La paralysie des entreprises : Pour combien de temps peut-on encore survivre ?

0

Rien ne va au pays avec la pauvreté galopante.  Le Mali souffre et cela est une vérité.  Rien ne va et l’argent est très rare. Il ne circule plus. La vie est devenue extrêmement dure. Curieusement, tout est devenu cher partout dans le pays.

Si l’Armée  fait  aujourd’hui la fierté de toute la nation par son action  sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, force est de constater que le reste des ministères du gouvernement de la transition n’ont pas encore fait signe de vie. L’on se demande à juste titre si tout le gouvernement de la Transition se résume en l’Armée qui, seule travaille concrètement.

À cause le terrorisme, toutes activités sont impactées négativement. Les 3/4 du pays où l’état n’a pas encore  toute son autorité, les entreprises n’y fonctionnent plus. Les entreprises privées et sociétés d’État, peinent à y exercer. Le tourisme et toutes  les choses qui en sont liées, sont totalement paralysés. Les partenaires des sociétés et entreprises privées ont pris du recul. Et cela pénalise leurs différents fonctionnements. Que dire des grands projets et travaux de l’État dont les financements  sont devenus rares ?

Et pourtant, la vie de tout le  pays est liée, au bon fonctionnement des sociétés et entreprises (étatiques comme privées). C’est d’ailleurs,  ce qui permet aux différents secteurs informels d’exister. Actuellement, tout est quasiment bloqué. Les commerçants-détaillants souffrent  beaucoup  car ils achètent chers les produits chez  les Grossistes. Et cela se répercute sur  les citoyens qui n’arrivent plus à assurer convenablement  la popote.

Personne ne mange trois fois par jour ! Le panier de la ménagère est vide. Ce ne sont pas les organisations de la lutte contre la vie chère qui me contrediront.  Pire, avec la crise du Patronat malien, dont la solution est enfin trouvée (Mossadeck Bally est désormais élu président du CNPM), la vie reste chère. Les importateurs pleurent. Rien ne marche et la liquidité fait défaut.  Comment sortir de cette triste situation ?

Actuellement, tout le monde est préoccupé par la politique et non par la réalité du quotidien. Apparemment, tout va bien. Tout simplement parce que ceux qui sont devenus Politiques mangent à leur faim. Ils ne se suffisent plus. Alors  qu’ils n’ont pas le temps de réaliser que rien ne va au pays. Ceux-là même qui devraient interpeller les autorités sur la question de la vie chère, font la politique de tout va bien au pays.

Les situations économiques, financières, sociales, culturelles et autres, sont automatiquement transformées en sujet d’ordre politique. Au point de faire croire que toute personne qui expose les réalités des citoyens, serait contre la Transition. Ainsi, personne ne parle tandis que  tout monde souffre dans le silence. Il faut  bien y penser, car la vie est très chère et rien ne va !

Monoko Toaly

(Analyse)

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here