Les dérives de l' ATT-cratie " : "Le Sphinx est un monstre qui détruit sa famille, son village, sa région, sa patrie ""

0

Qu’il soit muni d’une tête, deux ou même de sept têtes, le Sphinx c’est comme l’hydre de Lerne: un monstre qui détruit l’identité à laquelle il appartient. Il n’épargne pas non plus sa famille, son village, sa région, sa patrie. Dans  les relations sociales il va même jusqu’à détruire ses meilleurs serviteurs  et ses meilleurs  amis. En attendant de connaître sa vraie identité, le Sphinx est aujourd’hui en train de détruire notre tissu social car d’innocentes personnes sont aujourd’hui victimes de ses monstruosités.

 Nous sommes au Mali dans un Etat démocratique, même si nous sommes encore au stade de l’apprentissage. C’est pourquoi en vrai démocrate l’on se doit de respecter les opinions de tous les concitoyens.

L’éthique nous interdit tout écart de langage et nous astreint à une obligation de réserve. Simplement, la lecture objective de notre album de vie politique de ces dernières semaines, nous interpelle tous.

Pour ma part, ma conscience de citoyen, témoin comme tous de notre passé récent et de chercheur sur l’évolution des communautés de notre pays, me rappelle que cette obligation de réserve n’est pas synonyme de condamnation au silence. Je n’ai pas encore lu le livre pamphlet : "ATT cratie la promotion d’un homme et son clan".

Ce sont les notes de lecture de M. Hambodédio Barry parues dans le journal l’Indépendant N° 1572 du mardi 10 octobre 2006 qui m’ont incité à réagir. J’aurai eu la même réaction si le livre faisait de la "Modibo-cratie" de la "Moussa-cratie" ou de "I’Alpha-   cratie". Je ne denie pas au Sphinx et ses admirateurs le fait de critiquer un homme public.

Libre à tout citoyen d’approuver ou de désapprouver, d’accepter ou de rejeter tel ou tel aspect de la gestion du pouvoir, Mr. Hambodédio, vous avez découvert que dans son style le livre est médiocre et qu’il est truffé de "plusieurs constructions de phrases douteuses".

Mais dans le fond vous dissimulez le fait que ce livre contre-productif, n’est ni plus ni moins qu’une poubelle d’ordures nauséabondes.

Et c’est l’ordure la plus nauséabonde de toute que nous condamnons. M.Hambodedio Barry lorsque le Sphinx s’appuie sur des ressorts culturels qui pour vous restent déterminants il transgresse toutes les limites de la démocratie et du tolérable.

Le Sphinx sait-il qu’en voulant s’en prendre a ATT, il s’attaque à plus de neuf Maliens sur dix ?

Ces idées de nature rétrogrades et erronées sont dangereuses pour la cohésion nationale et ne laissent aucun patriote digne de ce nom indifférent, dans son ignorance de nos valeurs sociétales, le Sphinx fonde son raisonnement a partir d’un ancien dicton à plaisanterie: "Neuf ne deviendra jamais dix".

Par extrapolation on peut dire: "dix ne deviendra jamais dix sans neuf". Avec ce genre d’idée, notre nation est menacée dans sa consubstantielle existence.

Le Sphinx ignore t-il certainement l’un des fondements de la nation malienne : aucune ethnie, aucune communauté ne peut se prévaloir d’avoir dominé seule les autres pendant tout le temps.

Chacune des composantes de notre société, à un certain moment de notre passé a eu droit a la gestion du pouvoir dans nos contrées, nos royaumes, et nos  empires. C’est bien là le principal socle sur lequel s’appuie la nation malienne.

Et, même dans nos sociétés hiérarchisées, combien de fois des hommes dits de caste et de Djon (esclaves) ont guidé la destinée de nos communautés? Et Dieu sait qu’ils sont nombreux ceux qui figurent parmi les hommes les plus célèbres que notre histoire commune retient.

Aussi dans notre pays l’homme le plus fort est celui qui a des attaches familiales dans toutes les franges de notre société.

Celui qui n’en possède pas, fût-il le Sphinx, est fragile et sa malianité est récente ou douteuse. D’après le sage Hampaté Ba "c’est la variété des couleurs qui fait la beauté d’un tapis".

Le Sphinx sait-il qu’en voulant s’en prendre à ATT, il s’attaque a plus de neuf Maliens sur dix ? M. le Sphinx, le jour où votre voile sera levé, on démontrera à chacune de vos têtes combien de fois elle a des multiples de neuf.

Monsieur Hambodedio, faites une recherche sur l’arbre généalogique de Hambodédio, le personnage historique dont vous portez fièrement le prénom, et vous serez édifié. Quant au Sphinx, qu’il soit muni d’une tête, de deux têtes, de trois têtes et même davantage, nous savons qu’il s’agit d’un monstre.

Notre société reconnaît que l’action du sorcier se limite à un individu et qu’il existe des diables qui ont foi en Dieu, mais quant au monstre il détruit ou essaie toujours de détruire l’entité à laquelle il appartient. Il détruit sa famille, son village, sa région, sa patrie. Dans les relations sociales, il est admis que le monstre détruit ses meilleurs serviteurs et ses meilleurs amis. En résumé, le monstre rétribue toujours le bien par le mal.

C’est pourquoi nous disons à tous ceux qui aiment ce pays et qui ont la sagacité de la lecture de la donne culturelle, véritablement africaine et malienne, d’éviter de faire l’apologie d’un monstre.  Car un monstre se retourne toujours contre ses admirateurs.

Aujourd’hui, déjà avant que ne soit levé le voile sur le fameux Sphinx, notre société est secouée non pas à cause de ce qu’il a écrit, mais parce que du fait de son camouflage, d’honnêtes citoyens sont accusés ou soupçonnés d’être les auteurs de "ATT- Cratie".

Notre Sphinx n’a pas eu le courage du Sénégalais Abdou Latif Coulibaly qui a signé lui même son livre pamphlet contre le Président Abdoulaye Wade du Sénégal intitulé : "Wade un opposant au pouvoir: alternance piégée".

La différence est que le premier, le Sphinx, est un monstre et le second Abdou Latif est un humain.  Aussi méditons sur le dicton bien de chez nous qui est celui de la mesure et du discernement "vous pouvez ne pas aimer le piment mais reconnaissez tout de même qu’il est piquant". Hambodédio vous l’avez écrit vous même "le Sphinx a osé s’attaquer à une citadelle". Pour être plus précis disons qu’il s’agit de l’homme qui a le plus marqué l’histoire du Mali indépendant.

Il a mis fin au pouvoir de la dictature, il a transmis le pouvoir aux civils et il est revenu au pouvoir par le moyen le plus noble, c’est-à-dire la voie des urnes. M. le Sphinx vous pouvez être jaloux d’un tel destin. C’est votre droit.

L’expérience nous enseigne qu’en politique plus vous êtes doré par les rayons de l’ingratitude et de la jalousie plus vous êtes un grand homme. M le Sphinx, la gestion consensuelle d’ATT, a eu le mérite d’apporter la paix, la stabilité sociale dans notre pays.

L’expérience nous enseigne qu’en politique plus vous êtes doré par les rayons de l’ingratitude et de la jalousie plus vous êtes un grand homme

Cependant, on peut se plaindre du déficit au sein du débat politique. Vous partagez certainement cette observation avec beaucoup de Maliens qui pensent que débattre c’est combattre. Vous avez, peut être, raison.

On vous le concède. Mr le Sphinx, depuis 2002 nous avons de grands chantiers de développement dans les domaines des infrastructures routières, des aménagements hydro agricoles, de l’éduction, de la santé, de la lutte contre la pauvreté et la corruption etc… Tout cela est pour vous insuffisant et insignifiant.

C’est votre droit de ne pas voir ce qui est visible, et même d’ignorer toutes les réalisations du 26 Mars 91 a nos jours. On vous le concède. Mr le Sphinx, vous pouvez denier à ATT le culte des grands hommes et des grandes oeuvres, ces qualités de soldats exceptionnels que lui reconnaissent tous ses frères d’arme, vous pouvez l’accabler, de toutes sortes de mensonges.

Bien qu’aucune loi ne vous donne le droit de mentir. Mais comme il s’agit de vous, on vous le concède encore une fois.

Mais, le Sphinx lorsqu’à partir d’idées préconçues et puériles, vous voulez mettre en cause des valeurs culturelles qui constituent le ciment de notre société, vous trouverez toujours en face de vous le peuple malien. A bon entendeur salut.

Le Président du Parti RAMAT, Abdoulaye Macko*

Commentaires via Facebook :

PARTAGER