Office des Produits Agricoles du Mali (OPAM) : Le riz qui fait grincer les dents

0

Dans le cadre du ravitaillement en riz des populations de la région de Mopti et Kayes, le Commissariat à la Sécurité Alimentaire en accord avec la chambre de Commerce a décidé d’envoyer une importante quantité de riz du don Japonais appelé KR17 dans ces localités. 1 000 tonnes ont ainsi été affectées à la région de Kayes et 2 000 à celle de Mopti.

Ces céréales devraient être vendues exclusivement dans ces deux régions. Surprise : les commerçants détaillants des deux localités ont constaté que la Direction générale de l’OPAM a plutôt vendu leur riz à des opérateurs économiques de Bamako. Toute chose qui a déclenché l’ire et l’indignation des commerçants détaillants des deux régions.

A Kayes, ceux-ci ont même tenu un sit-in devant les magasins de l’Opam le 15 avril dernier et promettent de ne point s’en tenir à cela.

Concernant Mopti, sur les 2 000 tonnes de riz affectées à la région, la direction générale de l’OPAM a vendu 1 000 tonnes à un seul opérateur de Bamako.

Pour le reste (1 000 tonnes), la direction générale de l’OPAM a fixé un délai de vente de 15 jours pour contraindre les commerçants de Mopti à sortir le stock. Et, ceux-ci ne possédant pas les moyens nécessaires pour effectuer l’opération dans ce délai à eux imposé, le marché sera attribué à seulement quelques commerçants.

Il faut signaler que le délai imposé aux commerçants détaillants n’a aucune justification car le riz a été envoyé pour soulager la population de la localité.

Par rapport à Kayes, il a été décidé d’envoyer 1 000 tonnes à partir de Bamako. Cela, suite à une entente entre le Commissariat à la Sécurité Alimentaire et la Chambre de commerce afin que les commerçants détaillants puissent vendre ce stock.

Ainsi les commerçants devraient, après un engagement écrit, acheter le riz à 250 FCFA le KG pour le céder à un prix inférieur ou égal à 270 FCFA.

Le sac de riz de 30 KG fait 7 500 FCFA et devrait être mis sur le marché au prix maximum de 8 100 FCFA.

Dans cet ordre, un sac de 50 KG devrait être cédé à 13 500FCFA, en deçà du prix officiel du riz subventionné par l’Etat qui est de 17 500 FCFA.

Le Délégué de l’OPAM a donc commencé la vente vers la fin du mois de Mars dernier. Au même moment, le PDG de l’OPAM dans un message, informe que le reste du stock de riz destiné à la région de Kayes a été vendu à 3 commerçants de Bamako. Cette information a déclenché une vive colère des commerçants détaillants de la 1ère région qui ont saisi par écrit le Ministre Commissaire à la  Sécurité alimentaire.

La Société Civile de Kayes à son tour envoyé une correspondance au Gouverneur de région pour s’opposer à la vente de leur riz aux commerçants de Bamako.

Un sit in devant les magasins de l’OPAM a aussi été organisé le 15 avril dernier. Le Gouverneur de Kayes serait actuellement entrain de chercher une solution avec les autorités de Bamako pour calmer la situation.

Il faut rappeler que le don japonais rentre dans le cadre du renforcement de la sécurité alimentaire au Mali. Il est toujours offert en riz.

Aussi, sur chaque don Japonais, 1 000 tonnes sont mises à la disposition du gouvernement malien pour une distribution gratuite. Le reste du stock est vendu et les recettes sont mises dans un compte.

Ce fonds peut (selon nos sources) être utilisé pour toutes opérations (en dehors de l’achat d’armes) à la demande du gouvernement malien.

Boubacar Sankaré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here