Appui de la Banque Mondiale pour l''éducation au Malirn: Des infrastructures construites à Mopti et à Tombouctou

0

Le lycée public de Mopti, les écoles Tinderma et Haïbongo de Diré, Babaga et Abocar Amar de Goundam sont, entre autres, des établissements qui ont été construits ou rénovés par la Banque mondiale dans le cadre de la première phase d”exécution du programme d”investissement sectoriel de l”éducation (PISE 1).

Inauguré officiellement le 4 novembre 2006 par Mamadou Lamine Traoré, ministre de l”Education nationale, le Lycée public de Mopti est le fruit de la première phase du Programme d”investissement sectoriel de l”éducation (PISE 1). Financé par la Banque mondiale à travers le fonds IDA, ce joyau bâti à Toguel, un quartier de Mopti, est une réalisation majeure de la Banque mondiale dans le cadre de l”appui à l”éducation. Il comprend un bloc administratif composé des bureaux du proviseur, du censeur et du surveillant. Les salles de cours, le laboratoire et la bibliothèque sont des bâtiments qui occupent largement la cour de l”établissement. S”y ajoutent des terrains de foot, de basket et de volet ball.

A l”ouverture des classes en octobre 2006, l”effectif des élèves était de 119. Après la clôture du processus d”orientation, l”effectif des élèves est passé à 187. Ils sont répartis entre deux classes de dixième lettres et de dixième science. Comme problème, il faut noter l”absence de professeurs dans certaines disciplines comme l”EPS, l”économie familiale. A Diré, les établissements de Haïbongo et Tinderma ont bénéficié chacun des travaux de construction de six salles de classe.

A Goundam ce sont les établissements de Babaga et Abocar qui ont aussi vu chacun la rénovation de trois salles de classe.

Contrairement à ces établissements dont les travaux ont été financés par le fonds IDA de la Banque mondiale, l”IFP de Bankass a été construit par le fonds belge géré par la Banque mondiale. C”est pourquoi, la délégation du service de communication du bureau de la Banque mondiale résidant au Mali a visité cet établissement le 17 mars 2007. Le joyau comprend un bloc administratif composé des bureaux du directeur général, du surveillant et de l”économe.

Il y a aussi le bloc des salles de classes qui est subdivisé en bloc des disciplines spécialisées composé des filières de l”agriculture, de l”élevage, de la mécanique agricole, de la maroquinerie d”art, le froid et la climatisation.

Quand au bloc des disciplines non spécialisés, il est composé des sections comptabilité et secrétariat.

En plus de ces bâtiments, il faut mentionner que les logements du directeur général, du surveillant, les terrains de sports notamment celui du basket, du football sont aussi réalisés dans la cour.

A ajouter qu”il n”est pas prévu, pour le moment, la construction d”un internat pour les étudiants. L”absence de ce bloc, selon Magnan Marc Bagayoko, directeur général de l”établissement, peut entraîner des difficultés de logement pour les étudiants qui seront orientés à l”IFP. L”IFP de Bankass est situé à trois kilomètres en dehors de la ville.

S”agissant des avantages, Magnan Marc Bagayogo a déclaré, que l”établissement permettra de faire baisser le taux de déperdition scolaire à Bankass et environnants. "Les étudiants après leur cycle à l”IFP peuvent s”installer à leur propre compte" a-t-il déclaré.

Comme problèmes, Marc Magnan Bagayogo a évoqué la pénurie d”eau. Selon l”orateur, le château d”eau installé à l”école a une capacité très insuffisante. Les coupures d”eau sont récurrentes. "Il urge de renforcer la capacité du château avant le démarrage effectif des cours" a-t-il conclu.

Il convient de souligner qu”à l”école, les travaux sont en cours pour préparer la rentrée 2007 -2008. Il est attendu pour un départ 1500 étudiants. Aujourd”hui, les manœuvres sont en train de placer les bancs dans les classes.

L”établissement est électrifié à l”aide d”un groupe électrogène d”une capacité de 98 kva.

Abdoul Karim KONE
Envoyé spécial à Mopti et Tombouctou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER