Education : Fseg : le comité Aeem est à cran contre les résultats des examens

0
FSEG
FSEG

Suite à la publication des résultats de l’examen académique universitaire 2014-2015 de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg), le Comité de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem) a décrété 72 heures de grève, le lundi 16 novembre passé, lors d’une Assemblée générale.

Sans satisfaction de ses doléances, elle a «redécrété» une autre de 72 heures qui prendra fin ce lundi. Ces grèves à répétitions sont aux résultats parus qui sont non reluisants, selon ledit Comité. Selon le Secrétaire général du Comité Aeem de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg), Madjou Aliou Maïga, assisté par son adjoint Zoumana Cissé, l’Assemblée générale qui a interrompu les inscriptions de nouveaux bacheliers, avait pour but d’exprimer leur mécontentement face aux résultants de l’année académique 2014-2015. «Nous voulons savoir la cause de deux résultants catastrophiques. Quelle que soit la première ou la deuxième session vraiment, il y a eu moins des admis. La Fseg sera-t-il quel genre de faculté ? C’est la question que nous posons. D’où les étudiants ne passent pas pour une classe supérieure. En réalité, tous ces étudiants, nous ne pouvons pas dire qu’ils n’ont pas de niveau, si c’est le cas, alors à quoi sert le rôle des professeurs. Ce qui veut dire, les administrateurs dont le Doyen et ses collaborateurs, le corps professoral ont tous leur responsabilité. En un mot, eux aussi n’ont pas de niveau », nous ont confié les syndicalistes des étudiants.

En outre, vendredi après-midi joint par téléphone, le Sg Maïga nous dira que les choses commenceront ce lundi, notamment les inscriptions de nouveaux bacheliers. «Nous avons été appelés par le Recteur nous sommes en pourparlers. Ce qui veut dire à un certain point ils vont revoir leur copiées. D’aucuns disent ces résultants catastrophiques dus à la technique dont le secrétariat». «Nous les attendons pour mettre les étudiants dans leur droit absolu», ajoute-t-il.

Seydou Karamoko KONÉ

 

PARTAGER