A quand les vols atterriront encore Ă  Kayes ?

Depuis plus de deux années aucun vol commercial ne dessert Kayes, 1ère région administrative du Mali. Aujourd’hui, l’absence de ce  transport aérien constitue une grosse perte pour la région et qui connait le rôle important de la Diaspora. Air Mali a annulé en 2012 une ligne régulière entre l'aéroport international de Bamako-Sénou et Kayes, Aigle Azur a annulé en 2012 aussi  une ligne régulière entre l’aéroport de Paris-Orly et Kayes, ouverte en novembre 2011 seulement.

5

Les causes étaient d’abord l’insécurité ensuite problème de dépôt de ravitaillement en kérosène.  Les travaux portent actuellement entre autres : la fourniture d’un camion ravitailleur d’une capacité de 18000 litres ; la fourniture et l’installation de deux bacs de stockage atmosphérique d’une capacité utile de 100 m3 chacun ; la clôture des installations ; l’installation et la mise en service des systèmes  électriques, d’eau, de lutte contre l’incendie et de téléphonie…D’un budget de plus de deux milliards, les travaux du dépôt accusent un retard notoire.

 

Aigle Azur  fut la première compagnie internationale à desservir la ville de Kayes. Ce vol répondait ainsi à une forte demande des Kayesiens de la diaspora qui constitue la grande majorité de la diaspora malienne. Depuis quelques années ce rêve est brisé très rapidement et entraine de lourdes conséquences  aujourd’hui sur le développement de  la région voire du pays qui a investi de gros sous pour la construction de ce joyau qui faisait la fierté de Kayes dans la sous région. Enfin autres conséquences : la fermeture des agences de voyage et le licenciement de plusieurs agents qui perdent du coup l’emploi.

Selon Dalla Bocoum, un responsable d’une agence de voyage, l’absence de vol est une grosse perte pour la région de Kayes « nous regrettons l’arrêt des vols à Kayes depuis quelques années et les conséquences sont là : la perte de l’emploi pour plusieurs chefs de famille.»

Pour rappel, l’aĂ©roport international de Kayes Dag Dag a Ă©tĂ© modernisĂ© par des travaux qui ont durĂ© de 2009  à  2011. La piste d’envol a Ă©tĂ© allongĂ©e passant de 1 600 m Ă  2 700 m. L’aire de stationnement et d’évolution au sol des avions a Ă©tĂ© agrandie (d’une superficie initiale de 7 000 m2, le tarmac mesure aujourd’hui 11 000 m2). Enfin une aĂ©rogare de 2 000 m2 a Ă©tĂ© construite. Le 18 septembre 2011, le prĂ©sident de la rĂ©publique de l’époque, Amadou Toumani TourĂ© a inaugurĂ© l’aĂ©roport rĂ©habilitĂ© crĂ©ant espoir et enthousiasme Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur du pays.

La réouverture des vols commerciaux est aujourd’hui une grosse nécessité pour booster de nouveau l’économie de la première région.

Boubacar Niane

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Déclaration des biens de Thomas Sankara devant la Commission du Peuple chargée de la Prévention contre la Corruption (CPPC) du 19 février 1987

    Ce jour là, la présidence et la vice présidence de la commission étaient assurées par le Capitaine Henri Zongo et le magistrat de formation Komi Sambo Antoine. Assistait à la séance, un nombreux public, des membres du CNR et le corps diplomatique.

    Le président de la CPPC, le Capitaine Henri Zongo, ouvrit l’audience par cette déclaration liminaire :

    « Camarade Président du CNR, Camarades membres du Gouvernement Révolutionnaire, Camarades Ambassadeurs, Camarades militantes et militants de la RDP, ce jour du 19 février 1984 est un grand jour pour la RDP. Conformément aux exigences de la révolution, conformément aux aspirations profondes de notre peuple, et conformément à la ligne que le CNR s’est tracée, il nous revient l’insigne honneur aujourd’hui, nous membres de la première pPaCPPC de recevoir un certain nombre de camarades militants de la RDP, aujourd’hui, et de les entendre sur la déclaration de leurs biens. Je voudrais rappeler que pour cette première audience, nous inviterons successivement les camarades qui ont été convoqués, à faire la déposition publique de leurs biens. La CPPC n’est pas à confondre avec les TPR. Nous avons pour rôle d’enregistrer les différentes déclarations. Par la suite, la commission se chargera de mener les enquêtes pour vérifier la véracité de la déclaration de ces biens. Par voie de conséquence, lorsque l’enquête aura été menée à terme, l’on sera à même en ce moment précis, soit de reconnaître que le camarade qui a fait la déclaration de ses biens a tout avoué, ou devra alors d’expliquer davantage. Du reste, comme les textes le précisent, les TPR sont amenés à assurer la relève de la CPPC de manière à juger les fautifs, si fautifs il y a. »

    Après cette dĂ©claration liminaire, le prĂ©sident de la CPPC, donna lecture de la liste des personnes convoquĂ©es… Après la lecture de la liste des personnes convoquĂ©es, Thomas sankara fut le premier appelĂ© Ă  la barre pour dĂ©poser. Il fit la dĂ©claration suivante :

    « Camarades membres de la 1ere CPPC, Camarade PrĂ©sident, je vais vous communiquer lecture de mes biens, assurĂ© que vous ferez mener des enquĂŞtes, toutes les enquĂŞtes ici et partout, pour vĂ©rifier la vĂ©racitĂ©, assurĂ© surtout que les militants du Burkina, partout oĂą ils se trouvent, ici ou ailleurs, aideront la vĂ©ritĂ© Ă  se manifester, si par hasard, je venais Ă  oublier un texte, si volontairement je venais Ă  tenter de me soustraire Ă  cette obligation de dire la vĂ©ritĂ©, toute la vĂ©ritĂ©… (rires dans la salle).

    En matière de biens immobiliers, je citerai d’abord un réfrigérateur, je signale qu’il est en panne (rires dans la salle). Cet appareil n’est pas actuellement à ma disposition. Il a été prêté à un couple d’amis, parce que de par mes fonctions, j’ai reçu ce matériel au palais de la Présidence. Je possède également deux téléviseurs avec magnétoscope qui sont installés à mon domicile et dans mon salon de travail. J’ai également installé un téléviseur à mon lieu de travail, parce que j’ai souvent besoin, partout où je me trouve d’être à l’écoute de nouvelles du monde (rires dans la salle). A titre personnel, je possède un salon complet et une bibliothèque qui devrait être livrée incessamment. Peut-être d’ici la fin du mois. C’est une commande personnelle. Je possède également trois guitares sèches. Je les cite parce que leur attribue beaucoup de valeur.

    Comme biens immobiliers, je possède une villa à la cité BND, au secteur 2. Elle a été acquise par engagement auprès de la BND-B sur prêt N° 313/109-862 en décembre 1976. Je suis soumis à un remboursement en 120 mensualités et à ce jour, il reste à payer à la banque la somme de 678824F que je règle par des mensualités de 31944F, ainsi que je pourrai vous le prouver par les documents de la BNDB que je détiens ici. Cette maison est actuellement occupée par un parent, qui je l’espère, me paiera ce qu’il me doit (rires dans la salle). Je dis cela parce que j’ai l’intention de me dessaisir de cette maison, et nous établirons entre lui et moi, un contrat en bonne et due forme. Nous possédons un terrain au secteur 7 non mis en valeur ce jour, que mon épouse avait déjà acquis. Nous possédons un terrain dans mon village, non mis en valeur. Il avait été saisi par les CDR (rires dans la salle). Selon les dernières nouvelles, les CDR l’ont restitué en nous invitant à investir sur cette nouvelle parcelle. Ils l’avaient retiré parce que nous n’y avons pas investi pendant un certain nombre d’années. Donc nous avons reçu sommation de la part des CDR de réaliser quelque chose sur le terrain. Je m’acquitterai également de cette obligation que me font les CDR de mon village.

    Nous possédons une voiture de marque Mitsubishi, acquise en 1978. Elle a été régulièrement dédouanée en dix-huit mensualités auprès du Trésorier-Payeur Général. J’ai ici la décision du Ministère des Finances de février 1979 qui m’avait accordé la possibilité de m’acquitter de ces charges douanières. Je pourrai vous lire la lettre. Et également l’attestation du Trésorier-Payeur Général qui prouve que j’ai régulièrement payé toutes ces traites douanières. Je possède deux vélos de course, un vélo de dame et un vélo pour enfant. Nous n’avons ni actions ni effets de commerce. Nous avons deux salaires : mon salaire, (confère la fiche de solde émise par la Direction de l’Intendance Militaire) révèle un net de 138736 FCFA par mois (rires dans la salle). Mon épouse a un salaire de 192698 FCFA. Comme je l’ai dit tout à l’heure, nous partageons les charges et mon épouse s’occupe des charges courantes de ménage et moi je m’occupe des grosses dépenses et aussi surtout des obligations sociales, notamment les incessants secours à des amis et autres personnes qui le demandent.

    Je possède un compte en banque Ă  la BICIA-B et un compte Ă  la Caisse Nationale d’Epargne. A la BICIA-B, mon compte est crĂ©diteur de 353665 FCFA. Je prĂ©cise que cette somme a Ă©tĂ© gelĂ©e parce que nous avons rĂ©alisĂ© une commande, des commandes nouvelles qui devraient ĂŞtre payĂ©es, dès le mois de dĂ©cembre. Malheureusement, le menuisier auprès de qui nous avons passĂ© la commande n’a pas encore livrĂ© ce que nous attendons. Et nous attendons par consĂ©quent qu’il nous livre pour que nous payions. A ce moment lĂ , bien sur, le compte va tendre vers… A la Caisse Nationale d’Epargne, je possède donc un compte, qui, je crois, depuis 1979 n’a pas Ă©tĂ© mouvementĂ©. Je n’ai pu faire des retraits mais je n’ai pas fait de dĂ©pĂ´t non plus, et la Caisse Nationale d’Epargne rĂ©vèle que je dispose de 69792 FCFA. Malheureusement, je ne suis pas en règle pour jouir de ce compte parce que j’ai Ă©garĂ© les documents du fait de mes nombreux dĂ©mĂ©nagements incessants et rĂ©pĂ©tĂ©s (rires dans la salle). Mon Ă©pouse a un compte crĂ©diteur Ă  la BICIA-B de 43037 FCFA. Evidemment ce compte est rĂ©gulièrement mouvementĂ© en retraits, vu nos charges familiales, les scolaritĂ©s Ă©galement. A la BICIA-B, elle est Ă©galement dĂ©tentrice d’un compte crĂ©diteur de 63646 FCFA. Nous avons chacun une alliance en or qui a de la valeur. Mon Ă©pouse possède d’autres bijoux, chaĂ®nes et bracelets, mais je voudrais prĂ©ciser tout de suite et me tenir Ă  la disposition de la CPPC, que ces bijoux ainsi que nous l’avons inventoriĂ©, nous n’avons pas pu chiffrer la valeur, parce que ce sont gĂ©nĂ©ralement des bijoux en imitation or, donc ces bijoux, les bijoutiers ne peuvent leur attribuer des valeurs, sauf Ă  l’achat. Une fois que vous les avez achetĂ©s, ces bijoux que l’on appelle gĂ©nĂ©ralement de la pacotille perdent leur valeur. Mais je le cite quand mĂŞme parce que des camarades militants ont dit avoir vu mon Ă©pouse avec du diamant Ă  la tĂ©lĂ©. Je prĂ©cise qu’il n’en est rien. Mais nous tenons ces bijoux Ă  la disposition de la commission out toute expertise.

    Je voudrais citer des dons, mais demander à la commission de ne point en révéler les donateurs pour des raisons d’Etat.

    J’ai reçu un don de 400000 FCFA, un don de 20000000 FCFA, un don de 75000000 FCFA, un don de 350000000 FCFA et un don de 400000000 FCFA (vacarme de surprise et d’ahurissement dans la salle). Pour toutes ces valeurs, ces sommes d’argent, tout en remerciant les généreux donateurs, j’ai déposé ces sommes après du Budget National, soit auprès d’institutions de l’Etat qui pourront faire la preuve de ces dépôts.

    J’ai reçu également des voitures qui ont été toutes cédées au parc de l’Etat. J’ai reçu donc une BMW, une Alpha Roméo, une Cressida Toyota, une Mitsubishi également, mais j’ai reversé tous ces véhicules au parc automobile de l’Etat.

    Mon épouse a reçu 5000000 FCFA une fois, 5000000 FCFA une deuxième fois, puis 10000000 FCFA. Ces sommes ont été cédées à la Caisse de Solidarité Révolutionnaire, puis au restaurant des femmes. Voilà, Camarade Président, Camarades membres de la Commission, la déclaration que j’ai voulu faire.

    Je n’ai pas citĂ© certains biens qui sont tellement pĂ©rissables qu’il m’a Ă©tĂ© difficile de les Ă©valuer. Je pense Ă  l’habillement, je pense Ă  la bibliothèque Ă©galement que je n’ai pu Ă©valuer, des livres que j’ai en assez grand nombre, soit achetĂ©s par moi-mĂŞme, soit offerts par des personnes, des amis, des Ă©trangers etc… Je suis Ă  votre disposition Camarade PrĂ©sident pour toute question que vous jugerez utile. »

    Après la déposition de Thomas Sankara, les autres personnes convoquées firent également à tour de rôle la déclaration de leurs biens.

    Roger Bila Kaboré toujours dans le même livre publie à la suite du passage ci-dessus, une interview de Thomas Sankara réalisée à sa sortie de la CPPC.

    Le journaliste : « Suite à l’énumération de vos biens, on remarque que vous êtes sans doute l’un des Chefs d’Etat les plus pauvres du monde. Ce ne sont pas les occasions qui ont manqué, et même avant d’être Chef d’Etat, votre rang d’officier vous permettait de présenter une liste beaucoup plus étendue, que celle-là. Vous sentez-vous le droit d’imposer votre volonté de rester austère, de ne pas posséder de richesse, à vos proches ? »

    Thomas Sankara : « Oui, je crois qu’il faut se l’imposer et aux autres. Il faut avoir besoin d’un certain nombre de moyens pour vivre, mais ce ne seront juste, tout juste que des moyens. Et pour cela je me suis toujours efforcé d’acquérir honnêtement le peu de moyens pour mener correctement une vie en toute décence, mais sans aussi mettre personne autour de moi mal à l’aise en devenant un poids pour les autres. Et j’estime que dans mon entourage immédiat, ma famille, chacun doit s’efforcer de vivre de façon modeste parce que, lorsque l’on devient ambitieux du point de vue de l’enrichissement, l’on est très vite, tenté par les facilités qui s’offrent à vous et je me suis toujours employé à imposer à moi-même, à mes proches cette austérité. Parce que vous pouvez avoir une certaine volonté de propreté, mais l’entourage peut de diverses manières finir par vous amener à céder. Ainsi, des parents sont souvent venus à moi, m’ont demandé de l’argent, et ne comprennent pas que le Président du Faso leur réponde qu’il n’a pas d’argent. Ils ont pris cela pour de l’ingratitude, de l’égoïsme, de la méchanceté. Ils me l’ont même dit et en des conseils de famille certains me l’ont même reproché. Tant et si bien que parfois, pour me débarrasser de parents qui insistent de façon un peu trop pressante, je leur ai émis des chèques qui m’ont valu d’être un certain nombre de fois en rouge au niveau de ma banque, la BICIA-B. Je ne suis pas contre le luxe. Mais je veux le luxe, les biens matériels pour tout le monde. C’est pourquoi, il n’est pas normal que moi ou mes parents nous nous arrogions de façon criarde ces biens.

    Je dis à mes proches qu’ils ne doivent en aucun cas essayer de tirer du profit du fait qu’un de leur parent se trouve être aujourd’hui le Président du Faso. Tout ce qu’ils doivent gagner, qu’ils le gagnent parce qu’ils ont travaillé ; mais qu’ils ne gagnent rien du fait qu’ils sont membres de la famille du Président, ni mon épouse, ni mes frères et sœurs, ni mes autres parents et les enfants quand ils deviendront un peu grands. Et cela aussi, je crois que cela va en droite ligne de l’éducation révolutionnaire que dans ma famille nous devons donner aux uns et aux autres. Je voudrais ajouter que ceux de mon entourage, de mes parents qui n’ont pas voulu comprendre cette rigueur se sont retrouvés en prison ou à la gendarmerie, et avant la révolution ou sans la révolution, parce que sans démagogie et sans méchanceté particulière, j’ai estimé qu’eux aussi devaient être sanctionnés de façon exemplaire. Des parents ont été suffisamment sanctionnés et j’espère qu’ils ont compris que je n’ai pas voulu être méchant à leur égard, mais que j’ai voulu un exemple pour eux et pour nous tous. »

    Ce document est extrait du livre « Histoire politique du Burkina Faso 1919-2000 » de Roger Bila Kaboré, 668 pages paru chez l’Harmattan en Février 2002, pages 186 à 192.

  2. je pense les kayesiens devaient prendre les armes pour demander leurs droit voler par ce gouvernement car ce droit la grace att le kayes a eu cet airoport ibkon a bloque

  3. C’est simple le gouvernement s’en fout de KAYES
    Il sait que les kayesiens ne prendront jamais les armes comme les fainéant du zinzinwade

    Donc nous kayesiens allons entendre encore longtemps
    Sinon depuis quand il faut quatre ans pour construire un dépôt kerosene

  4. Dans une interpellation du Ministre Koumare par l’honorable Gassama, il avait promis la mise en fonction de cet aĂ©roport depuis plus dun semestre….. Et dire on est encore au stade d’installations Ă©lectriques c’est affirmer la mediocrite de ce gouvernement de voleurs….

    IBK est une vraie calamite pour le Mali….

  5. Un VENTRU VOLEUR IVROGNE qui a été incapable d’élaborer un simple programme politique, ne peut prevoir une attente des musulmans.

    Un mediocre personnage qui n’a jamais travaillé dans toute sa vie, et qui a fait fortune sur le dos de l’état.
    – 1993-1994 Ambassadeur du mali en Cote d’Ivoire ;
    – 1994-2000 Prémier ministre ;
    -2002-2007 President de l’assemblé nationale avec 25 MILLIONS/mois ;
    – 2007-2012 Deputé à L’asemblée nationale ;

    En effet, Ce vaurien va continuer à voler car c’est tout ce qu’il sait faire dans sa miserable vie .
    – 153 MILLIARDS detourné en moins d’un ans 2013-2014 “année de la lutte contre la corruption ” d’après le rapport du verificateur général ;
    – 138 MILLIARDS (2*69 Milliards) pour un contrat d’habillement des famalettes ;
    – 60 MILLIARDS dans de l’engrais frélatées ;
    – 21 MILLIARDS dans un viel being de 15 ans achété/loué ;
    – 14.6 MILLIARDS pour le budget de koulouba contre 14 MILLIARDS pour tous les hopitaux du pays reunis ;
    – 500 MILLIONS pour l’alimentation de koulouba contre 300 MILLIONS pour tous le pays ;
    – 10 MILLIARDS pour la reconstruction du pavillon de Koulouba ;
    – 10 MILLIARDS pour la construction de sa residence privée de sebenicoro au frais du contribuable ;
    – 8 MILLIARDS pour la construction de la residence de la base B ;
    – 76 Voyages à L’exterieur avec zero resultat ;
    – 31 Ministères pour un PPTE (pays pauvre très endétés) ;
    – Liberaration de tous les jihadistes touaregs et maures pendant les nègres croupissent au cachots ;
    – Nomination de son fils comme deputé et propulsé president commission defense ;
    – Nomination de ses neveux Ben Barka Junior, Mahamane Baby et son beau frère abdoulaye atahar maiga comme minitre ;

    Jusqu’à l’heure d’aujourd’hui l’homme (dabaraba bourama) n’a pas declaré sa patrimoine conformement à la constitution . Du courage pour les sujets maliens, vous avez crié mandé zonkeba alors bienvenu dans la monarchie des keita avec leurs laquets sans personnalités .

    SI TU MEURS POUR LE MALI, TU N’AVAIS PAS DE RAISON E NAITRE ;
    NI I SARA MALI KOLA, I SARA FU ;
    ***************************************************************************
    Gloire perpétuel à KLELA BABA. Que soit benit son nom, sa vie, sa source et sa lumière.
    Vive le GANJISME, vive la science universelle !

Comments are closed.