Edito : L’obsession du « tout militaire »

3

Ce samedi  05 décembre, à l’issue de sa session inaugurale au Centre international de conférence de Bamako (CICB), le Colonel Malick Diaw accède  à la présidence du  Conseil National de la Transition (CNT).  Les Colonels Bah n’Daw et Assimi Goïta sont  déjà  respectivement président et vice-président de la Transition. Le Gouvernement est  carrément  dominé par des militaires et proches. Ce  choix de Colonel Malick Diaw, jusque-là numéro deux de la junte,  pour  occuper  ce poste  si hautement stratégique de la Transition malienne,  n’est  cependant pas  une  surprise  d’autant qu’il  était  longtemps pressenti  pour  occuper  ce poste  si hautement stratégique de la Transition malienne.

L’administration préfectorale, avec la nomination récente d’une quantité de Colonels proches du CNSP comme Gouverneurs (13 sur 20 que compte le pays), Préfets et sous-Préfets, s’est fortement  militarisée.  Ces faits sans précédent dans notre pays,  depuis l’avènement de la démocratie au Mali,  confirment   la militarisation  de la Transition. Cette obsession des colonels  putschistes du 18 août du « tout militaire »,  pour diriger la Transition malienne, était  pourtant redoutée par  de nombreux  observateurs politiques maliens.  Mais ce « Tout  militaire » est-il vraiment  la panacée pour la réussite de la Transition en cours ?

Le M5-RFP, dont le crédo est la refondation du Mali et le bannissement  de la mauvaise Gouvernance,  est contre  une Gouvernance  dominée par  les militaires. Mais  il  est  favorable à     une gestion concertée  des organes de la Transition avec les hommes en treillis.  Il n’a de cesse fustigé  « la désignation d’individus ayant, pourtant dans un passé récent, ouvertement et farouchement combattu le processus de changement en cours, et reste résolument déterminé à empêcher toutes velléités de restauration de l’ancien régime ».

Déterminé  jusqu’au  bout  pour que  justice soit  rendue aux martyrs, le M5-RFP se dit engagé pour la réussite de la transition afin de préserver la vision et les impératifs de changement de système qui est l’objectif principal du mouvement national patriotique enclenché le 5 juin 2020.  Apparemment leur  position est  différente  de celle  des jeunes colonels du CNSP. Lesquels ont un agenda propre à eux.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) n’approuve  pas aussi  la démarche exclusive  des militaires. Les  « ex- rebelles de la CMA », sont  au désespoir de constater que leurs  « louables efforts pour construire la confiance et la paix se heurtent déjà aux jeux habituels de manœuvres dilatoires et de volte-face  de la part des autorités en charge de la transition ».  Fort de constat,  la  CMA  a décidé  de  « surseoir purement et simplement à sa participation au processus de mise en place du CNT et ce jusqu’au rétablissement de la confiance et du compromis ». Il y a bien d’autres formations politiques et syndicales qui sont dans cette  dynamique de boycott du CNT.

Lorsqu’un régime constitutionnel  chute à l’issue d’un coup d’Etat ou d’une insurrection populaire, ce sont  en général, les acteurs principaux  qui ont concouru  pour ce renversement qui s’organisent  pour  diriger  le pays de façon consensuelle  la Transition politique. Dans le cas du Mali, c’est le M5-RFP qui devrait être l’allié objectif des militaires du CNSP. Ces deux forces auraient dû  être les principaux acteurs pour  l’organisation des organes de la Transition afin de pouvoir impulser le changement politique  voulu par les masses populaires. Ce sont normalement ces forces qui  devraient, pour la réussite de la Transition, en occuper les principaux postes politiques.  Ce qui n’est malheureusement pas  le cas, le CNSP ayant fait cavalier  seul pour s’accaparer de tout.

Ce comportement politique est  dangereux voire suicidaire, tant cette « Transition militaire »  aura incontestablement à faire face, non seulement  au front social qui est déjà en ébullition avec des grèves illimitées décrétées par les Centrales syndicales. Mais aussi et surtout, à la détermination des forces politiques abandonnées  au quai. Notamment la tendance politique du  M5-RFP. Comment  la « Transition militaire » en cours  pourra  surmonter  tous  ces nombreux remparts qu’elle aura elle-même contribué à dresser sur son chemin ?

Gaoussou Madani Traoré

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Mettre le pays sous coupe réglée des héritiers des lieutenants,
    capitaines, colonels, généraux, maréchaux,
    soldats première et deuxième classe, sergents et sergents chefs, chiakrou et ce qui suit…
    voilà l’obsession de Assimi GOITA et ses hommes…..
    C’est le grand renouvellement de l’actuelle
    classe politique malienne qui est devenue

    un conglomérat d’insoumis à l’exception de SBM et sa chapelle de laquais au service de la soldatesque de Kati…..

  2. Comme à chaque fois que les bidasses enfilent les tenues de politiciens, ils nous conduisent au chaos. Moussa Traoré avec ses centaines de morts,ATT avec son consensus à la con qui crée le monstre aya sanogo et maintenant une nouvelle aventure commence version ba ndaw.

    • Mettre le pays sous coupe réglée des héritiers des lieutenants,
      capitaines, colonels, généraux, maréchaux,
      soldats première et deuxième classe, sergents et sergents chefs, chiakrou et ce qui suit…
      voilà l’obsession de Assimi GOITA et ses hommes…..
      C’est le grand renouvellement de l’actuelle
      classe politique malienne qui est devenue

      un conglomérat d’insoumis à l’exception de SBM et sa chapelle de laquais au service de la soldatesque de Kati…..

Répondre à Dia Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here