Edito : La prorogation est adoptée par l’Assemblée. Et après ?

1

C’est à quelques encablures de la fin de la première prorogation que les députés ont adopté, le jeudi 27 juin,  à 123 voix pour, zéro contre et 19 abstentions, le projet de loi organique portant prolongation jusqu’au 2 mai 2020 de leur mandat. La polémique qui a accompagné et qui continue d’accompagner cette prolongation est tout à fait logique dans une démocratie vivace. Mais la question que beaucoup se posent est celle de savoir est ce qu’il  y avait une autre alternative si les élections ne se tenaient pas à date prévue ? Car sans tomber dans un débat juridico-juridique, il y aurait trois possibilités : soit prolonger encore le mandat pour éviter de tomber dans le scénario de 2012, avec la floraison d’associations toutes légitimes et réclamer une place au nom de la République, soit dissoudre l’Assemblée Nationale et gouverner  par ordonnance, ou encore mettre en place une constituante que nul ne saurait deviner  les critères permettant de choisir les  hommes et les femmes qui vont y siéger. Nous avons été de ceux qui avaient estimé que la prolongation est un mal nécessaire. Nous persistons et signons qu’elle vaut mieux que les deux autres options qui sont non seulement démocraticide, mais aussi et surtout, budgétivore pour un pays qui peine à faire face à l’essentiel. La loi est votée par une majorité écrasante et l’Opposition s’est abstenue, ce qui est son droit fondamental, passons à autre chose. Sauvons le Mali en évitant son effondrement, et sa partition. Pour ce faire, une thérapie commune est indispensable.

Donc, la balle est  dans le camp de la classe politique toutes tendances confondues et aussi de la société civile pour qu’ensemble elles puissent conjuguer leurs efforts pour arriver à un consensus pour le Mali. Cette deuxième prolongation, que nous espérons tous, sera la dernière, devrait permettre à l’ensemble des forces vives de la Nation de se donner la main pour doter notre pays des textes, à la fois consensuels, modernes et véritablement démocratiques. Le dialogue politique inclusif serait l’entrée en matière de ce que certains appellent le processus de refondation du Mali. Ce dialogue, tant souhaité par l’ensemble des Maliens, devra  être une occasion idoine de débattre de fond en comble toutes les questions de préoccupation nationale, comme la sécurité, la mal gouvernance avec son corollaire de corruption, de népotisme, mais surtout, jeter les bases du développement socioéconomique. Car la crise socio sécuritaire que nous subissons aujourd’hui est due en grande partie au sous-développement et à la misère ambiante

En somme, le débat qui mérite d’être mené n’est pas celui de la prolongation ou non du mandat des députés, mais du comment sauver le pays de la partition, de l’effondrement. Donc attelons-nous à cette tâche pour ne pas être un jour cité parmi les bourreaux  du Mali millénaire.

Youssouf Sissoko

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Avec la prorogation du mandat des députés pour la 2 eme fois, le souci de l’honorable Issiaka Sidibe est pris en compte . Mais , il s’est lui même que durant sa présidence à l’Assemblee Nationale , l’institution a été une boîte d’enregistrement aux ordres de l’executif . Le député est élu pour 5 ans, au terme de son mandat, il doit se rendre à la base, demander un nouveau bail avec ces électeurs . En complicité avec l’executif , au lieu d’etre élu , il est désormais nommé donc au service de celui qui l’a nommé . L’Assemblee Nationale du Mali est tout sauf la représentation nationale . Comment pouvez vous mettre tout en œuvre pour tenir l’election présidentielle en Juillet -Août 2018, six mois plus tard évoquer le problème d’insecurite ? La Présidente de la Cour Constitutionnelle Madame Mansnssa DAGNOKO, en son temps a soutenu que cette insecurite est résiduelle . La Présidentielle s’est tenu de la plus mauvaise manière . Le Président sortant , candidat à sa propre succession a même pactisé avec le diable pour se faire réélire dans le déshonore et la honte . Les ennemis de la paix au Mali, y ont contribué à sa réélection . C’est pourquoi , il ne peut pas diriger le Mali . Désormais la voie vers la partition est bien tracée avec ces députés qui sont nommés pour accomplir cette sale besogne . Aujourd’hui au Mali, il est clair que le Président de la République ayant été mal élu , nommé lui aussi par son parrain : le France , les députés sont eux aussi nommés , bref toutes les institutions de la République sont illégales et illégitimes . Ensemble elles tenteront de réviser la Constitution du 25 Février 1992, ça ne passera pas . La bataille ne fait que commencer !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here