Sidan ag Hitta, un diable Ă  Talhandak, mais sous quel drapeau ?

2

On va où là ? Les terroristes entretiennent la confusion au Nord Mali en se cachant sous de faux drapeaux. Les groupes signataires des Accords d’Alger abritent pour leur part trop de personnalités troubles. Pour le bien du Mali, chacun doit prendre ses responsabilités.

Deux événements très graves qui ont eu lieu la semaine dernière doivent inquiéter tous les Maliens, du Nord comme du Sud. Le premier, abondamment débattu dans les médias, concerne l’opération de Barkhane contre des éléments d’Al Mourabitoune près de Menaka. Le second est l’attaque d’un poste MNLA à Talhandak par des terroristes d’AQMI et d’Ansar Eddine.

Dans le premier cas, un groupe signataire des Accords d’Alger, la Plateforme, a protesté avec une grande vivacité contre l’attaque de Barkhane, exprimant le fait que des combattants du MAA se trouvaient parmi les victimes. Dans le second cas, il apparait que les terroristes attaquant le MNLA, dirigés par le bandit local Sidan ag Hitta, affidé d’Iyad ag Ghaly, arboraient le drapeau du HCUA.

Ces deux exemples tragiques montrent bien quel est l’un des principaux obstacles pour tous ceux qui souhaitent que la paix et la coexistence pacifique reviennent au Mali : bien que les groupes signataires soient de bonne foi et aspirent réellement, sans aucun doute, à l’application des accords d’Alger, il faut bien admettre, cependant, que ces groupes abritent en leur sein des éléments jouant un double jeu particulièrement trouble et dangereux. En s’abritant derrière un drapeau ou un mouvement politique reconnu, ces terroristes mettent en danger – et c’est bien sur leur but – tous les efforts de stabilisation du Mali. Parce que le MNLA s’est fait lui-même piégé, il est alors bien peu étonnant que, même Barkhane, puisse être confronté à ce phénomène et se le voir reproché par des gens, disons le, pas toujours d’entière bonne foi.

Naturellement, ni le HCUA ni le MAA ni les autres ne peuvent entièrement contrôler l’usage de leur nom ou de leur drapeau. La ruse fait partie de l’art de la guerre et, si le désormais notoire Sidan ag Hitta décide, sans tambour ni tam-tam, de sortir un drapeau HCUA de la poche de son saroual à la moindre incartade ou situation où il se trouve en risque, comment Bilal ag Cherif pourrait il être entièrement responsable d’un revers cuisant ? Cependant ces groupes doivent aussi se hisser à la hauteur de leurs responsabilités et de l’opportunité historique offerte au Mali aujourd’hui, et donc s’allier en premier lieu, puis faire le ménage et imposer une discipline de fer dans leurs rangs. Nous nous en sentirons tous mieux, foi de Malien.

Paul-Louis KONE

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. L'opinion international doit savoir que ces gens la ne sont pas fait pour la paix. Il sont sans foi ni loi.La France j'espere que vous etes entrain d'observer vos proteges

  2. L'opinion international doit savoir que ces gens la ne sont pas fait pour la paix. Il sont sans foie ni loi.La France j'espere que vous etes entrain d'observer vos proteges

Comments are closed.