le prototype du  déshonneur associatif par la faute de Abdoulaye Sall qui se sert de l’aura et de la crédibilité acquises par et grâce au DEVOUE et DEMOCRATE 1er Président feu Maître SOW. Point n’est besoin de relater les pérégrinations de Sall ayant conduit à cette descente aux enfers tant elles ont été narrées à suffisance dans le dernier article paru le 03 août sous le titre hautement révélateur « Tribulations héroïques de Sall pour rester Président »

Ah oui, Sall déconnecté de la réalité, ignore qu’il dirige un bureau fantoche et frauduleux depuis janvier 2019 donnant de faux espoirs aux siens et à sa petite clique de « petits messieurs tagnininaw »  en quête de pitance sur fonds Cri-2002, leur vache à lait.

Son comportement met en lumière d’éventuelles brimades reçues lors du jeune âge  (enseignements condensés des psychologues et philosophes réunis), brimades associées à l’anonymat et déconsidération dont il a fait l’objet tout au long de sa carrière professionnelle. Cela fait que l’homme est amer, mesquin et manipulateur chevronné en  quête perpétuelle de reconnaissance sociale et publique peu lui importe que  la manière utilisée soit conforme ou pas à l’éthique et la morale. Seule compte pour lui la finalité.

C’est ainsi qu’il consacra 17 ans à la tête de Cri-2002 à assurer sa promotion personnelle au détriment de l’effort collectif en essayant par exemple de gommer le nom du 1er Président, DEVOUE et DEMOCRATE feu Maître SOW faisant même croire à certains de ses enfants et proches parents que Cri-2002 est une entreprise, la sienne.  Quel égarement !

Mensonge, saupoudrage et confinement des collaborateurs dans des ordres bidons, telle est la gymnastique favorie de Sall, personnage identique au lapin qui s’abrite derrière le feuillage se croyant caché alors qu’il est à découvert. La mauvaise foi avérée encourt la colère de Dieu.

Assis sur de braises ardentes, Sall part humilié et délaissé au banc pitoyable des accusés dans l’histoire à cause  de  sa boulimie du pouvoir, de son égocentrisme exacerbé et surtout de sa soif d’argent facile sur le dos des sociétaires fondateurs de Cri-2002. Qu’y a-t-il de pire pour un septuagénaire qui se trouve au crépuscule de sa vie ?

Ni les sommes financières indûment amassées ni les multiples gesticulations télévisées ne peuvent combler la réprobation publique dont Sall fait l’objet. Seule une dose de bon sens et de culture générale  pouvaient servir de remède en laissant à César ce lui appartient, autrement dit à chacun son dû pour renforcer la cohésion au sein  de Cri-2002. Mais hélas, mille fois hélas, Abdoulaye Sall reste égal à lui-même faisant des derniers les premiers et vice versa, mouillant certains de ses enfants dans les finances de Cri-2002,  nageant ainsi  à contre-courant et finissant par provoquer sa propre noyade. Dommage !

  1. Sall champion dans la négation des évidences rendant ainsi tortueux le chemin que Dieu créa droit

Ce monsieur, atypique, a fait croire qu’il est le pivot de Cri-2002 alors qu’il en est le goulot d’étranglement voire le 1er fossoyeur

C’est connu, Sall  par cupidité refuse de se plier, à ses risques et périls, aux principes et valeurs démocratiques si chers aux initiateurs et fondateurs de Cri-2002 au motif qu’il ne saurait travailler pour les autres alors qu’il se nourrit des fruits de l’effort collectif. Où sont l’éthique et la morale ? Voyant Abdoulaye Sall, elles ont surement pris la tangente sans se retourner car ne s’accommodant pas au personnage.

L’explication la plus tangible au fait qu’il s’accroche coûte que coûte à Cri-2002 a trait aux finances que procure cet instrument de survie à lui, aux proches et parents. Rien d’autre ; ce qui fait dire que Cri-2002 est sa manne financière la plus importante. Mais cela est fini, les sources financières s’assèchent du fait du sérieux et de la constance de la contestation que Sall a cru légère au départ avant de se rendre compte tardivement de l’ampleur et surtout de son irréversibilité. Du gros gâchis parce que Sall ne pense qu’à sa poche et au bien-être des siens sans se préoccuper du qu’en dira-ton comme si l’illustre trio initiateur auquel il est étranger  était mort ou devenu aveugle (Qu’ALLAH Soub’hanawatallah nous en garde longtemps) alors qu’il l’observe avec dégoût et dédain.

La présente crise n’est pas née du jour au lendemain. Elle est la résultante de nombreux manquements/entêtements de Sall aux règles élémentaires de bienséance dans une organisation où la courtoisie des membres lui a fait croire à la liberté frénétique de faire tout ce qui lui plait et de dire allègrement tout ce qui lui passe par la tête sans une once de réflexion. Qui a plaidé afin qu’il soit à ce poste pour succéder à notre cher et illustre 1er Président, feu Maître SOW alors qu’il était loin d’être le préféré? Quelques succès engrangés couplés à l’étroitesse d’esprit lui ont fait oublier la réponse à cette question vitale ; mais cette crise lui sert de rafraichissement de mémoire à moins d’être atteint de ce que les anglais appellent « memory fade », traduction fuite de mémoire.

Sall se comporte de manière si égocentrique que l’on a tendance à croire qu’il a hérité Cri-2002 comme élément de son patrimoine familial faisant de l’association fondée par des patriotes émérites une risée nationale à cause de son entêtement comme si sa mort ou sa vie en dépendait alors qu’il est à l’usure des temps suite à sa présidence chaotique.

  1. Sall est un prétentieux qui prend ses désirs pour de la réalité en faisant sourde oreille aux critiques/avertissements des initiateurs et fondateurs de Cri-2002

Ayant un niveau intellectuel moyen et une culture générale nulle à nul pareil, Sall n’est ni plus ni moins qu’un simple prétentieux : non seulement vis-à-vis des postes publics de responsabilité qu’il ne saurait assumer convenablement  (en témoignent les rares postes occupés de façon éphémère) mais aussi vis-à-vis de sa capacité à gérer les hommes (aucun de ses collaborateurs ne peut en dire autrement). La preuve, c’est les pratiques, eh bien, les pratiques sont contre lui, Sall affectionnant résumer tout à sa personne. Même les arbres plantés dans un service, c’est lui et lui seul.

De plus, piétiner ses bienfaiteurs est son jeu favori ; l’homme n’en faisant qu’à sa tête, le type d’individu à la fois nuisible pour soi et pour autrui affirmant que « sa tête lui parle ».

Se croyant adossé à un rock invisible, l’on se demande où sont aujourd’hui les laquaits/laudateurs  véritables tagnininaw pour le prémunir de la colère et le sortir des griffes acérées des fondateurs réfléchissant à une pétition contre Sall avec à leur tête le Permanent ? Qu’ils se montrent et engagent le combat. Vite ! car ce combat, ce n’est point la lourdeur des armements mais la force de la VERITE qui fait gagner. Or, Abdoulaye Sall, piégé pendant qu’il se croyait plus malin que tous, a tort sur toute la ligne (du sabotage des textes fondateurs de Cri-2002 au peu de respect qu’il porte à ses collaborateurs se croyant sur du piédestal indéboulonnable). « Seul Dieu, le tout puissant Créateur est indéboulonnable ! Tout le reste n’est que jeu et amusement » verset coranique.

Conseil précieux pour le public : dans la collaboration avec Sall, le principe clé est de rester sur ses gardes, l’air méfiant car l’homme n’est sincère en rien et avec personne.

Pour lui, le bon collaborateur est celui qui ferme les yeux, ferme la bouche et s’auto censure en terme de réflexion afin que Sall s’attribue faussement  tous les mérites de production intellectuelle lui ouvrant le boulevard de faire main basse sur les finances à sa guise. Ça, c’est son portrait-robot tout craché. C’est une telle collaboration qui prospère avec lui, autrement bonjour la crise suite à des mesquineries futiles et stériles.

  1. Sall, démasqué et mis à nu, fait bonne mine contre mauvaise fortune

 Depuis la gifle judiciaire infligée à Abdoulaye Sall en mai 2020, l’on veille sur Cri-2002 et ses biens comme du lait sur le feu. Chaque geste de sa part et de ses enfants impliqués est scruté et sera rapporté au moment opportun.

Sall doit absolument rendre compte non pas à ses sbires triés sur le volet et conditionnés mais aux acteurs dignes, membres fondateurs. C’est une vérité historique « biens mal acquis ne profitent point ». Car à l’heure du compte, Sall oubliera qu’il a amassé tant de fonds à force de trahison, coups bas et combines. C’est le prix à payer pour avoir fait cavalier seul dans une organisation truffée de valeurs humaines/hommes valables. Dieu seul sait la fin de cet imbroglio associatif, mais il est clair que Sall ne s’en sortira pas indemne.

Il comptera certainement sur son pitoyable bras droit Modibo Koly, né pour avaler des couleuvres dès lors que Sall lui jette des miettes. Le plus opportuniste du groupuscule de petits messieurs autour de Sall, Moussa Traoré, ne répondra pas présent aux heures chaudes de la redevabilité. D’ailleurs s’il s’y hasarde, il sera congédié car qui a bu, boira, n’ayant d’yeux que pour les moyens de meubler sa retraite  en difficulté financière.

Avertissement : Il n’y a pas un seul partenaire de Cri-2002 qui ne soit destinataire des articles de crise et ce, depuis janvier 2019. Les PTF ont droit de savoir exactement ce qui se passe afin de mesurer le degré de transparence, de participation, de respect des textes fondateurs et non se contenter du verbiage et de rapports « circonstanciellement habillés » de l’accusé accusateur qu’est Abdoulaye SALL, personnage atypique.

La présidence de Sall est un chaos, l’homme n’ayant que faire des principes élémentaires de l’ancienneté, de la responsabilisation et de la reconnaissance du mérite. Lui seul vaut. Point.

  1. Sall, naïvement et par appât du gain, procède à l’exclusion progressive des fondateurs et pense s’en sortir indemne

C’est de la pure folie que de penser et agir ainsi comme si Cri-2002 était son butin de guerre. La déraison et la cupidité mènent au chemin le plus tortueux voire mortel.

Exclure ceux et celles qui ont sué pour l’édification du building Cri-2002 et faire de la place à certains de ses enfants et proches sous la climatisation dudit building, tel est le plan machiavélique de Sall, plan qui a évidemment foiré du fait de l’existence de sentinelle farouche opposant une résistance tout aussi farouche, garant de la perpétuation de ce joyau laissé par le GRAND feu Maître SOW et ses illustres fidèles compagnons jusqu’à la transmission du flambeau à la jeune génération qui se doit d’immortaliser la mémoire du fondateur , 1er Président DEVOUE et DEMOCRATE feu Maître SOW par esprit de justice.

 

Bamako, le 26 août 2021

Mamadou F. KEITA

Secrétaire  à l’organisation depuis août 2000

Conseiller Permanent depuis février 2010.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here