Crise de liquidité dans les banques : Du cash pour sauver l’économie

5
Réunion de Yaoundé : l'avenir du CFA en question
Des coupures de billets de CFA

Le Mali fait face, depuis quelques mois, à de sérieux problèmes de liquidité qui sont en passe de devenir structurels. Toutes les banques, y compris la Banque centrale tentent de trouver des solutions. Mais pour réussir ce challenge, le pays a besoin de visibilité à long terme pour voir le bout du tunnel.

L’économie nationale fait face à de sérieux problèmes. Celui relatif à la sous-liquidité bancaire qui affaiblit les capacités d’investissement des entreprises en est une expression, et non des moindres.

Selon des sources proches de la banque centrale nationale, le déficit de liquidité bancaire s’est encore creusé au cours du dernier trimestre, par rapport au précédent. Pourtant les observateurs avisés avaient prévenu des risques de creusement du déficit de liquidité, sous l’effet principalement de la baisse des réserves de change: mauvaise gestion des recettes en devises des revenus de l’or. La situation a de quoi alarmer les financiers et les acteurs économiques. Première conséquence et non des moindres : le problème d’accès au financement bancaire par les entreprises et les ménages.

Les causes ?            

Certains économistes pointent du doigt la dégradation des comptes extérieurs (balance commerciale, revenu des IDE et de l’agriculture) et le recul des dépôts par rapport aux crédits. Ce serait la principale cause de détérioration du niveau de liquidité.

Au cours du mois de mai, elle affichait une aggravation de son déficit de 10%. Or, il existe un lien dialectique entre la disponibilité de liquidité au niveau national et le niveau d’équilibre de la balance des paiements du fait que le financement d’importations massives amenuise les réserves en devises de la banque centrale nationale , ce qui implique naturellement une pénurie de liquidité au niveau local.

De plus, les exportations qui procurent au pays des devises et donc de la liquidité, ont aussi affiché une contraction de 25% au cours du premier semestre 2015 en raison du plongeon des cours sur le marché des matières premières. A cela s’ajoute la baisse des IDE. Depuis le début de l’année, l’équipe économique n’obtient que des dons.

Tout ceci s’est traduit par la décélération du taux de crédit bancaire. L’ensemble des composantes du crédit bancaire a connu un ralentissement. Ainsi, le taux d’accroissement des prêts à l’immobilier a décéléré de 12%. Les crédits à l’équipement se sont contractés de 5%. Il en est de même des facilités de trésorerie qui ont vu leurs rythmes d’augmentation s’atténuer. Ces baisses des crédits bancaires ont des effets néfastes sur le rythme de croissance. De plus, il est communément admis que le manque de liquidité a considérablement accru la frilosité des banques primaires.

Ce qui les conduit à chercher des placements moins risqués dans une conjoncture économique incertaine où des entreprises affichent une certaine fébrilité. Dans ce contexte, les bons du Trésor réputés pour leur sécurité se sont adjugé les faveurs des banques.

Les levées hebdomadaires du Trésor sur le marché domestique confortent d’ailleurs d’une certaine manière cette attitude. L’autre effet pervers de cette situation est le renchérissement du coût de crédit provoqué par l’accroissement de la demande sur le marché.

Au final, remédier aux problèmes de liquidité bancaire implique préalablement de s’attaquer aux questions de fond concernant les déficits structurels des comptes extérieurs et du budget de l’Etat. Les banques, elles, doivent davantage activer certains leviers comme le recours à l’emprunt international, la diversification des sources de financement et enfin l’optimisation de l’utilisation de leurs ressources.

Paul N’GUESSAN

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Le déficit de liquidité est dû à une crise de débouché local pour les importations donc une inondation de marchandises sans clients.
    Supposons que le pays importe des marchandises.La pays exporte donc la même quantité d’argent.
    Mais si les commerçants arrivent à écouler les mêmes marchandises au niveau local, la même quantité d’argent retourne aux banques(via le dépôt des commerçants) et le jeu recommence.
    Et en plus nous savons que pour investir, les entreprises locales n’ont pas besoin de dollars mais du FCFA. Alors il suffit que les marchandises importées se vendent normalement pour que l’argent retourne aux banques.Et celles-ci auront la possibilité d’octroyer des crédits.
    Donc la crise de liquidité est dû au fait que les commerçants, après avoir importé les marchandises, n’arrivent pas à les transformer en argent et donc le dépôt régulier de l’argent des commerçants ralentit, la liquidité des banques baisse.Voilà ce qui se passe.
    En plus, la crise est mondiale.Regardez l’économie chinoise, elle s’essouffle! Cela est dû au fait que les clients chinois(africains notamment) consomment moins.
    La pauvreté(chômage, bas salaires) des salariés est donc la cause de la crise actuelle.Puisque c’est eux qui représente la majorité des consommateurs.

  2. Vive le Franc malien ! 😀

    Les guinéens frappent leur monnaie… et n’ont pas de problème de liquidité… les ghanéens… les nigérians… même les zaïrois… les brésiliens… les argentins… les algériens… les marocains… les tunisiens… ne connaîtront jamais de problèmes de liquidité… 🙁

    Alors… arrêtons de pleurnicher sur notre sort… nous sommes responsables de notre malheur. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • ********Alors… arrêtons de pleurnicher sur notre sort… nous sommes responsables de notre malheur. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: *********

      —-Si çà se trouve …..c’est encore du aux pédés , non ?

      • pede???

        c’est koi le rapport???
        espece de bakoule de petit webmasteux…

        les algériens, les tunisiens… ont bien fait de sortir de cette monaie de singe franSSaise : le franc des colonies franSSaise dáfrique…

        • Tiens …..ils t’ont relaché ?
          😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.