Assemblées annuelles 2022 du Fonds monétaire international et du groupe de la Banque mondiale

0

Les orientations du Mali en matière de politique économique, financière et budgétaire ont été exposées à plusieurs personnalités des  deux institutions de Breton Woods par le ministre de l’Economie et des Finances 

Dans le but de bénéficier d’un nouveau cycle de Facilité Élargie de Crédit (FEC) et de mobiliser des ressources du « Food Shock » pour le Mali, le ministre de l’Économie et des Finances du Mali, Alousséni SANOU, a participé aux Assemblées annuelles 2022 du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale qui se sont tenues en présentiel du 10 au 16 octobre 2022 aux sièges des deux institutions à Washington (USA). Cet événement de portée mondiale réunit deux fois par an les ministres des Finances et du développement de tous les pays , les hauts dirigeants des institutions financières, du secteur privé, des organisations de la société civile autour de sujets liés à la réduction de la pauvreté, au développement économique international et aux financements, ainsi qu’à la valorisation du capital humain et au renforcement de la résilience. Avant d’entamer les différentes rencontres, le ministre Alousséni Sanou a tenu une réunion de cadrage à l’ambassade du Mali à Washington en vue d’une meilleure coordination des activités de la mission. C’était le lundi, 10 octobre, en présence de l’Ambassadeur du Mali aux Etats Unis, Son Excellence M. Sékou BERTHE.

Les orientations des plus hautes autorités du Mali en matière de politique économique, financière et budgétaire ont été au cœur des discussions que le ministre Alousséni SANOU a engagéesavec plusieurs personnalités des institutions de Breton Woods, notamment le vice-président Afrique de l’Ouest et du Centre de la Banque mondiale, le Directeur Afrique du FMI, les administrateurs de certains pays au sein de ces deux institutions et les dirigeants de certaines institutions financières comme la Banque Ouest africaine de Développement (BOAD), la Banque centrale des états de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Des séries de rencontres qui vont porter fruits dans un très proche avenir, selon plusieurs experts avisés.

Avec le vice-président de la Banque mondiale, le premier responsable des finances du Mali a exposé, entre autres,  la situation politique et socio-économique du Mali. Le ministre Alousséni SANOU et sa délégation ont rencontré aussi le vice-président Afrique de l’Ouest et du Centre de la Banque mondiale, M. Ousmane DIAGANA, et les directeurs sectoriels de l’institution. Lors des discussions, le ministre de l’Économie et des Finances a exposé la situation politique et socioéconomique réelle au Mali, les progrès réalisés malgré les contraintes liées à l’embargo infligé par la CEDEAO et de l’UEMOA, à l’insécurité et à la conjoncture internationale. Il a expliqué les nombreux défis à relever sur le terrain, notamment l’accès des populations aux services sociaux de base, la relance économique et les infrastructures de base. Le vice-président de la Banque mondiale, M. Ousmane DIAGANA, a félicité le ministre et, à travers lui, les autorités maliennes pour avoir honoré leurs engagements vis-à-vis de la Banque mondiale en procédant avec diligence au remboursement de l’intégralité de l’encours de la dette. Une action qui a été fortement appréciée par les autorités de la Banque et qui témoigne de tout l’intérêt que les autorités du Mali portent au respect de leurs engagements et aux instruments de l’institution. Il a salué la relance de la coopération à travers la reprise des décaissements et des projets en cours. Enfin, M. Ousmane DIAGANA a donné les assurances de la Banque mondiale à rester engagée aux côtés du Mali dans le respect de ses choix et de ses aspirations. Le ministre Alousséni SANOU a salué la qualité de la coopération entre la République du Mali et la Banque mondiale, tout en félicitant les équipes mobilisées dans le cadre de la réussite des projets en cours au Mali. Il a réaffirmé les engagements des plus hautes autorités du Mali à respecter tous ses engagements dans le respect des choix stratégiques au bénéfice des populations. Après cette rencontre, Alousséni Sanou a eu des entretiens avecles Administrateurs de la Fédération de Russie au sein des Conseils d’Administration du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque Mondiale ainsi que celui de la République Populaire de Chine au sein du Conseil d’Administration du Fonds. Le ministre SANOU les a remerciés, au nom des plus hautes autorités du Mali et du peuple malien, pour le soutien et l’accompagnement de leurs pays respectifs envers le Mali pour le respect de sa souveraineté et de ses choix stratégiques. Le ministre a apprécié leur soutien en faveur du Mali au sein des instances décisionnaires du FMI et de la Banque mondiale. Il leur a enfin réitéré l’engagement des autorités maliennes à renforcer les relations de coopération entre nos pays, notamment sur le plan politique et économique.

Respect des engagements

La revue globale de la coopération entre le Mali et le FMI  a été au centre de la rencontre de la délégation du Mali avec des responsables du FMI. En effet, le locataire de l’hôtel des finances du Mali a eu des discussions avec des responsables du Fonds monétaire international, en particulier  le Directeur Afrique, le Directeur adjoint des Finances Publiques, le chef de mission du FMI au Mali. Les autorités du FMI ont salué les efforts remarquables réalisés par le Mali en dépit des contraintes réelles liées à l’embargo de la CEDEAO et de l’UEMOA, à la conjoncture internationale et à la situation sécuritaire que le pays a vécues. La bonne tenue du cadre macroéconomique et la poursuite des réformes ont permis une meilleure mobilisation des ressources fiscales et une maîtrise des dépenses publiques. Des actions qui ont permis à l’Etat du Mali de renforcer les mesures de relance économique et de soutien aux populations.Les orientations des plus hautes autorités du Mali en matière de politique économique, financière et budgétaire ont été portées à l’attention des responsables du FMI par le ministre SANOU qui a exprimé sa volonté de poursuivre la mise en œuvre desréformes qui permettront de consolider les acquis et de poser les jalons de la souveraineté économique et financière de la République du Mali. Notre ministre de l’Economie et des Finances a aussi salué la qualité de la coopération qui existe entre la République du Mali et le Fonds monétaire international et il a félicité les équipes mobilisées dans le cadre de sa réussite. Il a réaffirmé la volonté des plus hautes autorités à respecter tous leurs engagements dans le respect des choix et des intérêts du Mali et de sa population. Les responsables du FMI ont été satisfaits des résultats atteints par le Mali en matière de réformes, des performances budgétaire et macroéconomique. C’est pourquoi, un nouveau cycle de Facilité Élargie de Crédit (FEC) sera bientôt lancé, de même que la mobilisation des ressources du « Food Shock », qui est un nouveau guichet de financement mis en place par le FMI. En vue d’un soutien au secteur privé malien, Alousséni Sanou et sa délégation ont rencontré le Directeur général adjoint de la Société Financière Internationale (filiale de la Banque mondiale dédiée au financement du secteur privé). Le soutien et la promotion du secteur privé malien occupent une place de choix dans l’agenda du ministre de l’Économie et des Finances. C’est pourquoi il a rencontré ce haut responsable de la Société Financière Internationale  pour le soutien aux entreprises maliennes, notamment leur accès à des financements adéquats. L’ouverture prochaine d’une représentation de l’institution financière au Mali permettra de renforcer les efforts du gouvernement.

Pour assurer la promotion et la défense des intérêts du Mali au sein de l’institution, le patron des finances du Mali a également eu des discussions avec le représentant du Mali au Conseil d’administration de la Banque mondiale. Le ministre de l’Economie et des Finances et sa délégation ont eu une séance de travail avec l’administrateur-pays (représentant du Mali au Conseil d’administration de la Banque mondiale), M. Alphonse Ibi KOUAGOU, et son suppléant, M. Abdoul Salam Bello Boubacar. Cette rencontre a permis de partager avec eux les orientations des plus hautes autorités du Mali et les priorités du gouvernement afin de mieux les conforter dans leur rôle de promotion et de défense des intérêts du Mali au sein de l’institution. Il a été rappelé à cette occasion les trois principes de base du gouvernement malien dans les relations bilatérales et multilatérales, en l’occurrence le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques de notre pays et la défense des intérêts de la population dans toutes les décisions politiques, économiques et sociales.

 

Le Mali, un bon partenaire des institutions de BrettonWoods pour avoir payé avec célérité ses échéances dues à la Banque mondiale

 

À la suite du paiement par l’Etat du Mali de ses échéances dues à la Banque mondiale dès la levée des sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA intervenue le 03 juillet 2022, le vice-président de la Région Afrique de l’Ouest et du Centre  de la Banque, M. Ousmane DIAGANA, a adressé au ministre de l’Économie et des Finances une correspondance datant du 18 juillet 2022 lui annonçant la levée de la suspension des décaissements relatifs aux projets et aux  programmes financés par la Banque mondiale au Mali. « […] Nous avons le plaisir de vous informer que la Banque mondiale a reçu tous les paiements en retard mentionnés dans l’avis de suspension et tous les autres paiements dus par le Pays Membre et l’Emprunteur et échus depuis la Date de suspension mentionnée dans ledit avis. Le Pays Membre et l’Emprunteur sont donc à jour de tous les paiements qu’ils doivent à la Banque au titre des prêts suspendus. Par conséquent, la suspension des retraits au titre des Prêts Suspendus a été levéeà compter du 18 juillet 2022», avait mentionné le vice-président de la Banque mondiale dans la correspondance. Cette diligence du ministère de l’Économie et des Finances a permis ainsi, dans les plus brefs délais, le déblocage des paiements en souffrance des entreprises concernés et également la relance immédiate des activités desdits projets et programmes.

Al-Hassan

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here