Conduite des vélomoteurs, motocyclettes et tricycles : Vers l’exigence de permis, carte grise et plaques d’immatriculation

2

Le ministre des Transports et des Infrastructures s’est engagé dans un processus de régulation administrative des tricycles et motocyclettes. Toute chose qui permet d’assurer la sécurité routière. 

Dans une lettre circulaire, le ministère des Transports et des Infrastructures a pris des mesures. Il s’agit de l’application temporaire de montants forfaitaires de redevance pour la délivrance de permis de conduire aux conducteurs de tricycles, motocyclettes et vélomoteurs, des droits de timbres fiscaux et des formalités à accomplir.

La présente instruction fixe les montants forfaitaires de la redevance au titre des prestations de la direction nationale des transports terrestres, maritimes et fluviaux et de ses services régionaux et subrégionaux, de la redevance de sécurité routière, des droits de timbres fiscaux ainsi que les formalités à accomplir du 15 novembre 2021, inclusivement pour l’obtention du permis de conduire pour les tricycles, motocyclettes et vélomoteurs.

Les dispositions

La présente instruction s’applique aux permis de conduire des catégories A1 et A2 pour la conduite des vélomoteurs, motocyclettes et tricycles avec ou sans side-car pourvus d’un moteur dont le cylindre est compris entre 80 et 125 centimètres cube ou assimilés : l’âge requis pour être candidat à l’examen à seize (16) ans révolus pour l’obtention du permis de conduire de la catégorie A1 et à dix-huit (18) ans pour la catégorie A2. Les dispositions de la présente instruction entrent en vigueur le 15 novembre 2021 et prennent fin le 15 août 2022. Passé ce délai, les candidats pour la conduite d’engins motorisés à deux ou trois roues doivent se conformer aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

 Les autorités routières, en ce qui les concerne, sont invitées à l’exécution de la présente instruction qui sera enregistrée et communiquée partout où besoin sera.

Pour donner un contenu à cette décision, le ministère Transports et des Infrastructures, dans un communiqué rendu public le 13 novembre 2021, informe les propriétaires et conducteurs de motocyclettes, motos-taxis de vélomoteurs et  tricycles (katakatani) du début de l’opération spéciale de délivrance de permis de conduire, carte grise et plaques d’immatriculation à partir du lundi 15 novembre 2021 sur toute l’étendue du territoire national. L’opération envisagée consiste à consentir des tarifs réduits (promotionnels) pendant une période de neuf mois à compter du lundi 15 novembre 22021.

Les demandes de permis de conduire et les dossiers de cartes grises et de plaques d’immatriculation doivent être déposés au niveau des directions régionales et des subdivisions des transports terrestres et fluviaux. C’est ainsi que le ministre des Transports et des Infrastructures appelle les propriétaires et conducteurs des engins à deux ou trois roues motorisées à saisir cette opportunité pour se mettre en règle vis-à-vis du code de la route.

Bissidi SIMPARA

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Dans une capitale qui se respecte on ne devrait même pas autoriser des tricycles et des motos faire du transport en commun public de personnes.
    Ces moyens de transport doivent servir pour le courrier avec les motos et les marchandises pour les tricycles
    A l’image d Abidjan et Dakar il faut créer une société moderne de transport public et accompagner les privés par une garantie du renouvellement du parc automobile avec des véhicules neufs et confortables.
    Même au nom de la lutte contre le chômage des jeunes les sociétés de transport génèrent plus d’emplois stables et bien rémunère avec une retraite garantie et en prime le versement de taxes et impôts plus conséquents pour le trésor.
    Maliens réfléchissez Ne laissez des hordes d’illettrés ou d’incultes dicter la loi dans la capitale.
    MANQUE DE VISION POUR UN MINISTRE OU FAIBLESSE D’UN ETAT EN DELIQUESCENCE FACE AU DESORDRE.
    En cautionnant ce type de moyens de transport public de voyageurs devraient saisir les instances juridiques nationales afin d’attaquer l Etat malien pour mise en danger de la vie d’autrui.

  2. Voici une autre malversation et corruption à ciel ouvert, une malédiction frappe encore à la porte de notre pays? Quel est cet homme ou femme honnêtes et sincères qui pourraient mettre en œuvre de projet dans sincérité et l’honnêteté? Nous sommes sûrs que c’est impossible.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here