Bataille judiciaire pour le contrôle du CMC : La justice rejette les requêtes d’Ousmane Babalaye Daou

0

Le Tribunal administratif de Bamako, au cours de son audience du 12 novembre 2021, présidée par Madiou Sangho, a rendu son verdict dans le contentieux né de l’élection des membres de l’Assemblée consulaire du Conseil malien des chargeurs (CMC). Ousmane Babalaye Daou a été débouté.

Le tribunal a procédé à la rétraction du jugement n°454 en date du 29 octobre 2021 du tribunal administratif de Bamako. Il a rejeté comme mal fondées la requête n°649 du 28 octobre 2021 et celle n°669 du 08 novembre 2021 des candidats de la liste « B » à l’élection des membres à l’Assemblée consulaire du Conseil malien des chargeurs.

Le président sortant du CMC, Ousmane Babalaye Daou perd la bataille judiciaire qu’il avait engagée pour invalider les opérations de vote du 30 octobre. Ce verdict confirme la victoire de Bourama Mounkoro qui va prendre la tête du CMC, après 14 ans de présidence d’Ousmane Babalaye.

La fin d’un règne sans partage

En effet, après avoir passé 19 ans au Conseil malien des chargeurs (CMC) dont 14 ans comme président, Ousmane Babalaye Daou s’accrochait toujours à son fauteuil jusqu’à la tombée de la décision du tribunal administratif de Bamako ce vendredi 12 novembre 2021. Une décision judiciaire qui sonne à la grande surprise du perdant la fin d’un règne sans partage durant 14 ans.

Bien avant même que le mandat de l’actuel président du Conseil malien des chargeurs Ousmane Babalaye Daou ne prenne fin, des manœuvres se faisaient en coulisse pour l’évincer de cette institution consulaire où on considère qu’il a suffisamment duré sans produire des résultats à hauteur de souhait.

Certains de ses détracteurs vont même jusqu’à dénoncer une gestion personnalisée du Conseil malien des chargeurs par Ousmane Babalaye Daou qui s’appuie, selon eux, sur des corporations qui ne sont pas les vrais chargeurs, comme les pharmaciens et autres, dans l’espoir de rempiler.

Pour rappel, l’action enclenchée devant les tribunaux a conduit à l’arrêt du processus régulier de renouvellement. En effet, vu la bataille judiciaire, le ministre des Transports a pris le décret n°2021-0728/PM-RM du 12 octobre 2021 portant création d’une administration provisoire du Conseil malien des chargeurs dirigé par Souleymane Baba Traoré pour une durée de 6 mois. Ce, afin de gérer les affaires courantes du CMC.

Vivement l’installation de Bourama Mounkoro dans 6 mois qui correspond à la fin du mandat de l’administration provisoire.

Nouhoum DICKO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here