Office du Niger : Le grand ménage Le nouveau PDG imprime sa cadence

10

Dans un style à lui propre, le paysan sait dire qu’on reconnait un vrai cultivateur par la rage qu’il incarne à débroussailler son champ, tant les arbres, arbustes et  les touffes sont donnés l’apprendre à leurs dépens. En cela, on retrouve le nouveau Président Directeur Général dont la prise de service vient de s’effectuer dans une dimension sismique rarement perçue dans les zones du delta central nigérien. A tout le moins, la valse de mutations opérées à seulement deux mois de son arrivée illustre son  ambition  à imprimer une cadence nouvelle à ce géant de l’agro-industrie du Mali conformément à la vision du Président de la République.

L’Office du Niger reste un enjeu majeur dans la politique de souveraineté alimentaire du pays. Ici repose toute la délicatesse qui sous-tend le choix des premiers responsables en charge de présider à sa destinée. DE CE POINT DE VUE, les hautes autorités sont loin de perdre en conjecture lorsqu’ils s’accordent à jeter leur dévolu sur le Docteur Mamadou M’barré COULIBALY. C’était le mois de juillet de cette année 2016. Cet ingénieur de recherche auréolé d’une somme d’expériences à son tour ne perdait pas de vue l’immense défi qui l’attend en mettant les pieds à l’étrier un 26 du mois d’aout 2016.
L’homme était loin de se douter que la chevauchée qu’il s’apprêtait à engager  passait pour être l’une des plus exaltantes de son parcours professionnel. Fort du principe de qui veut aller loin ménage sa monture et convaincu de ce qu’une équipe soudée relève tous les défis, le nouveau commandant du bord entreprend aussitôt un tri minutieux de compétences qu’il estime dignes de porter son ambition pour l’Office du Niger. L’appel à Monsieur Tidiane Zana TRAORE en remplacement de PDG intérimaire, monsieur Boubacar Sow, celui-là même qui venait de lui passer le témoin est passé par là. C’en était déjà un signal fort du changement qu’il entend opérer en ces lieux.

L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Une vision sûre lorsqu’il s’agit de faire un résultat au-delà de tout esprit complaisant. A ce titre, le choix porté sur Tidiane. Z.  TRAORE ne souffre d’aucune ambiguïté. Riche d’une solide expérience acquise sur les installations de céans, cet ingénieur hydro technicien à l’expertise incontestée dans l’aménagement est à tout point de vue celui indiqué pour tenir ce poste de Directeur adjoint. L’unanimité faite autour de lui tient non seulement de son expertise avérée sur les questions liées à l’aménagement des terres, programmation, planification et mise en œuvre, la gestion de l’eau et l’entretien des réseaux qu’à la parfaite maitrise et à la perfection de l’Office du Niger dans ses moindres détails. Par devers lui, ce cadre éclairé, infatigable par-dessus bord peut se prévaloir d’être tant en amont qu’en aval de tous les grands chantiers réalisés dans toutes les zones de l’office.

Prétendant sérieux au poste de PDG de l’Office aux heures d’un appel à candidature à pourvoir ce fauteuil vaquant depuis le départ en mars 2016 de Monsieur Ilias GORO cet autre charismatique admis à faire valoir ses droits à la retraite, suite à de bons et loyaux services, Tidiani TRAORE se dit ne pas se départir d’une mission à lui classique. Celle de  poursuivre une ambition qui le hante depuis qu’il a foulé en 1990 le sol de l’Office du Niger pour la toute première fois. Un D.E.A en hydrotechnique et aménagement des terres-Génie Rural décroché en 1989 avec mention excellent à l’académie des sciences Agricoles de Biélorusse en URSS le conforte à convertir un bien vieux rêve en réalité. Voilà en quoi notre conviction est ferme quant à la proéminence de sa personne à accompagner dans l’efficience le Docteur M’Barré dans la mise en œuvre de sa vision.

Loin de nous empêtrer dans des envolées dithyrambiques à l’endroit du promu, force est de lui reconnaitre l’enthousiasme que sa nomination a suscité auprès du paysannat profond. Un mérite né du cumul de savoir-faire que son parcours atteste à suffisance. En effet, homme de terrain par excellence, l’ingénieur de métier justifie son entrain par un statut de maitre d’ouvrages de bien de grands auxquels, l’office doit son renom.
A ce titre, il fut respectivement maitre d’ouvrages délégués
Des travaux d’aménagement de 2 500 ha et réhabilitation de 1 400 ha de Molodo nord sur financement de la BOAD ;
Maitre d’ouvrages délégués des études des travaux de réhabilitation de 2 000 ha de Singo Diadian par le bureau BETICO sur financement de la BID ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux d’aménagement de 2 200 ha du casier de Sabalibougou dans la zone de N’Débougou sur financement Banque mondiale ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux d’aménagement de 2 174 ha du casier de Touraba dans la zone de Kouroumari sur financement UEMOA ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux d’aménagement de 1 700 ha du casier de Siengo extension sur financement de la KFW ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux de réhabilitation du drain Kala intérieur Est (KIE) avec l’aménagement de 8 48 ha sur financement de la KFW ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux de réhabilitation de 300 ha du casier de Choualani Seribala coro sur financement des Pays-Bas ;
Maitre d’ouvrages délégués des travaux de réhabilitation de 3 50 ha du casier de Temou-plaine amont sur financement des Pays-Bas ;
Maitre d’ouvrages délégués des études des travaux de réhabilitation de Molodo pour 6 000 ha par SCET-Mali sur financement des  Pays-Bas entre autres.
De même, il aura contribué à la mise en œuvre de sa riche carrière sur une kyrielle de références mars 1990 à novembre 1990 : responsable des travaux ruraux de la zone de Molodo à l’Office du Niger (programme ARPON sur financement des Pays-Bas) ;
Décembre 1990 à juin 1991 : agent technique à la division gestion de l’eau de l’Office du Niger au barrage de Markala ;
Juin 1991 à octobre 1991 : responsable de la gestion de l’eau de la zone de Macina à Kokry (Office du Niger);
Novembre 1991 à avril 1994 : chef du service de la gestion de l’eau de la zone de Macina à Kolongo (Office du Niger) ;
Mai 1994 à juin 2003 : chef du service de la gestion de l’eau de la zone de Kouroumari à (l’Office du Niger) ;
Mai 1995 : consultant indépendant du bureau d’études «BETICO-SARL» sur les travaux de réhabilitation du périmètre de Kogoni pour «7 100 ha» (volet génie rural) dans la zone de Kouroumari à l’Office du Niger sur financement ARPON (Pays-Bas);
Coordinateur du programme de 100 000 ha de la Communauté des Etats sahélo-saharienne (CEN-SAD) en août 2004, Tidiane occupera ensuite la fonction de Directeur de l’aménagement et de la gestion foncière jusqu’à sa nomination comme directeur général adjoint.
D’autres formations aussi titrées les unes que les autres parachèvent la perfection du tout nouveau DGA avant de contribuer à sa mise en orbite à travers la confiance que vient de lui accorder le Dr Mamadou M’barré Coulibaly.
A tout point de vue, la nouvelle équipe en place confortée de la présence en son sein d’éminents talents dont un financier confirmé en l’occurrence Oumar Touré en qualité de Directeur administratif et financier, Djimé Sidibé directeur de l’appui au monde rural, Seydou Dembélé Directeur de l’aménagement et de la gestion foncière et Bakui Koné directeur de la gestion de l’eau et de la maintenance du réseau hydraulique donne espoir d’un Office du Niger redimensionné quant à l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire tant voulus et inlassablement recherchés par les autorités.
Bina Aly

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Au Mali pas besoin de dire qu’on cache des noms ou même avoir peur d’en divulgué puisque les grands crocodiles là ont les connaît tous a commencé par le chef de l’état;
    L’histoire de l’Office du Niger est très profond moi j’ai vu et j’ai vécu des situation incroyable ,inimaginable……………..;PAS ASSEZ DE MOT POUR LE DÉCRIRE…..AN tout CAS……
    Alors ceux qui sont visé c’est tout une chaine on en finira jamais jamais !!!!!!!

  2. Pourquoi le nom de Boubacar Sow ? Est il le seul à être relever ou bien on se cache derrière lui pour atteindre d’autres. Les sans diplôme et diplômes frelatée ya plein au Mali et à l’office. Maintenant il faut publier le nom de celui que vous indexer et on verra bien. Courage un peu et on y arrivera

  3. Personne ne peut rester éternellement à une place mais c’est la manière utilisée par le ministre et son entourage qui laisse à désirer. Aussi, l’exercice de diffamation dans lequel se lance actuel direction est une bassesse. Sachez que, tout grand homme s’est respecté le travail bien fait de ses prédécesseurs. Et plus encore quand ils ont fait de l’excellent travail. Toute personne qui n’a pas se savoir être et qui use de sa position pour diffamer est malhonnête.

  4. Il y’a des résultats et des preuves concrets qui attestent de l’excellent travail de l’ex PDG intérimaire et de son équipe. (4 milliards de FCFA en héritage). Alors cet article est DIFFAMATOIRE quand il utilise la citation “l’homme qu’il faut à la place qu’il faut”. La DIFFAMATION est punie par la loi.

  5. Certes, l’administration est une continuité mais cette continuité doit se faire dans les RÈGLES DE L’ART et de surcroit de façon ÉTHIQUE. Ces aspects n’ont pas été restés pour le cas présent alors il faut que l’équipe dirigeante actuelle arrête ses oeuvres de diffamation. ET arrêtez d’induire la population en erreur.

  6. Mais Bina Aly, tu aurais du continuer avec les autres nominations pour nous dire au moins qu’un de tes protégés a été nommé dans une grande entreprise comme l’Office du Niger SANS DIPLÔME ! Et oui, SANS DIPLÔME, sans parchemin et tu penses que ton PDG marionnette peut réussir dans ces conditions ou bien ce YOGORO de PDG qui a enceinté sa secrétaire particulière à l’ODRS (Selingué), inaugure à l’Office du Niger l’ère des faux diplômes à l’Office du Niger !!!!!!!!!!!!!!!

  7. Du courage TIDIANE
    Du Courage Mr COULIBALY (PDG)
    L’Administration est une continuité, alors, on avance

  8. Pour rédiger et publier un article, il faut se référer à la réalité du terrain et non s’engager dans la complaisance. Fais ton travail en donnant la bonne information au peuple malien. L’Office du Niger ne sait jamais aussi bien porter que pendant l’intérim de MR. BOUBACAR SOW, PDG et en même temps DGA de l’Office du Niger, son Expérience, sa fiabilité, son intégrité et son excellent travail ont toujours fait la différence entre lui et ses paires.

    Noté bien qu’en l’espace de quelques mois à la tête de l’Office Niger, il a toujours payé les salaires à temps et a laissé en héritage une recette astronomique de plus 4 MILLIARDS de FRANCS CFA du jamais vue depuis des années à l’Office du Niger.

    Alors, quand vous dites ” L’HOMME QU’IL FAUT À LA PLACE QU’IL FAUT ” la citation est vraie mais elle n’est pas appliquée. Puisse qu’aujourd’hui nul ne connait et ne maitrisent l’Office du Niger mieux que l’ex PDG par intérim. De plus au sein de l’Office Niger la seule personne digne de confiance et capable de diriger l’Office du Niger en tant PDG est MR. BOUBACAR SOW.

    Alors vous qui avez été parachuté en tant que nouveau PDG et vos journalistes arrêtés de publier vos mensonges et vos torchons en guise d’article. De plus sachez que la désinformation de la population est un crime et est punie par la loi donc faites attention !!!!!! Nous disons non à la diffamation et oui à la méritocratie. Malien, Malienne évitons à l’Office d’aller droit dans le mur ou d’être privatiser.

Comments are closed.