Conquête de la PRéSIDENCE DE LA CCIM : Adama Koly Coulibaly veut prendre le relais après Ousmane Guittèye

0

Après le verdict de la Cour suprême du jeudi 8 février dernier par rapport aux élections consulaires du 1er octobre 2006, qui a confirmé la victoire des listes des sections service et commerce de Jeamille Bittar, alors que la tendance Ousmane Guittèye s”apprête à faire appel en révision auprès de la même Cour suprême, l”un des ténors de ce groupe, Adama Koly Coulibaly est sur le point de se présenter contre Jeamille Bittar pour la présidence de la CCIM.

L”intéressé, qui conditionne sa candidature à un soutien total du groupe Guittèye, a annoncé la nouvelle hier au cours d”un point de presse.
es médiations entamées par le Haut conseil islamique sur recommandation du président de la République ayant échoué, les voies de recours judiciaire étant quasiment épuisées, le camp Guittèye entend désormais revenir à la vérité des urnes. En tout cas, la sortie hier d’Adama Koly Coulilaby, un des vice-présidents sortants de la CCIM et non moins président de la Fédération des hôteliers du Mali,  élu sur la liste industrie de la tendance Ousmane Guittèye, va dans cette direction. En effet, le verdict de la Cour suprême qui confirme la victoire de la tendance Bittar met ce dernier en pôle position malgré un appel en révision injectée par les conseils de Guittèye.

On se rappelle que, suivant les résultats sortis des urnes le 1er octobre 2006,  la liste commerce de Ousmane Guittèye ayant perdu, celui-ci, pressenti pour être le porte-drapeau de sa tendance, ne peut plus prétendre à la présidence de la CCIM, car n”étant plus délégué consulaire. C”est seulement sur la liste industrie que cette tendance peut présenter un candidat. C”est fort de cet état de fait que Adama Koly Coulibaly a rencontré hier la presse au siège de la Fédération nationale des hôteliers du Mali à Hamdallaye ACI.

L”occasion pour lui d”annoncer sa disponibilité à être candidat contre Jeamille Bittar lors de la prochaine assemblée générale consulaire au cas où l”appel en révision n”aboutit pas et aussi, s”il a le consentement des responsables du  groupe des opérateurs économiques dont sept milliardaires qui soutiennent la tendance Guittèye. En effet, aux dires de l”intéressé, son éventuelle candidature n”a pas, pour le moment, fait objet de débat au sein du groupe, "mais comme la réalité est là, il ne faut pas rester les bras croisés".

Malgré cette explication, l”on a tendance à s”interroger sur les motivations réelles de cette candidature. Quête de leadership du groupe Guittèye ou ambition personnelle ? Koly écarte les deux hypothèses. Il justifie sa candidature par une volonté réelle de faire changer les choses. "J”ai toujours eu une bonne pensée dans la famille, dans mon quartier, au sein des différentes associations où j”ai été membre et même à la CCIM. Ici, j”ai toujours donné le meilleur de moi-même pour que les choses avancent. J”ai toujours été un fédérateur, un rassembleur et je défie qui que ce soit pour prouver que je ne suis pas honnête ou que je suis égoïste. J”ai toujours servi les autres" a martelé le conférencier.

Ce qui est évident, c’est que sa candidature a, pour le moment, bénéficié du soutien du président du Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (SYNACODEM), Cheick Oumar Sacko. Celui-ci était d”ailleurs présent à la rencontre avec la presse. Il reste à savoir s”il aura la caution des ténors du camp Guittèye.

Quelle chance peut avoir Koly face à un Bittar très réquinqué de sa victoire sur les sept milliardaires de la République ? Pour le président des hôteliers qui se présente en candidat rassembleur, les choses sont claires: "Rien n”est fait pour le moment, c”est un processus en cours. Personne ne peut dire avec exactitude combien de délégués consulaires  sont en sa faveur dans les régions qui sont celles qui élisent le président. Le vote se fait par bulletin secret, tout reste possible", a-t-il indiqué avant d”ajouter que s”il est candidat contre Bittar et qu”il ne gagne pas, il va démissionner de sa qualité de délégué consulaire.

Youssouf CAMARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER