Éditorial: Nouveau départ, nouvelle opportunité

2

De l’avis de beaucoup de nos compatriotes, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) aura réussi cet exercice qui était une première pour lui. Intervention bien à propos et discours de contexte, le colonel Assimi Goïta a posé le diagnostic sur l’état du pays et dévoilé les remèdes que le pouvoir intérimaire entend utiliser pour guérir ce grand malade qu’est devenu notre pays.

Il faut dire que les propos du chef du CNSP ont de quoi rassurer et faire espérer à des lendemains qui chantent. Par devoir de mémoire, le colonel Assimi Goïta a, de prime abord, rappelé les sacrifices consentis par le président Modibo Kéita et ses compagnons, ainsi que les idéaux dont ils étaient porteurs.

Très rapidement, le discours a glissé sur les questions brûlantes de l’heure avec en tête la situation sécuritaire du pays. Il a assuré que nos forces de défense et de sécurité se battent avec bravoure malgré la complexité et la nature non conventionnelle de la guerre asymétrique. « Je voudrais vous faire la promesse que nous gagnerons la guerre qui nous a été imposée », s’est engagé le président du CNSP qui n’ignore pas que cette victoire passe par le renforcement de la mobilisation, de la formation et de la mise dans les conditions matérielles et morales de nos forces de défense et de sécurité.

« Les mois à venir doivent être des mois de résultats et d’engagement décisifs pour que le Mali recouvre rapidement toute sa sécurité sur tout son territoire », a ajouté le vice-président de la Transition.

……..lire la suite sur lessor.site

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Ces dits nouveau départ et nouvelle opportunité sera une réalité si et seulement si vous et le président donnerons de bons exemples, ainsi, les autres plus proches collaborateurs emboiterons le pas en s’insérant dans la cadence du respect des fondements d’un bon dirigeant. L’exemplarité est indispensable pour corriger l’incivisme des maliens d’aujourd’hui qui se comportent comme pour dire, on se fichent pas mal de la bonne marche du pays car les gouvernants ne donnent aucun exemple positif, à ce titre nous faisons les choses comme bon nous semblent. Il faut que vous, gouvernants comprennent ça rapidement afin de donner le déclic qu’il faut pour mettre au pas les plus proches du pouvoir et les autres loin de pouvoir. Nous espérons que les nouveaux dirigeants comprendrons ces insuffisances afin de bien orienter le Mali de demain. Surtout, surtout, surtout, il faut se défaire de vos conseillers directs qui pour avoir vos éloges se mettent à vous mentir afin d’avoir votre confiance, mais dans le mensonge, avec de tel comportement comment peut-on bâtir un pays dans la justice te dans l’équité? Impossible, c’est raison pour laquelle le peuple se soulève contre nos dirigeants depuis toujours sans que le premier responsable ne soit au courant de rien, ce fut le cas Modibo KEITA en 1968, le cas de Moussa TRAORE en 1991 après 23ans de pouvoir, le cas de ATT 2012 après 20ans de pouvoir de l’ère démocratique et cas d’IBK en 2020 après 7ans de pouvoir de cette ère démocratique en trichant et en volant devant dieu et les hommes et femmes avertis. Tous ont péché en écoutant leurs seuls conseillers en omettant la passerelle qu’il faut pour écouter le bas peuple, ils n’ont écouté que mensonges sur mensonges pour enfin se retrouver dans la gueule du loup, c’est dommage. Nouvelles autorités de ce pays trop c’est trop, ouvrez grand vos yeux et vos oreilles afin d’éviter les erreurs du passé, cela pour le bonheur du Mali et des bons maliens.

  2. Belle analyse. Si tous les maliens pouvaient taire le divergences et se tenir debout comme un seul homme, nous gagnerons tous ensemble la lutte contre la gabesie financiere, le chomage et l’impunite.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here