Bamako : Le meeting des enseignants grévistes réprimé par les forces de sécurité ce mercredi

9

La énième manifestation du collectif des syndicats des enseignants de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, en grève depuis plusieurs mois,  a tourné à une répression policière, ce mercredi, à Bamako. Ils étaient  des centaines  d’enseignants  à se donner rendez-vous au Boulevard de l’indépendance  ce matin pour exiger  l’application de l’article 39 de la loi portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale.

Très vite, la manifestation a dégénéré à un jet de pierres et de gaz-lacrymogènes  entre les forces de sécurité et les enseignants.  Les policiers qui étaient conséquemment déployés pour sécuriser le meeting n’ont pas hésité  à utiliser les gaz-lacrymogènes contre les manifestants. Certains agents de sécurité dépourvu de moyens de riposte ont jeté des cailloux  sur les grévistes, qui  également sans moyens de défense ont riposté avec les pierres.  Difficile de savoir quelle partie a commencé les hostilités. Les véhicules des forces de l’ordre et  ceux des particuliers garés devant l’Institut Français ont été  en partie endommagés par les impacts des pierres. D’autres ont eu des vitres brisées.  Plusieurs manifestants ont été arrêtés par les forces de l’ordre.  Au moment où nous mettons en ligne, le calme était revenu sur le site du meeting. La protection civile avait même déjà commencé à nettoyer la route pour permettre  la reprise normale du  trafic.

Pour rappel,  la synergie du syndicat des enseignants  de l’éducation signataires du 15 octobre 2016  sont entrés en bras de fer avec le gouvernement par rapport à l’application de l’article 39 de la loi portant statut  du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale. Tout chose qui a occasionnée la fermeture des classes du primaire et du fondamentale pratiquement  sur tout le territoire Malien.

Le lundi 9 mars dernierune nouvelle réunion convoquée par le ministre du Dialogue social, du travail et de la fonction publique entre  les syndicats  des enseignants grévistes et le gouvernement malien   n’a  pas permis de trouver un accord.  Les grévistes ont catégoriquement rejeté les quatre propositions du gouvernement à savoir : amener la grille à 1100 en janvier 2021, à 1200 à partir de janvier 2021, à 1100 au 1er janvier 2021 et 1200  et à 1100 au 1er janvier et 1200 au 1er janvier 2021. Malgré les menaces de recruter les volontaires et les retenues de salaires opérées, puis la reconnaissance  de la légitimité du combat des enseignants par le gouvernement,  les  grévistes demeurent camper sur leur position, à savoir l’application pure et simple de l’article 39.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Mon frère c’est grace a un enseignant que tu te permets de venir écrire ici pour saboté leur requête de vouloir ue vie meilleure , tu as des frères et sœurs dans ses manifestants là , le problème de nous les maliens c’est qu’on a été nombreux à aller a l’école mais seul les 10% savent réfléchir et toi tu en fais pas parti,
    Le combat des enseignants c’est notre combat a tous , seuls les traites bouffeurs d’argent ne le savent pas
    Merci

    • Je pense que le gouvernement ne devrait pas faire ça ils ont le droit de manifester de montrer au monde entier leur problème mais de grâce réfléchir avant d’agir ça c’est pour agraver le problème qu’Allah nous protège sinon un président c’est un enseignant qui l’a enseigné

  2. Un enseignant est un communicateur qui est patient, humble, integre, confiant, et bon! Il est capable de reflechir, et developper des relations humaines. Il maitrise son sujet et les problemes qui se posent a’ lui.En tant qu’educateur, je suis solidaire avec le corps enseignant; d’autant plus que dans cette situation, les enseignants maliens ne demandent que l’application d’un contrat signe’ par le gouvernement! Ceci etant dit, j’aimerais que le gouvernement fasse une enquete pour savoir quel cote’ a declenche’ les hostilite’s. Je ne supporte aucune violence d’ou’ qu’elle vienne!!!!!

  3. StBko
    “Pour les enseignants, ils faut défendre vos droit mais les chefs de familles ont marre de vous. Faite attention car bientôt vous trouverai personne pour vos défendre !”

    Toujours aussi malin dans tes “analyses !😂😂😂

    Au cas où tu n’aurais pas remarqué😂, c’est surtout Zonkeba dont tout le monde a marre, et c’est surtout lui qui, plus que jamais, DOIT FAIRE TRÈS ATTENTION !😎😎😎😎😎😎😎😎

  4. Quand un état en guerre n’a même pas les C… de combattre ses prores ennemis armés et sanguinaires sur le terrain, il faut bien qu’il “MONTRE SES MUSCLES” sur de simples mifestants sans armes, s’il veut tenter de faire croire QU’IL EXISTE ENCORE !😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎

  5. Le sommeil de la raison engendre des monstres. Le Mali est devenu une republique bananiere. Celui qui insulte, frappe et maltraite un enseignant met en cause l’avenir de la nation. Les enseignants doivent etre satisfaits.

  6. Bravos aux force de sécurité !
    On sais aux Mali, les personnes non intentionnés profitent d’un petit éclair pour faire du feu !
    Pour les enseignants, ils faut défendre vos droit mais les chefs de familles ont marre de vous. Faite attention car bientôt vous trouverai personne pour vos défendre !

    • Mon frère c’est grace a un enseignant que tu te permets de venir écrire ici pour saboté leur requête de vouloir ue vie meilleure , tu as des frères et sœurs dans ses manifestants là , le problème de nous les maliens c’est qu’on a été nombreux à aller a l’école mais seul les 10% savent réfléchir et toi tu en fais parti,
      Le combat des enseignants c’est notre combat a tous , seuls les traites bouffeurs d’argent ne le savent pas
      Merci

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here