Éditorial : Mais oui, souveraineté retrouvée, bon sang !

4

Même chez ceux qu’on appelle les intellectuels, il y a des moments d’idiotie et de folie. Étreints par leur incapacité de changer le cours des évènements à leur faveur, impuissance désormais difficile à masquer,  des politiciens maliens, bruyants mais minoritaires et inefficaces, n’ont rien de pertinent pour se signaler à l’attention de l’opinion publique qu’en ergotant sans cesse sur des vétilles. Las après plusieurs assauts (Premier ministre clivant, partisan, pas neutre…) pour obtenir le départ de Dr. Choguel Kokalla Maïga de la Primature, leur grand défi, ils en sont ces derniers temps à se berner en croyant qu’ils peuvent acculer les autorités de la transition à renoncer carrément à toutes les pertinentes recommandations des ANR; en somme, obliger le Colonel Assimi Goïta et le peuple à faire un coup d’État au peuple malien. S’ils avaient hier obtenu le départ de Choguel, c’est sûr qu’ils auraient enchaîné avec la demande de départ de Assimi lui-même. Dieu merci, ce scénario digne de Machiavel n’a pas réussi.

Aujourd’hui, lorsque l’on parle de souveraineté retrouvée du Mali, les voilà qui poussent des cris d’orfraie au prétexte que la souveraineté avait été déjà obtenue le 22 septembre 1960. Bon sang, qu’appellent-ils souveraineté ? Ils ont sans doute oublié le mot de Modibo Keïta appelant à la construction d’un pays “réellement indépendant”. C’est parce que certaines indépendances sont effectivement factices, elles ne peuvent pas se réclamer de la souveraineté à laquelle un peuple digne aspire. Est-ce de la souveraineté quand un pays est obligé de déposer ses devises dans le trésor d’autrui d’où il ne peut en disposer qu’aux conditions injustes et cruelles du gardien du dépôt ? Est-ce de la souveraineté quand un État est contraint de se contenter d’une monnaie de singe fabriquée par son étrangleur qui peut à sa volonté faire tourner inconsidérément la planche à billets pour le malheur de son faible consommateur ? Peut-on vraiment parler de souveraineté quand nous produisons des matières dont les prix sont fixés par d’autres ? Pouvons-nous nous prévaloir de souveraineté quand des gouvernants indignes, en complicité avec des officiers félons de l’Armée nationale, détruisent sciemment notre outil de défense, en  faisant de nos soldats des chaires à canon pour autrui ? Peut-on raisonnablement parler de souveraineté quand Florence Parly, ministre des armées françaises, arrive à Bamako et annonce la task Force Takuba de sorte que le Président de notre République apprenne en même temps la nouvelle que le citoyen lambda de notre pays ?

C’est tout cela qui est fini maintenant.

Oui, nous avons retrouvé la souveraineté et notre volonté est de ne rien faire qui puisse la brader.  Mais les renégats sont déjà dans un autre débat, oiseux comme toujours, sur la laïcité. Mais non, ne cassez pas les tympans de nos précieuses oreilles. Professeur Glélé, spécialiste respecté, dit que l’État laïc n’est bien évidemment pas l’État religieux; il ne saurait non plus, en aucun cas, être l’État irréligieux. L’État laïc est l’État arreligieux, c’est-à-dire un État qui ne s’immisce pas dans les questions religieuses et qui est d’égal partage entre les différentes religions…”. Que les bruiteurs arrêtent donc de faire croire qu’il fait chaud au Mali comme il ne fait chaud en enfer. C’est faux.

Amadou N’Fa Diallo

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. EN PLEIN DANS LE MILES Mr. DIALLO.
    -DE QUOI A-T-ON PEUR DANS CETTE NOUVELLE CONSTITUTION ( OU DES REFORMES EN GENERALE)/?
    – QUI VEUT CREER PROBLEME EN ESSAYANT DE FAIRE CROIRE QU’IL YA “NECESSITE” DE DEBATTRE DE LA LAICITE?

  2. sangare et son ADEMA-PSJ sont en train de souffrir car ils sont loin de la trésorerie Malienne pour y voler, alors personne ne veut de ce verbiage long et sans contenu sur maliweb.net!!! Souverainite retrouvée est une victoire du peuple Malien et rien d’autre et nous Maliens sommes tres fiers de notre peuple!!

  3. “Un pays réellement indépendant”est différent d’un pays souverain.
    La souveraineté,c’est par rapport au droit international.
    Un pays est souverain quand il est régi par les droits acquis de la reconnaissance de la communauté internationale.
    Le Mali est reconnu pays souverain le 22 septembre 1960 du fait de la reconnaissance de la communauté internationale des frontières léguées par le colonisateur.
    Il est souverain par les droits acquis obligatoirement respectés par tous les États du monde.
    Nos séparatistes sont entrain d’œuvrer pour avoir ces droits internationaux.
    L’AZAWAD est une réalité de part l’absence de l’Etat du Mali,mais n’est pas un ÉTAT SOUVERAIN à cause de la non reconnaissance de la communauté internationale.
    L’indépendance est le constat de ne pas être sous le “chapeautage” d’une des grandes puissances militaires du monde qu’on appelle dans les pays francophones PRÉ-CARRÉ FRANÇAIS.
    Les pays asiatiques colonisés par la France et les pays maghrébins francophones sont considérés indépendants par rapport à leurs liens à l’ancien colonisateur.
    Les pays francophones subsahariens subissent le NÉO-COLONIALISME c’est à dire que la volonté de l’Etat français prime sur celle de ces États.
    Il faut s’en défaire pour être indépendant,mais ON EST SOUVERAIN DEPUIS LE 22 SEPTEMBRE 1960.
    L’échec des différentes tentatives de s’émanciper de la domination de l’Etat français a permis de comprendre que la France nous tient dans ses frontières tracées.
    TANT QU’ON EST DES ÉTATS BALKANISÉS,LA FRANCE RESTE LE PROPRIÉTAIRE DE NOS PAYS.
    Des frémissements d’indépendance ont lieu comme le Mali de MODIBO KEITA,la guinée de SEKOU TOURÉ,le Burkina fasso de SANKARA,mais ça finit toujours par se soumettre à la France au constat de la réalité géo-politique.
    Ce qui se passe avec ASSIMI GOITA est une TENTATIVE DE CONFISQUER LE POUVOIR.
    Il est révolté contre la CEDEAO qui est obligée de mettre en place ses principes pour faire respecter la souveraineté du peuple car ASSIMI GOITA est un PUSCHISTE.
    Des opportunistes à la tête desquels CHOGUEL MAIGA profitent de la situation pour s’accrocher au pouvoir.
    De la duplicité consistant à convoquer les assises nationales afin de proroger la durée de la transition est considérée comme une volonté du peuple malien de s’émanciper de la CEDEAO manipulée selon CHOGUEL MAIGA et ses thuriferaires par la France.
    La CEDEAO???
    Les initiateurs du PROCESSUS DE L’UNITÉ AFRICAINE ont décidé de passer par les organisations sous régionales pour entamer l’unité de l’Afrique favorisant l’indépendance des États africains par rapport à la domination des puissances occidentales.
    Les ÉTATS DE LA CEDEAO ont compris qu’il faut favoriser l’exercice du pouvoir par les représentants du peuple pour favoriser l’intégration des pays balkanisés.
    Une sanction est appliquée si un militaire usurpe le pouvoir.
    LE MALI D’ALPHA OUMAR KONARE ÉTAIT À L’AVANT GARDE DE CETTE LUTTE DÉMOCRATIQUE.
    L’armée malienne d’ALPHA OUMAR KONARE a participé à installer les représentants du peuple dans les pays qui ont connu l’intervention des militaires sur la scène politique.
    Quelques années après,c’est son pays qui est concerné par la contestation des principes de la CEDEAO librement adoptés par les États membres.
    Il est naturellement sanctionné,les puchistes appuyés par des assoiffés de pouvoir comme en 2012 accusent la France d’être derrière la CEDEAO.
    Une marche organisée à la suite de la manipulation de la population contre les sanctions de la CEDEAO est considérée comme une manifestation du peuple malien à être souverain.
    C’EST LA SANCTION DE LA CEDEAO QUI EST UNE MANIFESTATION DE LA SOUVERAINETÉ DU PEUPLE OUEST AFRICAIN CONTRE LES USURPATEURS.
    C’est ASSIMI GOITA et ses camarades soutenus par CHOGUEL MAIGA et ses semblables assoiffés de pouvoir qui agissent contre l’indépendance des États sous domination de la France en contestant les principes qui fondent le fonctionnement de l’organisation sous régionale guidée à favoriser l’unité de l’Afrique.
    Le Mali est souverain depuis le 22 septembre 1960,mais cherche à être indépendant par rapport à la domination de l’Etat français.
    Souveraineté retrouvée est une plaisanterie de mauvais goût.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here