EDM SA : 40 mégawatts installés d’urgence pour satisfaire la forte demande à Bamako

3

Le ministre de l’Energie, Seydou Lamine Traoré, était sur le terrain ce mercredi 21 avril 2021. La délégation ministérielle a visité la centrale thermique en construction à Sirakoro, en périphérie de Bamako. Le ministre Traoré a aussi fait un tour à la centrale temporaire de Sotuba, dans la cour de l’Institut d’Economie rural (IER).

maliweb.net – A Sotuba, dans une cour nouvellement aménagée, des machines tournent à plein régime. Ici, il faut crier pour se faire entendre par son interlocuteur, et les techniciens sur les lieux portent tous des casques anti-bruit. « Il s’agit des machines installées d’urgence pour faire face à la forte demande », a indiqué Oumar Diarra, Directeur général de l’EDM SA. Chaque machine produit un (1) mégawatt d’électricité. Au total, le site de Sotuba/IER produit 20 mégawatts. « Sur la rive droite de Bamako, à Daoudabougou, un site similaire est également en activité », a ajouté Oumar Diarra.

En cette période de forte chaleur, la demande en électricité augmente à Bamako. C’est aussi la période où les centrales hydrauliques tournent au ralenti à cause de la baisse du niveau d’eau dans le fleuve. De l’eau du fleuve qui doit aussi servir à la production des cultures de contre-saison, à l’élevage et à la pêche. Pas de bol cette année, le déficit énergétique a été aggravé par une panne intervenue à Côte d’Ivoire, pays qui fournit au Mali 100 Mégawatts d’électricité dans le cadre d’un programme sous régional d’interconnexion.

Un investissement de 100 milliards FCFA à Sirakoro

Face aux mouvements de colère contre les coupures intempestives, le ministre de l’Énergie communique et tente de trouver des solutions. A Sirakoro, où il a entamé sa visite, le ministre Seydou Lamine Traoré a accusé les choix politiques faits auparavant dans le secteur de l’énergie. « Nous gérons les conséquences du choix fait de dépendre énergétiquement de nos voisins », a révélé le ministre Traoré qui estime que le Mali doit être beaucoup plus ambitieux, et envisager de vendre dans les années à venir du courant à ses voisins.

A Sirakoro, une centrale thermique d’une puissance garantie de 100 mégawatts est en cours de réalisation. Il s’agit d’une centrale fonctionnant au fuel lourd (HFO) réalisée dans le cadre d’un projet de 100 milliards FCFA. Dans le domaine énergétique, « construire une aussi grande centrale, en si peu de temps, ne peut être que thermique », a justifié le ministre Traoré. La centrale thermique devra être terminée avant Avril 2022, mais son opérationnalisation à cette date est moins certaine.

En effet, à ce jour, les travaux de réalisation des lignes de transport de Sirakoro à Balingué n’ont pas débuté. Pis, les populations installées sur le passage de ces lignes n’ont pas encore été dégagées. « La déclaration d’utilité publique et la délivrance de l’autorisation de construire seront des acquis dans les prochaines semaines », a rassuré le ministre de l’Energie.

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Is this effort to build power stations using heavy fuel aligned with plan for oil fields soon must be production of north Mali plus Malian construction of Malian fuel processing plant in north Mali that will supply heavy fuel? If not plan is incomplete, will be too slow in delivering needed service plus not to greater benefit plus enjoyment of Malians. We have to think , act plus be smart. Let go of acting stupid to appease foreigners who treat us as if we are stupid when we act stupid.
    This is good plus essential project if in it’s alignment entirety is complete to extent it may quickly become thrift self sufficient plus self sustaining condition.
    It is time for all to live well by modern criteria. We must value all living well above being extreme wealthy . Global warming is impossible to stop plus will end virtually all life on earth within fifty years. However world must maintain order but in maintaining order we all may plus should live well.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. EDM-S.A dispose déjà de 300 Mégawatts et les 40 Mégawatts font parti de cette production. Le besoin actuel d’EDM-S.A est de 400 Mégawatts, donc un déficit énergétique de 100 Mégawatts. Tant que tous les consommateurs ne payent pas l’électricité qu’elles consomment, l’EDM-S.A ne pourra pas surmonter les difficultés auxquelles elle est confrontée. EDM-S.A doit changer tous les anciens compteurs conventionnels et les remplacer par les nouveaux compteurs ISAGO non manipulables, lutter efficacement contre les branchements illicites, chercher des voies et moyens en associant les industriels privés notamment les sociétés d’exploitation minière pour se connecter au réseau électrique d’albatros Energy capable de produire 1200 Mégawatts par an satisfaisant pour leurs besoins d’énergie et celui d’EDM-S.A, remplacer les groupes électrogènes vetustes des dessertes électriques de Darsalam, de Sotuba et renforcer la capacité énergétique de ces centrales pour atteindre 300 Mégawatts satisfaisant pour couvrir Bamako et ses environs. Pour sortir des délestages interminables, l’état doit chercher à privatiser entièrement EDM-S.A.

    • Je suis entièrement d’accord avec toi, privatisons carrément EDM SA et faisons payer à tout le monde sa consommation d’électricité. A commencer par le président de la république, les ministres et leurs ministères, les directeurs et leurs directions, les ambassades, les mines, tous les services publiques étatiques, les camps militaires, les usines, les mairies, les branchements illicites et sans frais à l’intérieur du grand marché de Bamako, les travailleurs d’EDM, etc. TOUT LE MONDE DOIT PAYER SANS EXCEPTION.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here