34eme conseil d’administration de l’Office national des produits pétroliers (ONAP) : Vers le renforcement des capacités de stockage et le contrôle de qualité des produits pétroliers consommés au Mali

0

L’Office national des produits pétroliers (Onap) dirigé par Soumana Mory Coulibaly se porte bien, malgré quelques difficultés. C’est ce qui ressort des travaux de la 34ème session du Conseil d’administration, tenue le 27 juillet dernier, sous la présidence de Soussourou Dembélé, Conseiller technique au ministère de l’Economie et des Finances

Les travaux de la 34ème session du Conseil d’administration de l’Office national des produits pétroliers (Onap) se sont déroulés le 27 juillet dernier, sous la présidence de Soussourou Dembélé, Conseiller technique au ministère de l’Economie et des Finances. Il avait à ses côtés le directeur général de l’Onap, Soumana Mory Coulibaly et les administrateurs. L’ordre du jour portait sur le point d’exécution des tâches issues de la 33ème session ordinaire du Conseil d’administration et l’examen du rapport d’activités 2016, axé sur la gestion de l’approvisionnement du pays en produits pétroliers. Le suivi des travaux d’extension des capacités de stockage du dépôt de l’Onap de Sénou, le suivi du réseau de distribution, le contrôle de qualité des produits pétroliers, la gestion des fluctuations des prix fournisseurs et le traitement des statistiques pétroliers ont été passés au peigne fin. Sans oublier les rapports d’exécution des budgets au 31 décembre 2016 de l’Onap et du dépôt-Onap de Bamako-Sénou, ainsi que le rapport d’évaluation du budget-programme 2016.

Aux dires du représentant du ministre de l’Economie et des Finances,  cette session ordinaire du Conseil d’administration de l’Onap se tient au moment où l’économie nationale connait un taux de croissance élevé et une accalmie au niveau du marché mondial du pétrole. “Si les cours mondiaux des produits pétroliers sur les marchés mondiaux ont augmenté en moyenne de 24% au cours du dernier semestre 2016, ils sont passés de 56 dollars en janvier 2017 à 46 dollars en juin 2017, soit une baisse de 15%”.

“Au plan national, les tendances baissières des cours des produits pétroliers ont été mises à profit pour diminuer les prix à la pompe et améliorer les marges des opérateurs pétroliers. Par rapport à la hausse des cours des produits pétroliers en mars et mai 2017, des mesures ont été initiées pour atténuer leurs impacts sur les prix à la pompe. Ces mesures se sont traduites par des diminutions des prélèvements fiscaux et des baisses des prix à la pompe” précise Soussourou Dembélé, conseiller technique au ministère de l’Economie et des Finances.

Il a ensuite déclaré que la gestion de ces fluctuations s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau mécanisme de suivi de la taxation des produits pétroliers. “Ces mesures se poursuivront pour le développement du sous-secteur des hydrocarbures et pour la préservation du pouvoir d’achat des consommateurs. En plus de ces mesures, il devient nécessaire de renforcer les capacités de stockage et le contrôle de qualité des produits pétroliers consommés au Mali” dira-t-il.

Il a saisi cette opportunité pour informer les administrateurs des progrès enregistrés dans le cadre de l’exécution des travaux du dépôt-Onap dont la réception aura lieu en septembre prochain. Et des études sont également en cours afin de définir un cadre de réalisation des capacités de stockage, en partenariat avec le secteur privé.

S’agissant du plan budgétaire, il faut préciser que les activités de l’Onap (C’est un établissement public à caractère administratif) sont aujourd’hui couvertes essentiellement par le budget d’Etat. Ce qui est contraire, dira Soussourou Dembélé, aux dispositions des textes relatifs à la création et à la gestion des établissements publics à caractère administratif.

En tout cas, l’exercice 2016 a été marqué par la réalisation de plusieurs points. Il s’agit d’abord de la signature de la convention relative aux échanges commerciaux dans le sous-secteur des hydrocarbures liquides et gazeux entre le Mali et la Guinée, le 17 octobre 2016. Et le renforcement de l’exploitation de l’axe Ghana-Mali.

Sans oublier l’approvisionnement régulier du pays et l’accès aux produits pétroliers à des prix compatibles avec le pouvoir d’achat de la population, l’adoption du projet de loi régissant la constitution et la gestion du stock national de sécurité des produits pétroliers liquides et gazeux au Mali et du projet de décret fixant les modalités de constitution et de gestion dudit stock.

Aux dires de Soussourou Dembélé, la hausse de la facture pétrolière en 2016 des produits pétroliers liquides a été estimée à 447,691 milliards de Fcfa contre 425,779 milliards Fcfa en 2015, soit une hausse de 21,912 milliards Fcfa. Les recettes pétrolières réalisées par la Direction Générale des Douanes ont également connu une hausse. Elles se sont élevées à 196,8 milliards Fcfa, soit une augmentation de 7,5 milliards Fcfa par rapport à l’exercice 2015.

S’agissant des remboursements d’exonérations pétrolières, ils se chiffrent à 5,086 milliards Fcfa, soit une hausse de 3,368 milliards Fcfa par rapport à 2015. Quant aux exonérations directes, elles ont atteint 110,296 milliards Fcfa contre 80,778 milliards de nos francs en 2015, soit une hausse de 29,518 milliards Fcfa.

Parlant du rapport d’exécution du budget de l’Onap, il ressort un taux d’exécution de 99,44% avec une participation du budget d’Etat à hauteur de 94,29%. Ce qui amène le représentant du ministre de l’Economie et des Finances à parler de la nécessité de mener des réflexions afin de doter l’Onap de ressources propres provenant du sous-secteur des hydrocarbures.       

A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER