Appel d’offre des 4 locomotives : Le contrat d’acquisition purement et simplement annulé

6

Lancé en 2019 dans le cadre du plan d’urgence du président IBK, le contrat d’acquisition des quatre locomotives a été purement et simplement annulé. C’est du moins l’information qui remonte de nos sources au ministère en charge des Infrastructures et des Transports, qui en a décidé après le rapport de la mission d’experts dépêchée par le nouveau ministre Makan Fily Dabo. Ladite mission, qui a séjourné en novembre 2020 aux USA, devrait inspecter les caractéristiques techniques des quatre locomotives reconditionnées et vérifier la conformité des marchandises aux normes prescrites dans le contrat, à savoir : s’assurer que les locomotives diesels électrique reconditionnées de ligne étaient de type CoCo pour voie (métrique écartement 1000 mm) d’une puissance nominale requise de 2500 CV à 900 tr/mn et une charge à l’essieu de 17 tonnes. Muette sur ses conclusions, depuis son arrivée, la mission, à en croire nos confidences, est sortie de sa torpeur en fournissant dans un rapport l’objet de son déplacement. Et il semble, selon ledit rapport, que l’entreprise bénéficiaire du marché d’acquisition des locomotives n’a pu en montrer aucune à la partie malienne qui répondent pas aux conditions requises et exigées dans le dossier de l’appel d’offres. Conséquence, le ministre est dans une position irréversible de casser le contrat en question, qui du reste n’était que provisoire. Et si le département s’apprête à annuler le contrat qui le lie à Saretem, il reste muet sur l’éventualité d’un nouvel appel d’offre pas plus que sur sa volonté de situer les responsables de cette mascarade. Comme quoi, le redémarrage du transrail, présenté comme une urgence par le régime d’IBK et attendu par des milliers d’usagers, va devoir attendre.

En attendant l’officialisation, qui devrait tomber en début de cette semaine, des voix, notamment les syndicats de Transrail, commencent à d’élever pour exiger l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités dans cette affaire. Et pour qui connaît les conditions auxquels le soumissionnaire devrait satisfaire pour pouvoir bénéficier dudit marché, cette enquête est plus que nécessaire.

En effet, selon les termes de l’appel d’offres, le soumissionnaire, devrait pour bénéficier le marché, fournir la preuve d’avoir exécuté au moins deux marchés similaires pendant les dix dernières années et apporter la preuve que les types de locomotives proposées ont été déjà éprouvées dans au moins trois pays autres que celui du fabricant, dont deux ayant des conditions de services climatiques similaires à celles du Mali. Ce n’est pas tout. Le soumissionnaire devrait également apporter la preuve qu’il dispose de moyens techniques nécessaires, directement ou par l’intermédiaire d’un représentant implanté au Mali, pour assurer entre autres l’assistance technique à la mise en service des locomotives, la formation du personnel de conduite et de maintenance desdits appareils pour afficher un taux de disponibilité de 90%. Enfin, le soumissionnaire, pour bénéficier du marché, avait en outre l’obligation de fournir la liste du personnel et la preuve de sa qualification pour assurer le service d’assistance et démontrer que le matériel a fonctionné de manière satisfaisante pendant 15 ans. Et, selon des sources concordantes, la société Saretem ne respecte aucune de ses obligations. D’où la nécessité de situer les responsabilités.

Amidou KEITA

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. C’est dommage de voir des individus inconscients, irresponsables et indignes qui s’adonnent à des comportements ignobles en hypothéquant le bonheur des millions de maliens sur l’ensemble du territoire. Des familles de Kayes à Bamako et Dakar dont les enfants souffrent depuis plus de trois décennies concernant la vie de cette entreprise qui pourtant a fait le bonheur des millions de maliens dans les trois premières décennies de l’indépendance du Mali. Ces bandits de grand chemin doivent être punis très fortement afin de dissuader d’éventuels candidats à de tels actes. Mais comme nous sommes spécialistes de l’impunité, ce dossier sera classé sans suite, car ces bandits de grand chemin ont des attaches aux hautes sphères de la République, aussi ils ont des avocats et des juges taillés à leur mesure, ces hommes et femmes de droit sont des grands spécialistes des “non-lieu”. C’est ainsi que ces bandits serons libérés du vu et au su de tous les maliens et recommencerons leurs forfaits sans crainte, c’est regrettable.

  2. SEUL LES BONS MUSULMANS PEUVENT METTRE FIN A CES MASCARADES DU REGIME IBK C’EST POURQUOI NOUS L’AVONS CHASSE.
    MAINTENANT LA VERITE ET VENUE ET L’ERREUR DISPARAIT CAR ELLE EST DESTINE A DISPARAITRE.
    BRAVO LES DIGNES FILS DU MALI QUI CROIT EN DIEU ET AU MALI.

  3. C’est très simple, pas besoin d’enquête pour situer les responsables….. Le premier c’est IBK, le deuxième c’est Seynabou Diop, ancienne ministre des transports….. Ils peuvent et doivent payer à la place de tous ceux qui ont participé à cette mascarade.En plus ça me rappelle le cas des avions cloués au sol.

    Ce cas prouve que le Mali a bien des hommes intègres, des hommes soucieux du travail bien fait… Malheureusement ils ne sont pas toujours à la place qu’il faut!!!!

  4. FAAROHW DISENT QUE LA PREMIERE CORRUPTION C EST ABANDONNER SES VALEURS ANCESTRALES, TOUT LE RESTE N EST QUE CONSEQUENCE!

    C’ EST SUR QUE LE PEUPLE MUSULMAN DU MALI ET SES DIRIGENTS MUSULMANS AVAIENT GONFFLE LA CHOSE, BAH NDAW ET ASSIMI FONT DU BON BOULOT! LE PEUPLE VOLEUR ET SES POLITICIENS VOLEURS!
    🚨
    LA CORRUPTION DES CULTES AVANT LA CORRUPTION MORALE ET FINANCIERE PUIS SUIVRONT LA CORRUPTION DE L AME ET DE LA CHAIRE ENTRAINERA LA MORT GENETIQUEMENT PLANIFIEE PAR NOS ABRAHAMIQUES!LE GENOCIDE ABRAHAMIQUE! L OCCUPATION DE LA TERRE ! LA TERRE NOIRE! LA TERRE DES NOIRS! LA TERRE DES HOMMES NOIRS! LA ERRE DES KAAFAAROHW! DES FAAROHW! 🚨

  5. C’est un seul exemple parmi d’autres milliers de cas de gabegie du régime IBK. C’est pays a été sous une malédiction … des gens venus de nulle part peuvent s’emparer des fonds de l’état pour en faire une fête des brigands et des “con artists” a travers des marchés surfacturés etc.. octroyés par une mafia dirigée par la famille présidentielle! Mais Dieu ne dort pas …ceux qui ont dépouillé ce peuple de ses maigres ressources (de sa sueur) payeront durement ….d’une manière ou l’autre. C’est inévitable!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here