Recherche et Exploitation MINIERES au Mali : Les défis seront-ils relevés ?

0

               Les deuxièmes journées minières du Mali, tenues du 23 au 25 janvier 2007 ont vécu. Pendant trois jours, tous ceux qui s’intéressent aux ressources minières du pays se sont côtoyés, ont échangé les expériences. Les thèmes abordés ont porté entre autres sur le potentiel minier du pays ; le financement de l’activité minière ; le rôle et le place de la production minière dans l’économie nationale en général et du développement communautaire en particulier.

                Si dans l’ensemble, il a été démontré que les sites des réserves minières en exploitation tirent vers l’épuisement, les recherches effectuées confirment l’ouverture de nouveaux sites miniers.

INTENSIFIER LES TRAVAUX DE RECHERCHE

                Dans le domaine pétrolier, tout porte à croire également que le Mali fera partie, dans les années à venir des pays producteurs de pétrole. Les défis seront-ils relevés ?
                Dans le domaine pétrolier, les deuxièmes journées ont déploré la faiblesse du volume des travaux effectués dans le bassin sédimentaire de Taoudénit, eu égard à  son étendue : plus de 1.500.000 Km2. Les formations recherchées par les sociétés sont : les formations infracambriennes et les formations Paléozoïques. Les forages d’Aturla et de Yarba ont révélé l’existence de roches mères et de réservoirs ; ce qui présage d’un grand potentiel du bassin.
                Les journées recommandent en conséquence d’intensifier les travaux de recherche sur la bassin de Taoudénit.
                Dans le domaine minier, les études menées dans le bassin Birimien et l’Adrar des Iforas montrent que la minéralisation est dominée par les indices de nickel, cuivre de Tessalit, d’or d’Inda, d’uranium, de Samit, des indices de carbonalite dans l’ouest sont réels. Cette minéralisation est disséminée dans les zones de contact entre l’Archéen et le Pharusun. Au vu des bons résultats récemment obtenus en Algérie, les journées recommandent d’intensifier les travaux de prospection dans les zones à contexte géologique similaire dans l’Adrar des Iforas.

POTENTIEL MINIER DE LA ZONE DE YELIMANE-SANDARE

                Les travaux effectués dans le cadre du projet SYSMIN ont permis de réactualiser les cartes géologiques au 1/200000 de Sandaré, Yélimané, Bafoulabé et Nioro, d’inventorier 220 indices de métaux à base de pierres semi-précieuses. Bien que les résultats obtenus soient jugés insuffisants, les journées recommandent leur poursuite en utilisant toutes les méthodes appropriées, notamment la géophysique.
                En ce qui concerne les pierres semi-précieuses, il est à déplorer que leur exploitation soit restée au stade artisanal. Aussi, les journées recommandent aux opérateurs nationaux de s’impliquer plus dans la mise en valeur de ces pierres. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place une législation appropriée.

IMPOSITION DE L’INVESTISSEMENT MINIER ET FINANCEMENT DES ACTIVITES MINIERES

                Les présentations ont permis de faire le point sur l’application de la législation en vigueur au Mali. Bien qu’un effort substantiel ait été fait, les journées estiment qu’il est nécessaire, dans l’intérêt réciproque de l’Etat et des investisseurs, d’améliorer le cadre législatif. Des propositions ont été faites dans ce sens et qui méritent d’être examinées.
                En ce qui concerne les financements des activités, des efforts ont été consentis par les partenaires bilatéraux et multilatéraux avec un appui modeste de l’Etat.
                Les journées recommandent à l’Etat de considérer ce secteur comme prioritaire et d’en tenir compte dans les négociations avec les partenaires financiers ; de mettre en place un mécanisme de financement approprié à partir des ressources internes.

ARTISANAT MINIER

                Les présentations ont porté sur l’intégration de l’artisanat minier dans le tissu économique du pays à travers la création de micro-entreprises. Pour ce faire, les journées recommandent d’améliorer la législation existante.
                En guise de mesures d’accompagnement, les journées recommandent la mise en place de sources de financement adaptées.

APPORT DES MINES A L’ECONOMIE NATIONALE

                Les présentations ont fait ressortir une contribution appréciable des mines à l’économie nationale. Contribution qui n’est pas perceptible.
Les journées recommandent à l’Administration une large diffusion des contributions des sociétés minières aux niveaux local, régional et national.

MINES ET DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE

                Les présentations ont fait état de deux types d’approches : l’expérience menée à Sadiola et à Yatela dans le cadre du Plan d’Action de Développement Intégré (PADI) élaboré en collaboration avec les populations de la zone et l’expérience de Morila avec l’appui financier des partenaires. Toutes les deux expériences visent le même objectif, à savoir la pérennisation des activités de développement dans les zones de production après l’arrêt de l’exploitation. Les Journées recommandent aussi de faire une évaluation des deux expériences en vue de la vulgarisation de la meilleure sur tous les sites miniers du Mali.
                Elles recommandent aux Sociétés minières de prendre en compte les occupations spécifiques et pertinentes des femmes des zones minières.

Daba Balla KEITA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER