Des enfants militants de la Convergence des Forces Républicaines

4

Ce que l’on peut dire sans risque de se tromper ce que finalement tous les moyens sont bons en politique pour prouver qu’on a une masse derrière. C’est une évidence aussi pendant les conflits armés. Des seigneurs de guerre n’hésitant pas à utiliser des enfants soldats comme bouclier humain. Malheureusement l’Afrique bat le  record des exemples dans le monde.

Au Mali c’est la première fois     qu’une coalition de partis politiques utilise  les enfants  lors des elections. Ces enfants sont là pour combler le vide pendant les rassemblements politiques, pour prouver qu’il y’avait du monde lors du meeting politique en question. Ces enfants même s’ils ne votent pas amplifient davantage l’atmosphère de la séance par des cris et par le sifflement des vuvuzelas. Ils font désormais partis du triste groupe qu’on appelle bétail électoral.

Enfin de compte on se demande si en politique tous les coups sont permis comme à la guerre ?  Justement c’est pour répondre à la question que la COMADE (Coalition Malienne des Droits de l’Enfant), a organisé le 28 juin un point de presse pour dénoncer cette pratique peu catholique  au siège de l’ONG GRADEM. Dans sa déclaration, le président de la COMADE, Antoine Akplogan n’ pas cherché de midi à 14 heures pour faire savoir que l’organisation a constaté la présence massive des enfants dans les rassemblements politiques  des 19 et 25 juin dernier à Bamako. Ce qui a-t-il indiqué est contraire à la charte Africaine des droits et du bien être des enfants  (CADBE) dans son article 22 « invitant les Etats parties, conformément aux obligations qui leurs incombent en vertu du droit International Humanitaire, de veiller à ce qu’aucun enfant ne soit associé à des activités politiques dans les situations de tensions ou de troubles. Il va plus loin en rappelant aux organisateurs  d’activités politiques, les plus hautes autorités et la population, que la place des enfants n’est pas sur ces types d’activités politiques, qui les mettent en danger.  Face à la menace de transformation des enfants en bétail politique, il a souhaité que les uns et les autres fassent  plus d’action en faveur de la promotion  et de la protection du droit des enfants.  Avant  d’ajouter qu’en ce 30 eme anniversaire de la Charte Africaine des Droits et du Bien être de l’Enfant, l’utilisation des enfants dans de telles activités donne une image inacceptable et contraire à l’éthique et à l’intérêt supérieur de l’Enfant

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Après les enfants ce régime avec ces enfants généraux travaillent méticuleusement à mettre en place les ingrédients d une guerre civile entre les pour et les contre du régime à Bamako .Ce après le nord et le centre .Le régime dans une stratégie qu’ on peut résumer comme suit: Soit on reste soit c est la guerre civile à Bamako.
    Au mouvement du M5 et à l imam: Quand on vient abattre un ennemi on ne pinaille pas on fait le job vite .

  2. Je demande aux enfants terribles de l’i.v.r.o.g.n.e nullard de sebenicoro de jeter les os de leurs festins des Baléares à ces racailles de la CFR. Comme l’autre l’a dit “ika kolo Djoni djoni dou ouda “

  3. La mafia de la France afrique un cancer métastasé, mais c est finihttps://tse2.mm.bing.net/th?id=OGC.3ff9bad46ee256d6f82fc2ded0443315&pid=Api&rurl=https%3a%2f%2fmedia.giphy.com%2fmedia%2fMp4hQy51LjY6A%2fgiphy.gif&ehk=sLlNGNH53FuGwys6PzdFdAo%2bFSBtcuE3niORQ2k9ic4%3d

  4. Journal LE CARREFOUR dite à ces ONG de défense des droits de l’enfant d’avoir le courage de dire la vérité ou la fermer. Ces gosses d’à peine 10 – 12 ans que l’on a ramassé pour figurer dans la salle le 25 Juin n’étaient pas capables de tenir dans la foule du 19. Faire comme si les deux parties ont eu recours à des enfants est un mensonge pour trouver un juste milieu dans une affaire qui n’en a pas.

    Ces malhonnêtes du CFR ont fait le coup pour berner IBK et non pour prouver à qui que ce soit qu’ils sont capables de drainer une foule derrière eux. Le plus aberrant est qu’au lieu de payer les enfants comme ils l’ont promis, ils les ont donné des petites sommes et leur ont fait savoir qu’ils auront le reste sur le lieu du meeting. Les pauvres gosses ont été trompés et mobilisés pour une sommes qu’ils n’ont pas eu. Une association de droits des enfants devrait dire la vérité ou se taire. C’est mieux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here