Ségou, la troisième région en dynamique mutualiste au Mali

0

 

C’est la révélation faite par le Directeur Général de l’UTM, Issa Cissouma, au terme d’une visite dans les différentes mutuelles de santé.

 

Le DG  conduisait ainsi les travaux d’évaluation des mutuelles de santé appuyées par les animateurs.

Avant de répondre aux différentes questions de notre rédaction, il a tenu une rencontre avec les Présidents des Conseils d’Administration et les animateurs en présence du personnel UTM Ségou. Il a dressé la situation de chaque mutuelle de santé visitée en prodiguant pour chacune des solutions urgentes envisageables. Dans l’ensemble, il dira que les animateurs ont beaucoup contribué dans la réalisation des résultats actuels en termes d’adhésion et de payement de cotisation ainsi qu’en fréquentation des services de santé.

La rédaction : Vous venez de boucler une visite dans les différentes mutuelles de santé de la région, qu’est-ce qui motive ladite visite ?

Directeur : Ces visites s’inscrivent dans le cadre d’une évaluation des activités des animateurs gestionnaires que nous avons installés il y a une année. Il fallait aller à cette politique d’animateur pour pouvoir améliorer le nombre d’adhérents et bénéficiaires, mettre en place une gestion claire. Une année après, il faut évaluer, tirer les leçons et les bénéfices.

La rédaction : Pouvez-vous nous dégager les premières conclusions  de cette visite ?

 

Directeur : Les conclusions sont à plusieurs niveaux. Au niveau des animateurs, le travail des animateurs se fait en harmonie avec les Conseils d’Administration. Les animateurs se sont adaptés et intégrés aux différentes communautés d’accueil. En terme de résultats attendus, on est en face des mutuelles de grandes tailles. Pour la première fois, une mutuelle rurale dépasse le millier d’adhérents. A Siribala, en terme de payement de cotisation, la mutuelle est à 100% de recouvrement. Partout, le taux de fréquentation des services de santé est en hausse. Les documents administratifs et financiers sont bien tenus et fournis dans le temps. Cependant, certaines lacunes existent, à savoir les insuffisances des commissions de contrôle et les prises en charge incessantes de certains bénéficiaires.   

La rédaction : Par rapport à la dynamique du mouvement mutualiste, quelle image attribuer à Ségou au jour d’aujourd’hui ?

Directeur : Ségou dégage une bonne image et se classe aujourd’hui troisième après Bamako et Sikasso qu’en bien même qu’elle n’a été lancée qu’en 2002 seulement. Cette dynamique prouve à suffisance que les Ségoviens ont cru et approuvé la mission des mutuelles de santé. La dynamique mutualiste de Ségou me donne l’occasion de remercier les partenaires Belges et leur Bureau de Cotonou sans lesquels rien ne serait réalisé. Le mouvement mutualiste est une œuvre de longue haleine à laquelle les partenaires Belges se sont inscrits. Et aujourd’hui, la stratégie globale de l’UTM a changé avec l’expérience de Ségou.

La rédaction : De façon générale, qu’est ce qu’on peut retenir comme acquis à consolider, lacunes  à corriger dans les mutuelles de santé ?

Directeur : Il faut consolider l’amélioration des adhésions et pérenniser l’accompagnement des animateurs par les Conseils d’Administration. Il faut établir l’adéquation entre cotisation et dépense de santé.

La rédaction : Quel sentiment partager avec les Ségoviens à l’issu de ces travaux ?

Directeur : Je suis animé d’un sentiment d’espoir. L’expérience des animateurs-gestionnaires est à vulgariser partout au Mali.

 

 

Mahamadou Sangaré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER