Route Niono-Goma Coura-Tombouctou : Le Premier ministre Dr Boubou Cissé à Tombouctou pour le redémarrage des travaux

2

Deux mois après les manifestations des jeunes de Tombouctou pour la reprise des travaux de la route Goma-Koura/Tombouctou, stoppés depuis 2017 suite à une attaque terroriste contre la société Satom, le Premier ministre du Mali Dr Boubou Cissé a lancé, hier, lundi 25 novembre 2019, les travaux de construction et de bitumage de la route.

Pour le redémarrage des travaux de bitumage de la route (Goma Coura – Tombouctou), le Premier ministre est accompagné du Représentant de l’Union Européenne, l’Ambassadeur Bart Ouvry qui est le principal partenaire pour la construction de cette route. Cette importante route qui est financée sur les ressources du 10ème FED (Fonds Européen de Développement), selon les autorités maliennes, va désenclaver quatre (04) des cinq (05) cercles de la région à savoir Niafunké, Diré, Goundam, Tombouctou. Il s’agit de 484 km réparti en trois lots que sont :- Lot 1 : Goma Coura – Léré : 165 km ; Lot 2 : Léré – Niafunké : 121 km ; Lot 3 : Niafunké – Tombouctou : 198 km.

« Le déplacement du Premier ministre à Goma Coura ce lundi 25 novembre 2019, traduit l’attachement du Gouvernement au respect de la parole donnée mais aussi à l’amélioration de la mobilité et la sécurité des personnes et des biens. », explique, dans un communiqué, la primature.

En septembre dernier, la colère était montée dans plusieurs villes maliennes (Kayes, Kati, Gao, Tombouctou…) contre le mauvais état des routes. Pour calmer les protestataires de Kati, le 26 août dernier, le Premier ministre aurait instruit que le matériel de chantier de la route Léré – Niafunké –Tombouctou soit transféré sur le chantier de la route Kati – Didiéni. Il n’en fallait pas plus pour déclencher la colère des tombouctouciens qui sont quasiment entrés en rébellion contre les autorités maliennes. Les jeunes de la cité religieuse, regroupés au sein d’un collectif, ont ainsi, durant une semaine, bloqué la route menant à l’aéroport de la ville, les entrées de la ville et le quai de Koriomé. Ils exigeaient une reprise immédiate des travaux de la route Goma-Koura/Tombouctou, sur l’axe Léré-Tombouctou, stoppés depuis 2017 suite à une attaque terroriste ciblant la société Satom

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Pas rebels qui n,apas les tâchers du sang de secreraire et combatants groups armee tours de meme
    Quant Amoi ils faux les metre au potaux les Fisie que democrati de merde le temps G Moussa on n,est peux pas faire le Mali de onjour,dui
    Dautre par il faux jamain faire quite un dictateur qui a dire au pouvoir cá met le pays enretard je fait de remarque apres le depart de un dictateur jamain ete bien abientôt

  2. Une réponse efficace à la barbarie et l’irresponsabilité des bandits armés qui ont dévasté notre pays pour des raisons égoïstes. Trahir le MALI c’est trahir sois-même. VIVE LE MALI

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here