Soutien de la MINUSMA à la Réforme du Secteur de la Sécurité : Un avion pour lutter contre le braconnage transfrontalier

0
La base de la Minusma à Gao
La base de la Minusma à Gao au Mali (illustration). © RFI/Olivier Fourt

La Réforme du Secteur de la Sécurité est un élément essentiel du retour durable de la paix et de la stabilité au Mali. Celle-ci touche de nombreux aspects, allant de la révision des textes de loi à la sensibilisation des citoyens, en passant par le renforcement des capacités des forces de sécurité. Il en est d’ailleurs ainsi en ce qui concerne la lutte contre le braconnage transfrontalier et la protection des espèces animales et végétales. Dans ce domaine, la MINUSMA a apporté un appui de taille en mettant à la disposition des gardes forestiers du Mali, un avion ULM (ultra léger motorisé). 

La MINUSMA, de par ses sections de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du Désarmement de la Démobilisation et de la Réinsertion/Réintégration (RSS-DDR), et de la Stabilisation et du Relèvement (S&R), a initié un projet de renforcement des capacités de la Direction Nationale des Eaux et Forêts du Mali. À travers la participation du Canada au Fonds fiduciaire de la MINUSMA pour la consolidation de la paix et de la stabilité, elle a mis un avion Ultra-Léger-Motorisé de type X-Air F – motorisation Rotax – 912UL d’une puissance de 80 chevaux, à la disposition des autorités maliennes. Cet appareil doit permettre aux gardes forestiers d’exercer pleinement leur rôle régalien de surveillance aérienne et terrestre, et de protection de la flore et de la faune. Il s’agit particulièrement de protéger les rares éléphants de la zone du Gourma, à Douentza dans la région de Mopti. Ces animaux sont en voie de disparition, ce qui pourrait mettre en péril l’écosystème local.

L’acquisition de cet appareil a été financée par le Canada à travers le Fonds fiduciaire de la MINUSMA, dans le cadre du projet ‘’Appui à la sécurité communautaire et lutte contre le-braconnage dans le Gourma’’, sponsorisé par la section RSS-DDR et mis en œuvre par Wild Foundation, une ONG internationale britannique. Ce projet fait partie intégrante du processus de la Réforme du Secteur de Sécurité et vise à appuyer la mise en œuvre de la Politique Nationale des Frontières, adoptée par décret présidentiel le 30 mars 2018, notamment en mettant l’accent sur la formation et l’équipement des unités mixtes de lutte contre le braconnage transfrontalier.

Un ULM ? pour quoi faire ? 

Un ULM est un avion facilement manœuvrable. Il a la capacité de voler à 10 000 pieds, soit à 3 000 mètres d’altitude, pendant cinq à six heures, à une vitesse de croisière de 120 km par heure. Il peut ralentir et descendre pour mieux repérer sa cible et remonter en piqué. Six officiers de l’Armée de l’Air ont été formés en pilotage et en maintenance de cet avion et ont reçu des certificats de fin de formation, témoignant ainsi la volonté de la partie nationale de s’approprier cet important équipement. L’arrivée de cet avion devrait permettre aux brigades mixtes d’anti-braconnage de mener des opérations régulières de suivi des éléphants, de leurs habitats et de leurs mouvements, étant donné que ces éléphants sont une partie du patrimoine non seulement national mais aussi mondial.

Clefs en mains…

Une remise officielle de l’aéronef au Directeur National adjoint des Eaux et Forêts a eu lieu, le 18 décembre 2018, à la Base 101 de l’Armée de l’Air à Sénou à Bamako. Accueillis par l’hôte des lieux, le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée de l’Air, les invités étaient au nombre de 200. Parmi-eux, les représentants des sections RSS/DDR et S&R de la MINUSMA, mais aussi ceux de Wild Foundation. L’Etat malien était représenté par la Ministre des Infrastructures et de l’équipement, Mme Seynabou Diop Traore, représentant la Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, en charge des Eaux et Forêts. Des représentants des ambassades du Canada et du Royaume Uni avaient également fait le déplacement.

Dans son message de clôture, Mme la Ministre a remercié la MINUSMA et tous les partenaires techniques et financiers pour leurs contributions à l’acquisition de l’avion et à la bataille pour la protection des éléphants. De plus, elle les a encouragés à poursuivre leurs efforts. En remettant les clefs de l’avion au Directeur national adjoint des Eaux et Forêts, Mme Traoré l’a exhorté, lui et l’ensemble de ses collègues, à en faire un bon usage.

MINUSMA

Source : Le Renard

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here