Projet de bitumage de la route de Guidimakha : La population abonnée aux oubliettes par l’Etat

0

Le projet de construction de la route Kayes-Aourou traine depuis des années. Le tronçon s’étend jusqu’à Kiffa à la frontière mauritanienne. Le moins que l’on puisse dire de ce projet est que le gouvernement du Mali a oublié la population de Guidimakha, avec  ses 9 communes enclavées entre la frontière mauritanienne et le fleuve Sénégal. La route est le seul espoir que les populations de cette contrée du pays souhaitent avoir avec les autorités. Car, les services sociaux de base ont été réalisés par eux-mêmes à travers les ressortissants à l’étranger. La population s’interroge à longueur des journées, si l’Etat réalisera-t-il cette infrastructure ?

Guidimakha comprend neuf (09) communes (Djélébou, Sahel, Karakoro, Koussané, Gory-Gopéla, Gouméra, Bangassi, Guidimakha Kéry-Kafo et Somankidi), 85 villages et plusieurs dizaines de hameaux permanents. A cheval sur deux bassins versants, celui du Karakoro et celui du TKLM (Térékolé, Kolimbiné, Lac Magui), la contrée comptait 120 107 habitants en 2009. Cette population est passée à 142 635 habitants en 2013, soit une augmentation de 19 % en 5 ans. Le territoire est situé dans la région et le cercle de Kayes sur une superficie de 8 451 km2, son enclavement impacte négativement les autres segments du développement socioéconomique. « L’Etat des lieux de la route principale KAYES-KIFFA, en passant par Aourou, n’est un secret pour personne. Les hauts représentants des 4 Etats  (Sénégal, Gambie, Mauritanie et Mali) qui ont fait le déplacement pour accompagner le corps de notre DIADIE international (paix à son âme) sont les témoins oculaires pour savoir la souffrance de nos populations. Notre survie est liée à l’état de cette route. Par principe, ils doivent placer le projet  de construction de notre route dans le cadre des urgences  parmi les “projets sous régionaux” », a souligné Abdoulaye Moussa DIAWARA, un ressortissant de Guidimakha en France.

Après plusieurs recherches, il a été dit que les travaux du bitumage de la route devraient commencer au premier semestre de 2018 et jusqu’à présent il n’y a pas eu de suite. Plusieurs missions ont effectués le déplacement dans le Guidimakha, pour faire une étude de faisabilité et il a été dit que le financement a été acquis de la part de la République Populaire de Chine. La majorité de la population reste pessimiste face à la réalisation de cette route et ils s’interrogent si l’Etat pense à eux sérieusement.

La route Kayes-Aourou-Kiffa tarde à être concrétiser par les plus hautes autorités du pays. C’est un projet qui relie deux pays le Mali et la Mauritanie et cette route a une importance capitale, pour le développement économique de nos deux pays et elle facilitera la circulation des personnes et de leurs biens. La population de Guidimakha interpelle les autorités à prendre en main ce projet de bitumage, pour atténuer leur souffrance et surtout pendant l’hivernage.  La population restera mobiliser aux côtés des  plus hautes autorités, jusqu’à l’atteinte des objectifs.

Mody Gandega

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here